Free yourself

Vivre et grandir au coeur de l'Alaska

 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

Réponse à claire

Je réponds à la question de Claire sur la contraception des chiens de Matt: 

Bonne question !

Eh bien ils ne font pas de petits ces chiens ! Ils ont leur chaleur 2 fois par an mais ne prennent pas de contraceptifs. Matt fait juste attention qu’ils ne se retrouvent pas entre eux. C’est assez facile comme ils sont attachés en permanence à leur niche, ou bien au traîneau…

Matt ne souhaite pas de chiots, il a déjà bien assez de chiens, et ça n’est pas si facile à donner apparemment.

Nota: J’ai rajouté des photos de-ci de-là sur les articles précédents!

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 29 décembre, 2009
A 3:05
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

Noel en Alaska

Kenny Lake, 26 décembre

Je pensais passer noël toute seule, mais c’était sans compter la gentillesse des amis du coin.

Jeudi soir, j’étais invitée chez Matt & Kim, les « Hippies » (comme on les appelle ici), et leurs enfants Eli et Erin. C’est à 10 minutes à pied dans les bois. Pour s’y rendre, un petit sentier balisé de cannettes de bière. Chez eux il y a l’électricité. Ça fait bizarre de voir toutes ces lumières quand on arrive à la lampe frontale ! C’est beau une maison la nuit dans la forêt,  et les lumières de noël qui éclairent les fenêtres au dehors.

Ils ont coupé un magnifique sapin, gigantesque et superbement décoré de mille feux. Il y avait déjà des cadeaux dessous, dont un pour moi !

Kim portait son bonnet Père Noel ; Matt, fidèle à lui-même, son vieux sweater et sa bière alaskaise à la main. Kim avait préparé du jambon et différents plats de légumes tous délicieux, ainsi qu’une « Pumpkin pie » (j’adore !). Bon repas convivial, entre blagues et chamailles des deux frère et sœur. Ça m’a rappelé des souvenirs… Ils ont passé des films de noël à la TV toute la soirée, du genre « Maman j’ai raté l’avion »… Au moment où nous passions à table, vous étiez profondément endormis et Papa Noel distribuait probablement vos cadeaux !

Le 25 décembre, Doug est venu me chercher en voiture à la maison, pendant que je donnais le cadeau de noël aux chiens : un bel os de veau (récupérés au barbecue géant du Solstice d’Hiver…). En chemin on a croisé un élan que j’ai pu prendre en photo ! (Il n’a plus ses bois mais est déjà impressionnant !)

Doug et Marnie habitent à 25 minutes en voiture, à Willow Creek. Ils ont une fille, Taylor (10 ans) et les grands parents étaient là aussi. Nous avons passé l’après midi à jouer à la console Wii (cadeau de noel), nouvelle génération de jeux où l’on fait « comme si » on jouait au tennis, au bowling, au golf… ça fait vraiment suer ma parole ! J’ai aussi fait un immense puzzle avec la grand-mère ! J’étais bien contente car j’en fais toujours à la maison pendant les vacances de noël ! Et puis la grand-mère m’a montré la recette de la Pumpkin Pie (héhé !), que nous avons fait ensemble et dévorés ensuite (je suis même repartie avec un morceau !). Petite leçon de français autour d’un thé et bon repas de poissons (saumon, king crabe). Assez léger s’il n’y avait eut le désert ! J’avais apporté du pain maison qu’ils ont adoré. Enfin, j’ai joué un peu de piano… mais j’avais un peu honte car je manque sérieusement de pratique !

Tous ces gens que je connais à peine finalement, m’ont accueillie comme un membre de la famille, avec simplicité et sourire. Ça fait chaud au cœur et je crois que c’est vraiment ça l’esprit de noël. L’envie de partager quelque chose de beau, tous ensembles. Un noël spécial donc, loin de la famille mais finalement plus proche par le cœur et la pensée. 

 dscn3244.jpg

Première photo d’un « moose » (élan) : il n’a plus ses gigantesques bois, mais est déjà impressionnant ! (sur le bord de la route en allant chez Doug pour le Réveillon de Noel)

dscn3249.jpg dscn3251.jpg dscn3256.jpg

Chez Doug et Marnie : Intérieur cosy et décorations de noël… 

Marnie apporte la Pumpkin Pie ! 

 

 

 

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 28 décembre, 2009
A 3:17
Commentaires : 2
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

Rébellion dans les rangs !

Kenny Lake, 25 décembre

Je note chacune de mes sorties avec les chiens dans mon carnet. Ça permet de voir quels chiens je prends, où l’on va, comment ça se passe et puis ça fera de bons souvenirs à relire dans quelques temps…

J’ai noté que depuis une 10° de jours, les chiens sont moins enthousiastes à courir ! Avant, il fallait freiner au départ pour ne pas partir trop vite et faire gaffe à chacun des arrêts en cours de route que les chiens ne repartent pas sans moi. Ces jours-ci, il y a moins d’aboiements au moment du « choix » des chiens (quand je vais les chercher pour leur passer le harnais)… quand d’habitude tous aboient « Moi ! moi ! moi ! ». Là, certains restent même dans leur niche ou baissent la tête quand je les regarde, comme pour dire « compte pas sur moi » !

Est-ce parce qu’ils sont lasse de toujours faire les 2 même parcours ? Baisse de régime à l’entrée de l’hiver ? Une chose est sûre, les leaders de l’attelage ont un rôle primordial dans le bon déroulement de la course. De leur bon vouloir dépend la réussite de la sortie. Mais ça les stresse aussi d’être toujours devant et il faut alterner souvent.

Sherley, la super leader et chef de la meute est en convalescence (suite à une opération pour lui retirer deux tumeurs). Elle meurt d’envie de courir mais c’est encore trop tôt. La semaine dernière, comme il faisait froid, nous l’avons laissé à l’intérieur pour que ses cicatrices ne gèlent pas. Au retour de balade, surprise : gros saccage de la poubelle et coin cuisine en pagaille… sachets de lentilles, de graines étalés partout, fromages et saucisses mâchouillés à travers le plastique… un beau spectacle ! Une façon de nous dire qu’elle était vexée de rester là !

dscn3219.jpg 

Gobi, sa sœur et excellent leader commence à donner des signes de fatigue et ne montre clairement aucun enthousiasme à courir devant. L’autre jour au départ elle a carrément décidé de ne pas partir, les pattes ancrées dans le sol ! Les chiens de derrière sont partis, eux, ce qui a crée un énorme cafouillage. Rien à faire de mes cris, elle restait plantée là, se faisant poussée par les autres comme un poids mort. J’ai dû la changer de place.

Fluffy la rondouillette, me fait la même chose, ainsi que Magellan (les copines copient!) : au départ elles se mettent en boule et refusent catégoriquement de partir !  Et ce regard têtu qu’elles me lancent ! C’est assez comique à voir sauf que je dois démêler tout le monde alors qu’on n’est pas encore partis !! Magellan rechigne mais finit par obéir et après un moment prend du plaisir à être devant.

Il reste CJ, une femelle vive et rapide comme l’éclair malgré sa petite taille, mais qui a encore besoin d’être guidée par un « leader expérimenté ». Et puis Matt entraîne parfois Doc et Loogy, deux mâles. Doc est intelligent, mais comme CJ, il a besoin d’être guidé car il a encore du mal avec le « Gee ! » et le « Hah ! ». Par déduction, tous deux comprennent que si ça n’est pas d’un côté, c’est de l’autre qu’il faut aller… Loogy est bête comme ses pieds et n’est bon que pour poursuivre un attelage (quand Matt est devant moi). Hier, il a passé sont temps à s’arrêter, à renifler partout… Magellan lui poussait le dos du bout du museau, du genre « Allez viens imbécile, on y va ! ». On a mis un temps fou pour rentrer !

Ce qui fait que CJ et Doc sont ma nouvelle « paire gagnante » ! Ils ont un peu du mal aux intersections, mais sinon vont à fond et s’amusent beaucoup ! Et du coup les autres suivent leur rythme et leur enthousiasme ! Seulement il faut bien que j’alterne pour faire courir tout le monde…

dscn3263.jpg 

Balade en forêt avec les supers nouveaux leaders CJ et Doc. Petite branche à éviter au passage! 

Avec la neige fraîche et cette rébellion des leaders, ça donne encore du piment aux sorties ! Je change les parcours habituels par un autre très court : le « Small Loop » dans la forêt (5km à peine). Peut être qu’avec quelques courtes sorties ils auront envie de courir de longues distances à nouveau !? Nouvelles expériences, nouvelles façons de s’en sortir ! Il me faut ruser avec eux mais je progresse dans l’art difficile du Dog Mushing…

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 26 décembre, 2009
A 1:02
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

Neiges fraîches

Kenny Lake, 25 décembre

La neige qui tombe me fascine. J’aimerai que ça dure des jours. Sauf quand je fais du dog mushing ! Depuis la semaine passée, c’est la 3° fois qu’il neige. Cela fait en tout par loin de 20 cm, pas énorme comparé aux 2 mètres de neige tombés à Valdez en l’espace de 3 jours ! Ici ils ont l’habitude et ne sont pas pris au dépourvu comme j’ai nous en Normandie, où 5 cm de neige suffit à bloquer la région pour 3 jours ! Un incroyable bataillon d’énormes chasse-neige se met en place. Il doit y avoir une centaine de machines et c’est sans doute le boulot le plus important du coin et celui qui nourrit le plus de famille ! A Valdez (à 2h de route au sud de Kenny Lake), ils sont partout… on en voit plus que des voitures ! Les chasse neige de Kenny Lake ne poussent pas jusqu’à chez Matt, trop reculé ! On s’arme donc de pèles pour dégager le chemin pour que le truck puisse circuler ! Je me sens encore plus isolée maintenant que Matt est parti et qu’il n’y a de traces que celles des animaux ! Une belle neige fraîche rafraîchit le paysage et rend tout beau à nouveau. En traîneau, c’est bon de sentir les flocons sur le visage et il fait moins froid. Parfois la neige des branches tombe sur la tête ou dans les gants au passage, c’est vivifiant ! Seulement, il y a une limite : chaque nouvelle neige oblige à « ouvrir » les chemins à nouveau ! Ce qui veut dire que les chiens vont beaucoup moins vite (less fun !) car ils ont de la neige à mi-patte, et qu’il faut les aider souvent en descendant du traîneau, soit en courant derrière, soit en poussant du pied. C’est donc à chaque fois une bonne suée dans les montées ! Il ne faut pas moins de trois passages pour refaire une belle piste.

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 1:01
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

La valeur du pain

Kenny Lake, 25 décembre

Hier j’ai fait du pain et des cookies, pour apporter chez les amis qui m’ont invité au Réveillon. Le plus long n’est pas la préparation mais la cuisson ! Car ici, pas de bouton préchauffage « 250°C » ! Il faut déjà avoir coupé ses propres arbres, les avoir ramené en voiture, découpés en rondin, puis rangés. Puis il faut couper des buchettes qui rentrent dans le poêle et réussir à allumer le feu… car par moins -10°C (au minimum), sans compter le bois humide par la neige, il faut s’y prendre tôt (avant de casser les œufs ou de beurrer le moule)! Il m’a fallut un certain nombre d’essais pour apprendre, car mon feu mettait un temps interminable pour prendre ou bien refusait tout simplement de démarrer ! Une fois qu’il a pris, il faut le nourrir souvent car le froid fait brûler le bois plus vite et attendre que le four chauffe (une ½ heure). Il faut aussi surveiller la cuisson régulièrement car le four n’a pas l’option « chaleur tournante » : il ne chauffe bien que d’un côté (côté feu), et sur le dessus. Il faut donc retourner le pain pour qu’il cuise des deux faces et le changer de place pour ne pas qu’il se brûle un flanc… Par ce froid, la cuisson prend nettement plus de temps car le four est loin d’être brûlant ! Tout ça pour dire que du bon pain maison, ça se mérite ( !), et qu’on l’apprécie d’autant plus quand on sait le temps et l’énergie qu’il faut y mettre !

dscn2955.jpg 

Le poêle- four à bois, après une neige fraîche. 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 1:00
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

La vie dans les bois

Kenny Lake, 25 décembre

Clin d’œil au classique de Thoreau « Valden ou la vie dans les bois ». Eloge passionné à la Nature.

Matin de noël. De mes yeux de taupe, je vois au réveil un ciel tout blanc, flou. Vite j’enfile mes lunettes : il neige à gros flocons ! J’aime les noël sous la neige. Ici, ça ajoute au côté isolement, calme absolu et rudesse de l’hiver. Matt est parti mardi soir (22), en me laissant tout ce qu’il faut pour « survivre » !

Premier élément de survie : le chauffage !

Nous avons coupés 6 grands pins quelques jours avant, tronçonnés en petits rondins pour que je n’aie plus qu’à les mettre dans le poêle à bois. Il m’a montré comment se servir de la tronçonneuse si j’étais à court de bois (il reste des bouts d’arbres à couper), mais ça devrait suffire, d’autant qu’avec ce ciel couvert, il fait doux (-10°C en moyenne). Si je veux cuire mon pain ou d’autres bonnes choses dans le four à bois dehors, il faut que j’utilise une hache pour faire de petites buchettes. La hache est à ma « taille », à la différence du « mull » (marteau géant), qu’il faut déjà arriver à soulever si l’on veut couper du bois…

dscn3220.jpg Au retour de la coupe es 6 arbres…

La nourriture : très important ! J’ai fait des provisions, comme un écureuil. Je ne devrais manquer de rien – j’ai même une réserve de chocolat !-, et au cas où, je peux aller à pieds à la petite boutique, en chemin sur le chalet où je vais poncer. Pour l’eau, nous avons rempli au puits communautaire (à15 min en voiture) toutes les jerricanes et bouteilles d’eau. Ce sont les chiens qui consomment le plus mais comme je recycle mon eau de cuisine, on devrait avoir assez si je suis économe… Je peux aussi toujours faire fondre de la neige !

Pour la cuisson, il y a une bouteille de propane presque pleine, qui est reliée à une lampe. C’est donc aussi ma source de lumière !

Nous avons fait le plein de croquettes aussi mais je ne suis pas à l’abri d’une petite expédition à traîneau pour aller chercher d’autres paquets. Ça serait marrant tiens de descendre au magasin avec mon attelage, à 30 minutes environ de chez Matt.

L’électricité : il y a 3 batteries que j’alterne pour charger mon ordi portable. C’est mon seul instrument de « technologie » ici, mais bien utile pour écouter de la musique et regarder des films dans ces longues soirées d’hiver. Pour recharger les batteries, il faut aller se brancher chez un des voisins, à 10 minutes à pied dans un sentier improvisé. Ce dernier ressemble à une piste d’animaux, sinueux, entre les arbres. Il y a des cannettes de bière accrochées aux branches par endroit, pour ne pas se perdre… Ce qui est possible vu que la neige recouvre tout régulièrement et qu’il fait nuit quand j’y vais.

Me voilà bien équipée donc pour l’hiver alaskais! Troisième journée déjà et tout se passe bien ! Je suis contente d’être autonome et d’avoir les chiens pour compagnie. Je sais aussi que si j’ai besoin de quelque chose, il y a des amis pas trop loin à pied.  

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 1:00
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

A dog life

Kenny Lake, 18 décembre   A la demande de Claire, je fais un petit encart « spécial chiens »! C’est vrai que les courses de traîneaux sont la partie de plaisir… mais quant n’est-il du reste ?

Alimentation : 

12 chiens qui se dépensent tous les jours ou presque, ça dévore ! Matt les nourrit bien, c’est varié :

- Les croquettes pour chiens (la base) : une consommation d’un paquet de croquettes de 18kg tous les 3 jours, à 30$ le paquet. La ruine ! 

On les nourrit une bonne fois par jour, le soir. Ils ont aussi droit à un petit « snack » au retour de balade (quelques croquettes mélangées dans de l’eau, parfois congelées sous forme de petits blocs qu’ils rongent). Quand il fait très froid (en dessous de -20°C), un petit snack également avant la balade.

- Du saumon congelé : ça c’est fou ! Il y a 1 mois, Matt a ramené à l’arrière de son truck, du port de Valdez, des centaines de saumons en décomposition (bonjour l’odeur). Il les a gratuitement, ce sont des poissons qui viennent mourir dans un lac, après avoir frayé (je reviendrai plus longuement sur leur histoire…). Ces saumons sont é-nor-me ! Des mastodontes à la gueule effrayante. Plus rien avoir avec leur tête « d’avant », lorsqu’ils sont en mer. On les a disposés sur le sol gelé, au fond du jardin et recouvert d’une bâche. Les chiens se régalent et apparemment ils préfèrent le poisson rance. 

- Du gras de porc congelé, reste du demi cochon du voisin. 

On donne des morceaux de saumon et de gras de porc comme snack de temps en temps.

Entretien/soin : 

- Déposer du foin dans les niches, 1 fois par mois environ, pour qu’ils n’aient pas froid. Ils adorent ce moment, ça les rend fou ! Sans quoi, ces chiens sont vraiment faits pour le froid, certains préfèrent même dormir dehors.  Il n’y a que Doc qui a le poil court et que je vois trembler parfois. Quand il fait très froid, il court avec un petit manteau polaire! Tous les autres ont un pelage qui pousse à vue d’œil, énorme et laineux.

- Le nettoyage des crottes, tous les jours ou presque. Ça c’est la partie de plaisir, surtout maintenant qu’elles sont congelées dans le sol, ou que les chiens sont un peu malades… Je peux vous dire que c’est un vrai exercice physique qui réchauffe bien et me donne une suée à chaque fois. Je m’attèle avec une pioche et une poubelle à manche, pendant 15-20 minutes.  

- La réparation des niches « rongées » ou mangées par certains…

En fin de compte, ça demande un peu de temps au quotidien, mais comme on est deux, ça va vite.

La meute nous remercie tous les jours, après chaque snack ou repas. Ils crient tous ensemble comme des loups pendant 5 minutes. C’est aussi d’excellent chiens de garde bien sûr… L’autre jour ils nous ont prévenu qu’il avait un mose (élan) dans le fond du jardin…

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 19 décembre, 2009
A 5:50
Commentaires : 4
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

Sanding parties

Kenny Lake, jeudi 18 décembre 

Le sanding (ponçage) du chalet en bois -en construction- des parents de Matt, est un petit boulot qui m’occupe bien. J’y vais 2 à 3 fois par semaine, à pieds (25 minutes) ou à vélo (sur la neige c’est marrant !). La semaine dernière il faisait -25°C et j’y suis restée 4h. J’étais bien équipée mais après un long moment d’immobilité, on finit immanquablement par se refroidir. C’est ma limite, plus froid c’est impossible de travailler dehors. Ça me plaît de partir toute seule là-bas : c’est dans une forêt dégagée, pas très loin de la route principale, avec une vue imprenable sur la chaîne de Wrangells et ses hauts sommets.

Cette après midi, sur le chemin du retour (à pieds), je suis dans mes pensées (Hum… ces bonnes tartines de pain frais qui m’attendent !). A un moment je lève la tête et qu’est-ce que je vois, à 50 mètres à peine de moi ? Un élan !!! Enorme !! Je ne fais pas la fière car je sais que l’élan est le « taureau alaskais », on s’en méfit (quand on n’a pas l’intention de la chasser !), car il n’a pas peur de l’homme et n’hésite pas à charger s’il se sent menacé, voir même sur un coup de tête. Je suis sur son chemin (et le mien !), donc j’attends de voir ce qu’il va faire. La route est à 10 mètres sur ma droite, séparée par une allée d’arbrisseaux touffus et par un haut talus. Si jamais il décide de venir me voir de plus près, je n’ai qu’à lâcher toutes mes affaires et à me faufiler dans les branchages pour rejoindre la route où il y a un peu de passage à cette heure. Une minute passe, puis deux. Personne ne bouge. On dirait une statue. Il juge la dangerosité de l’animal en face de lui… Il finit par faire demi-tour (c’est vrai que je fais peur à voir) et retourne dans la forêt. Je reprends mon chemin en marchant un peu plus vite.

Je ne pense pas que j’aurai le temps de poncer tout les murs du chalet avant mon départ mi-janvier, mais j’ai bon espoir de finir l’intérieur au moins. J’ai du bon matériel et ça avance assez bien même si c’est très long. Ça me fait plaisir de travailler le bois, de le rendre doux et beau. Et puis poncer ne m’empêche pas de penser et de rêver !

Comme je n’ai pas de montre, je m’arrête quand le jour commence à tomber. C’est bon de vivre au rythme du jour. Quand je rentre, il est 16h à peine, il fait nuit noire peu de temps après et ça me laisse encore du temps pour m’occuper. Je me fais un vrai goûter bien mérité et puis une petite séance de yoga-étirements qui me redonne la forme.

Grâce au ponçage, je partirai d’ici avec un peu d’argent dans les poches, au moins de quoi voyager jusqu’au Canada et de prospecter plusieurs jours pour un boulot.

 femmedesneiges.jpg

Photo : l’Abominable femme des neiges ou la Big Foot (au choix). Au retour d’une après midi de ponçage. Moufles taille XXL de Matt et chaussures de cosmonautes pointure 50. Je suis givrée aussi par la marche ! Ici, le Big Foot s’appelle  » Sasquatch » et certains prétendent avoir déjà vu ces traces… haha !

 dscn3266.jpg dscn3268.jpg

Le ponçage du chalet : à gauche c’est fait, à droite pas encore… 

Sherley, mon sage compagnon de ponçage (et son impressionnante cicatrice). 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 5:46
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

Photos d’hiver

13 décembre 2009, Kenny Lake

Enfin je peux mettre en ligne quelques photos…

 dscn31151.jpg

Autoportrait depuis le traîneau en marche

 dscn31201.jpg

Retour de balade par une belle matinée ensoleillée

 dscn3140.jpg

Vue depuis l’arrière de l’attelage: nous sommes tirés par les 12 chiens, mon sled (traîneau) attaché à celui de Matt, je me fais traîner… mais gare aux virages !

 dscn3160.jpg dscn3182.jpg valdez2.jpg

Couleur de neige, entre Kenny Lake et Valdez

wrangellsmontagne4.jpg Fin d’après midi (15H), sur la chaîne de montagnes Wrangells.

wrangellsedgerton2.jpg Même vue, même heure, même jour, depuis la Edgerton Road, qui mène chez Matt. A cet endroit, forêt de pins sur terrain permafrost (arbres grand et fin comme des haricots, mais très vieux car il leur faut un temps infini pour pousser sur ce sol). J’habite donc dans la forêt, à gauche, au niveau du bout de la route visible sur la photo.

thompsonpass1copie1.jpg

Thompson Pass, sur la route de Valdez, que j’emprunte tous les mardis matin pour aller « en ville » accéder à Internet haut débit… Vue vers midi, grand beau ! Ce col est très connu en Alaska et dans le monde des surfeurs, pour ses hautes chutes de neige : record annuel de neige pouvant aller jusqu’à 100 mètres en une saison !! Il y a toujours un vent très violent et normalement une neige épaisse qui cache la vue !

thompsonpass2copie.jpg

Thompson Pass, vers la route de Kenny Lake. Ici, c’est du ski « hors piste » bien sûr. Pas de remonte pente, pas de station. On se sert des motos neiges, voir on loue un hélicoptère pour la journée qui fait la navette pour porter les skieurs en haut ! 100 % sauvage !

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 15 décembre, 2009
A 20:27
Commentaires :1
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

Bonne fatigue

Kenny Lake, 10 décembre 2009

Hier mercredi, grosse journée. Matt est parti livrer de la viande séchée (petit boulot d’hiver), sur Tok, à 200 km. Il en a pour la journée et je suis donc l’unique dog musher du jour. Impossible de les faire courir tous ensemble : 11 (le 12°, Sherley, est en convalescence suite à une opération), c’est vraiment trop : ça irait bien trop vite et ça rendrait le freinage quasi impossible maintenant que le chemin est bien damé et bien gelé. Il faut donc faire deux courses. Pour garder leur bon niveau, il faut les faire courir sur un long parcours, soit une 30° de kilomètres environ.

Je suis donc partie tôt le matin, avec 5 premiers chiens. Je choisis 2 mâles comme leaders, pensant qu’ils garderaient un bon rythme tout du long. Mauvaise idée : j’apprends vite qu’ils ne connaissent pas leur droite de leur gauche ! Il s’en faut de peu pour que je ne finisse sur la route avec le traîneau dès le premier tournant… J’en change donc un en « swing » (derrière les deux 1ers), et met Fluffy devant. Elle a l’habitude et connaît bien les ordres pour aller à gauche ou à droite, seulement c’est une costaude un peu ronde qui traîne gentiment son derrière. C’est donc parti pour une « balade du dimanche »… car elle impose son rythme aux autres tiens ! C’est sympa de profiter du paysage, sauf quand il fait -25°C et que ça fait 2h30 que je suis dehors ! Je suis con-ge-lée ! Une stalactite au bout du nez et le corps douloureux à cause du froid. On arrive laborieusement à la maison, il faut encore les nourrir, les détacher et les amener à leur niche. Enfin je me pose au chaud : bon repas calorique, bon thé brûlant, micro-sieste… et c’est reparti pour la deuxième course !

Pas le temps de se poser car il est déjà 14h30 et j’aimerai rentrer avant la nuit noire. Frontale dans la poche, dans tous les cas. CJ et Magellan sont choisis comme leaders. 6 chiens en tout. Ça va vite comme j’aime ! Pas le temps d’avoir froid, il faut surveiller chaque virage et ouvrir l’œil… Magellan est « very smart » (très intelligente), mais je me méfie d’elle car sous ses airs de timide, c’est une chef qui fait ses propres choix parfois… Heureusement, tout se passe bien : les chiens filent à toute allure et répondent bien aux ordres de changement de direction. Je ne descends pas une seule fois du traîneau pour les aider ou les démêler. Ils ne veulent même pas s’arrêter pour faire une pause ! J’ai mis des épaisseurs en plus sur moi et porte les « Bunny Boots » de Matt : des chaussures pointure 50, énormes, look cosmonautes (j’ai l’air d’un clown) mais hyper chaudes. Le froid ne me congèle les doigts que vers la fin et j’ai le temps d’apprécier le dégradé de couleurs du coucher de soleil. Grandiose ! Je savoure ma chance de pouvoir profiter du spectacle, quand les seuls êtres humains que je ne croise sont dans leur voiture.

Je termine le parcours à la frontale par nuit noire. Ma lampe éclaire tellement bien que je ne vois pas plus loin que les deux derniers chiens. En plus elle me tombe sur le nez et des cheveux fous couverts de givre me couvrent la vue. Pas facile avec mes grosses moufles, gelées elles aussi, de dégager mes yeux. J’arrive épuisée, crevée, exténuée, morte… mais heureuse et fière de mon attelage.  

Il faut que je m’habitue car quand Matt sera absent 10 jours, ce petit rythme aura lieu tous les 2 jours… en alternance avec une journée de ponçage ! Qui a dit que je ne fichai rien de mes journées ?

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 12 décembre, 2009
A 5:40
Commentaires : 0
 
12
 
 

Les voyages d'Esteban |
Randonnée Roumanie |
runireland |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jrny
| lacharbonnerie
| Le grand voyage