Free yourself

Vivre et grandir au coeur de l'Alaska

 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2010

L’appel du large

Vancouver, 23 février 2010

Ce matin, je me suis réveillée avec cette pensée. On ne voyage pas pour vivre de l’ordinaire (de même que notre vie devrait être extraordinaire !). Je ne suis pas venue au Canada pour vivre en ville une vie que je pourrai mener en France ou ailleurs. Rien n’arrive par hasard. L’escale à Vancouver à un sens : réaliser pleinement (heart & soul) cette réalité. Notre quotidien doit être unique.

Ce qui nous pousse à voyager, c’est cette quête d’inconnu et de rêve. De penser à tout c’est qu’il est possible de voir, découvrir, rencontrer et réaliser, rempli le cœur de joie et d’énergie. C’est une drogue douce ce sentiment d’infinie liberté, ces fourmis dans les jambes… Loin d’être une fuite, je vois cela comme la quête d’un idéal.    

Comme le dit si justement mon ami Dario, « la vraie liberté intérieure, c’est d’être capable de vivre heureux, en étant toujours soi-même, dans n’importe quel contexte et endroit ». Peut être que ma quête se terminera quand j’en serai capable…

Sans être malheureuse à Vancouver (boulot sympa, début de belles amitiés, appart tranquille), je songe à toutes ces espaces sauvages (forêts, côtes, îles) qui longent la Colombie Britannique et c’est bien pour cela que je suis venue. Rien ne m’oblige à rester en ville, je n’ai qu’à faire mon baluchon !

Donc c’est décidé : fin mars, je rends les clés de mon appart et mon tablier Healthee pour aller voir ce qui m’attend ailleurs ! Une idée me taraude depuis longtemps: Vancouver Island. C’est une île magnifique, couverte de forêts de séquoias, absolument sauvage. En regardant Google map, je suis tombée sur le petit village de Tofino, au cœur d’un parc national et d’une réserve indienne. Les images de la côte sont d’une beauté à couper le souffle… C’est là que je veux aller, près de la mer. Si près que je pourrai la sentir tous les jours.

J’ai déjà programmé une petite virée sur l’île la semaine prochaine. Une amie du travail y habite et m’a invité à y passer le week end ! Youhou !!

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 23 février, 2010
A 20:13
Commentaires : 3
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2010

Bateau : rêve et réalité

Vancouver, vendredi 19 février

La semaine dernière, Bill (mon proprio), m’a présenté son ami Karl, charpentier de marine archi doué mais aussi marin. Dans son jardin, il y a le bateau de mes rêves (pas à vendre !). Un beau bateau en bois, dans les 12 mètres, une ligne superbe. C’est son petit bijou et il a l’intention de le restaurer pour naviguer dans la baie.

Je lui ai raconté un peu le genre de bateau que je cherchais. Il m’a de suite mis « à la page » :

Primo : pour naviguer depuis Vancouver vers le sud de l’Amérique, il faut un bateau sacrément solide et suffisamment long pour résister aux vagues du Pacifique. La côte est difficile, bordée de récifs, peu d’abris sûrs, marinas américaines hors de prix, conditions météos souvent difficiles… Comme il dit, il faut s’attendre au pire et être armé au mieux pour ne pas être surpris en cours de route. Je n’avais de toute façon pas l’intention de partir toute seule mais ça calme quand même. Ça veut dire qu’il faut au moins acquérir un bateau de 12 mètres, et il me déconseille le bois car je risque d’être mouillée tout le temps. Sans compter que le Pacifique est couvert de containers dérivants (perdus par les bateaux de transports. Tellement énormes qu’ils peuvent couler un bateau en un rien de temps).  Il me conseille l’aluminium ou l’acier si je veux voyager loin.

Deuxio : le marché des bateaux est super cher sur Vancouver et les places dans les marinas tout autant, car il n’y a de place nulle part ! Il me dit que le bateau dont j’aurai besoin pour partir d’ici coûte au minimum 25000$. A ce prix là, je peux renouveler mon visa travail pour 2 ans !

Il n’aura pas fallu 10 minutes pour avoir le moral à zéro… Enfin pas pour longtemps heureusement ! (Il m’en faut plus !) Mieux vaut être bien informée dès le départ ! De toute façon, mon petit cerveau cogite déjà à d’autres alternatives. Rien ne m’oblige à acheter dans la région après tout ! Ça n’était qu’une idée… l’idée de rentrer en France en bateau ! L’idée de naviguer dans la région de Vancouver. Tout est possible, mais peut-être différemment.

Donc, chaque chose en son temps : take it easy ! On va d’abord faire un max d’économies -car il faut bien avouer que je pars de zéro (ou presque), ensuite la chance et les rencontres m’amèneront à trouver le bon bateau, au bon endroit, au bon moment.  

 plancornu.jpg

Juste pour vous montrer: un « Plan Cornu »: LE bateau de mes rêves. Mais il se pourrait bien que je me retrouve avec quelque chose de complètement différent!! Peut être que mon Cornu sera pour quand je reviendrai habiter en France, en Bretagne assurément!

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 20 février, 2010
A 5:09
Commentaires :1
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2010

Enfin du soleil !

Vancouver, vendredi 19 janvier

Cette semaine, mon week end est tombé mercredi/jeudi. Pour la première fois depuis mon arrivée, il fait beau ! Un vrai grand ciel bleu, un vrai soleil frais de printemps. Je décide d’aller me balader à Stanley Park, véritable poumon vert au cœur de la ville, situé sur une presqu’île. Ce parc immense -1300 hectares- est boisé principalement de séquoias géants bi-centenaires. Ô joie de me retrouver enfin dans la nature ! J’ai parcouru une infime partie du parc toute l’après midi, suivant les chemins «au petit bonheur la chance ». Des écureuils, des oies, des ratons laveurs et des bélougas ont croisés mon chemin ! Les écureuils sont partout et n’ont peur de rien. Les ratons laveurs sont plus prudents et rodent vers les poubelles de l’aquarium. Certains bassins de cet aquarium ont un accès gratuit depuis le parc. J’ai donc pu voir de près une famille de bélougas (grand-mère, maman et 2 bébés) !! Fascinant de beauté, de grâce et de douceur. Le soleil illuminant leur corps blanc immaculé. Cela m’a rappelé qu’il n’y a pas si longtemps en Alaska, j’ai « goûté » à bord du Manguier de ce magnifique animal… Un goût étrange de poulet caoutchouteux, la peau blanche -épaisse de graisse- étant difficile à mâcher. Assez écœurant à mon goût. Maintenant que j’ai passé un moment si proche d’eux, je ne risque plus de réessayer !

Je me suis retrouvée en fin d’après midi au bord de l’eau. Odeur de marée, ressac des vagues sur une plage de sable… Ha ! Comme ça fait du bien de retrouver la mer ; même si à Vancouver, elle est bien assagie pour être si bien protégée ! Je suis restée un long moment face à la baie, avec comme fond d’écran la ville s’étendant à perte de vue et ces tours démesurément immenses. C’est bon de n’avoir rien à faire d’autre que d’être là. Pas de montre, pas de rendez-vous ni d’impératifs. Juste écouter le vent, sentir le soleil, regarder le paysage et les promeneurs. Il est finalement possible de se ressourcer en ville et faire autre chose que de consommer ! Je retrouve les sensations de plénitude et de bonheur simple de l’Alaska. Je viendrai désormais passer tous mes jours « off » dans ce parc ! Il y a tant à explorer.

Pour rentrer, il faut (hélas) passer par le centre ville. Avec les Jeux, c’est de la folie ! Bain de foule obligé dans la rue et le métro… Que de bruit et d’agitation après ces heures passées au calme ! J’aperçois de loin la Flamme Olympique sur son piédestal, mais continue bien vite ma route. La prochaine fois je prendrai quelques photos… Je compte aller voir un match de hockey pour les Paralympiques en mars. D’ici là, je serai « préparée » au bain de foule.   

J’ai passé l’après midi de jeudi avec Madlen, une amie de longue date de ma tante Anna. Nous sommes allées nous ballader dans un parc au Nord de Vancouver, pour avoir une vue différente sur la ville et sur Stanley Park. Madlen est adorable et nous allons assûrement nous revoir. C’est comme d’avoir trouvée une petite maman canadienne. Elle a aussi bien halluciné sur le récit de mes aventures… Sa fille Sarah, branchée Nature également, a fait du tree planting l’année dernière! J’espère donc la rencontrer bientôt!

 vuevancouvercopie3.jpg vuestanleyparkcopie1.jpg  dscn36431.jpg

 Vues  de Vancouver depuis le North Shore. Petit clin d’oeil à Capt’ain Phil avec le petit remorqueur de rade…

 vancouverstanleypark1.jpg

Carte  de Vancouver: Stanley Park, au centre. Le point rouge « A », c’est là où j’habite!

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 19 février, 2010
A 7:11
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2010

Petit à petit, l’oiseau fait son nid

Vancouver, 17 janvier

Trois semaines déjà que me voilà en ville. Impossible de s’habituer à cet environnement en ayant grandie à la campagne. Néanmoins, les voyages apprennent à s’adapter à tout, partout. Tel un caméléon, je change de couleur pour me fondre dans le décor et passer inaperçue. Et seul le caméléon sait qu’il peut prendre toutes les couleurs, mais qu’au fond il reste vert.

Je ne travaillerai finalement pas pour les JO au Village Olympique. C’est très bien ainsi : après 2 semaines seulement chez Healthee (le resto « fast food sain »), j’ai reçu dimanche une promotion ! Me voilà « Healthee Captain », comme ils disent. Je suis en charge de la boutique en l’absence du manager et aide d’une façon générale à faire mieux fonctionner le concept. Ils ont reconnu en moi les qualités de leadership ! (Ha !) Cela veut dire plus de responsabilités et un meilleur salaire. Cool ! Cela ne veut pas dire pour autant que me voilà posée pour des mois, car je reste ouverte à un travail physique en « plein air », loin de la ville…

En attendant ça se passe très bien chez Healthee. Bonne équipe de filles, bosseuses et sympas. Je trouve mes marques, mon rythme. On m’apprécie pour ce que je suis et fais. C’est fou comme de parler une langue qui n’est pas la sienne permet d’être plus honnête, plus direct. N’ayant pas les subtilités de langage que je pourrai avoir en français, je vais droit au but. Et finalement, être soi-même est toujours gratifiant.    

Ma chambre est mon refuge, mon cocon. Je m’y sens chez moi, comme coupée du reste. Un matelas, deux chaises, une table basse, une petite armoire et un frigo. Grands murs blancs, beaucoup de lumière. C’est assez  monastique dans le genre, mais j’aime cette ambiance zen. Rien n’est en trop et je ne manque de rien. En fait, ça me plait de ne rien posséder. Ni meubles, ni livres, ni babioles, ni vêtements. Je peux partir demain avec un sac sur le dos. C’est ça la liberté !(Et je l’apprécie d’autant plus, car ça ne durera pas toujours, tout du moins pas sous cette forme). Ma seule richesse c’est mon ordi -il faut bien l’avouer-, sans lequel ça serait un peu plus dur (no music, no internet, no communication…), et mon appareil photo (lui, je pourrai m’en passer mais j’aurai peut être des regrets dans quelques années ?).

A côté de ça, mon gentil proprio m’a proposé deux petits boulots (pour quand j’ai le temps) : un travail de peinture et un autre de nettoyage de jardin. Il fait tout pour m’aider et soutenir mon projet. Il me conduira bientôt au port voir des bateaux à vendre… Il faut bien continuer de rêver non?

 dscn3649.jpg

La maison dans laquelle je vis, côte sud: au rez de chaussée, une famille chinoise, à l’étage, 4 chambres, dont la mienne.

dscn3647.jpg 

Les voisins d’en face: ambiance JO. Sur la fenêtre il est écrit « Proud to be Canadian ».

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 7:03
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2010

L’arrivée de la Torche Olympique !

Vancouver, 11 février 

Il y a des jours de travail un peu plus drôle que d’autres. Aujourd’hui en était un assez mémorable : le passage « sous nos yeux étonnés » de la Torche Olympique, enfin arrivée à Vancouver, après 45000 km à travers le Canada ! (Il paraît que c’est la plus grande distance jamais parcourue de l’Histoire des JO). Toujours est-il que la Torche est  passée juste devant là où je travaille, 41th Avenue, quartier chic de Kerrisdale. 

Les habitants ont attendu l’évènement toute l’après midi. Vers 16h00, la rue s’est remplie de centaines de personnes, bonnets, gants et drapeaux aux couleurs du Canada. Ça m’a fait l’effet d’une fourmilière venue acclamer leur Reine. Vêtue de mon tablier et bonnet Healthee (super look noir et vert), j’en ai profité pour sortir dans la rue moi aussi avec un plateau de dégustation de « cinamon buns » (roulés à la cannelle). La foule a dévorée mes friandises en quelques minutes mais je ne suis pas rentrée pour autant ! 

Le cortège qui accompagne la Flamme est impressionnant : viennent d’abord des personnes à pieds, demandant à la foule de s’écarter du milieu de la route (tout le monde veut être aux premières loges); puis des policiers cyclistes et des policiers à moto. Suivent les bus partenaires, (dont « Coca-cola » évidemment…), bruyants de musique, avec à bord des étudiants recrutés pour animer. Puis une série de mini-bus blindés cachant on ne sait qui « d’important », encore des policiers et enfin : l’athlète portant la Torche !! La personne relais étant à cet instant un vieux monsieur aux cheveux tout blanc, vêtue d’un jogging impeccablement blanc !! Il à l’air tout fier et il a de quoi, avec cette foule en délire qui l’acclame à grands cris. Je ne sais quels exploits il a accomplit dans sa jeunesse mais cette heure là est sûrement l’une de ses plus glorieuses ! 

Je bombarde de photos pour vous faire partager cet instant :  

 dscn3585.jpg dscn3592.jpg

« Would you like some home made cinamon buns? They’ve just came out of the oven! » /Avec ma collègue Hema, toujours souriante.   

dscn3587.jpg dscn3594.jpg 

 La foule, avant l’arrivée de la Torche (Nb : Sans la pluie et la grisaille de Vancouver, as usual… ) 

dscn3596.jpg dscn3599.jpg dscn3606.jpg  dscn3604.jpg L’arrivée du cortège/ Les flics à moto/ La foule devant la boutique « Healthee/ Le camion partenaire…

dscn3609.jpg dscn3610.jpg dscn3611.jpg 

Notre fièr atlète, porteur de cultissime Torche!

De retour à mon « poste », je vois que la boutique est envahie de clients comme jamais. Tout le monde veut être pris en photo avec la Torche Olympique qui a servi la veille !! J’apprends qu’une nouvelle torche est utilisée chaque jour !!!  Je ne sais comment, mais un ami de Lana (mon patron) a récupéré cette Torche et tout le monde veut évidemment poser avec ! La boutique se transforme en studio photos, avec une longue file d’attente allant jusqu’à dehors. Evidemment, pour que vous me croyiez, j’ai moi aussi « posée » avec l’objet culte ! Donc voilà !! 

 judithtorche.jpg Judith Puzzuoli, Championne Olympique 2006 de Lancer de Boules de Neige 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 12 février, 2010
A 8:03
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2010

Projets & idées

Vancouver, 8 frévier

Première journée de congé après 6 jours d’affilés. Ma « vie » se résume à « Healthee » depuis une semaine. J’en oublierai presque pourquoi je suis là ! Les managers ont vu que j’avais de l’expérience dans la restauration et que je n’avais pas les deux pieds dans le même sabot. Je suis à la caisse une partie de la journée et fait l’ouverture ou la fermeture du magasin selon les jours (j’ai les clés), entraîne les étudiants fraîchement arrivés et essai d’apporter des idées pour améliorer le fonctionnement de la boutique. Bref, beaucoup de responsabilités et d’investissement pour un petit boulot aussi peu payé…  

Aussi utile que peut l’être cette expérience (un autre de mes rêves est d’avoir mon propre coffe shop un jour), je suis prête à changer si je trouve mieux. Une opportunité se présente déjà : travailler pour les JO, au village des athlètes (là où ils dorment et se restaurent), ou à Whistler (en montagne, où se déroulent une partie des Jeux). Ménage, entretien, déblayage de la neige… travail physique et en extérieur le plus souvent. Ça me plaît ! Y a pas de sous métiers, cela me permettrait d’être un peu plus proche de cet évènement et c’est payé 12$/heure ! Réponse vendredi. Je pourrai peut être combiner les deux, en bossant à mi-temps chez Healthee, mais ça risque d’être crevant… à voir !

Ma plus grande espérance est de travailler dans un chantier de restauration de bateaux. Avec le printemps qui arrive, il va y avoir du travail et c’est un bon métier. Je n’ai pas encore été au port, mais il paraît que des centaines de bateaux moisissent dans les marinas. Ok, je ne suis pas du métier, mais je pense avoir suffisamment d’expérience dans les bateaux et être manuelle pour apprendre. J’ai donc hâte de rencontrer Karl, l’ami de mon proprio, charpentier de marine. Il a hâte également de rencontrer cette petite française qui veut acquérir son bateau en bois. Pas banale apparemment. Travailler dans un chantier est LE travail qu’il me faut pour rencontrer ceux qui m’aideront à trouver mon bateau et où je pourrais suffisamment apprendre pour pouvoir me débrouiller par la suite.

Enfin, il existe au Canada un travail assez unique en son genre : planteur d’arbres. Pour ceux que ça intéresse, allez voir le site officiel des planteurs d’arbres canadiens : www.tree-planter.com . On y apprend tout (en anglais) et les commentaires des planteurs sur leur expérience du métier sont particulièrement drôles. Chaque printemps et été, des 10° de plantations d’arbres recrutent des planteurs. C’est apparemment l’un des travails les plus physique et difficile qu’il soit. A côté, les vendanges ne sont qu’une cueillette de muguet ! Chaque arbre planté est payé entre 0,08 et à 0,25 cents. Les meilleurs planteurs arrivent à gagner 350$ par jour… ça fait un sacré nombre d’arbres tout ça… Courbés en deux toute la journée, dans des terrains difficiles et en pente, à la saison des moustiques et des pluies (dans certaines régions), avec des ours dans les parages parfois. Hébergement en camping sauvage. La technique est aussi délicate et un arbre mal planté n’est pas payé ! Ils ne recrutent bien sûr que les plus déterminés. Les « Roockies » (les nouveaux), n’ont de chance d’être pris que s’ils réussissent un entretien où l’on juge des motivations de chacun. C’est un travail de fou, et il faut une volonté de fer pour passer la saison (environ 55 jours). Mais il y a des filles ! Selon les planteurs, il faut avoir un projet, pour avoir le courage de « résister ». Sans blague, c’est exactement ce qu’il me faut. Cela me permettrait d’avoir assez d’économies avant la fin de l’année… Et puis c’est une expérience unique que j’aurai plaisir à raconter !  (J’entends déjà les commentaires des parents !).  

Voilà, ça en fait des idées ! Y a plus qu’à !

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 9 février, 2010
A 5:34
Commentaires : 4
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2010

Vancouver depuis ma fenêtre

Vancouver, 8 février 

Le coin serait magnifique s’il n’y avait cette ville au milieu, défigurée par les grands immeubles et le gris du béton !  Désolée, impossible d’être objective après les grands espaces qui m’ont entourée pendant si longtemps… C’est un fait : les villes Canadiennes ou Américaines n’ont pas le charme historique des villes européennes. Le regard ne se pose sur du « beau » que lorsqu’un écureuil brun ou un raton laveur traverse la route ou un jardin. J’apprécie ma chance d’être sur les hauteurs et de pouvoir voir les montagnes depuis ma fenêtre.   

dscn3571.jpg 

Au petit matin : la Nature emprisonnée (vision personnelle bien sûr). 

  vuevancouvercopie1.jpg

Panorama depuis la grande baie vitrée de ma chambre. Le matin, avant qu’un nuage orange de pollution ne vienne brouiller la vue pour le reste de la journée.

  dscn3576.jpg

By night : les lumières dans la montagne proviennent d’une station de ski ! 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 4:34
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2010

Go Canada, Go Healthee !

Vancouver, 8 février 

C’est le slogan du tout nouveau restaurant dans lequel je travaille depuis 7 jours, « Healthee ». Une semaine à fond les manettes, où je me retrouve catapultée dans l’univers fabuleux du « bus-boulot-dodo ». 10 minutes de marche, 20 minutes de bus et c’est parti pour 8-9 heures intenses. 

L’équipe est jeune et dynamique. Deux managers pro et vraiment gentils. Deux nouvelles amies, Ema de New Deli et Karin de Lima. Deux sweet hearts avec qui j’ai plaisir à travailler.

Le restaurant à ouvert il y a 5 jours : tout est neuf dans la cuisine, les choses n’ont pas encore de place définitive, les managers découvrent en même temps que nous « comment ça marche » après avoir imaginés le concept pendant des mois.  On cherche, on court, on demande, on s’active frénétiquement… Beaucoup d’allées et venues, de temps perdu et de fatigue ajoutée. 

Le concept du « healthy food fast » n’est pas encore rôdé. La nourriture est vraiment bonne : tous ces bons pains frais (cuits le matin) et ces légumes fraîchement coupés me donnent faim toute la journée… mais pour ce qui est de la vitesse, il y a des progrès à faire. Les clients poireautent essayant de comprendre le menu trop compliqué. 

Nous sommes tous des « chefs », préparant à la fois les bagels (petits pains ronds), les salades, les soupes, les viandes et les pâtisseries. Chacun à énormément à apprendre et cela demande un niveau d’écoute et de concentration permanent. Mon anglais progresse avec tous ces accents différents et ce vocabulaire bien spécifique. Il faut aussi que l’on me comprenne, employés comme clients et je redouble donc d’efforts pour que mon « french accent » soit moins fort (c’est pas gagné). Tout cela fait qu’à la fin de la journée, j’ai la tête comme une citrouille prête à exploser et n’ai qu’une envie : dormir et ne plus penser. 

J’aime l’idée que l’on puisse manger sainement en ville, bien que n’ayant pas le temps de cuisiner soit même. Ce type de restauration rapide va se développer dans les prochaines années, mais chez Heathee, les prix sont tellement exorbitants qu’ils ne pourront jamais concurrencer les grands fast food. Le « bon » pour les riches, c’est bien dommage. 

Jeudi 11, la Torche Olympique va passer juste devant la boutique ! Elle descend toute la rue vers le centre de Vancouver. J’espère pouvoir faire une pause et prendre quelques photos au passage.   

Quelques images de la boutique (à l’heure creuse) :  

  dscn3577.jpg dscn3578.jpg dscn3580.jpg

Ema prépare un bagel version « burger ». C’est très joli mais tous ceux qui essaient de croquer dedans ont des surprises… mayo qui sort par un bout, avocat par l’autre… Hum ! 

www.gohealthee.com 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 4:07
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2010

Double mission « accomplie »

Vancouver, 2 février 

Considérations plus terre à terre :

Mission 1 : trouver un toit ! 

Critères : pas cher (car fauchée…), meublé (car juste un sac de vieilles fripes sur le dos), près du centre (pour être proche de tout), calme (pour oublier que je suis en ville). Easy !

Comment ? Via la « Craig list » de Vancouver. J’ai découvert ce site chez les amis d’Anchorage. Ça existe un peu partout dans le monde désormais. Le concept : un site classé par ville, où on peut trouver absolument tout sur tout par des petites annonces. Super idée, super pratique. Deux jours et 5 annonces plus tard, je dormais dans mon nouveau « chez moi ». Chambre+salle de bain toute seule à l’étage d’une maison, calme et proche de tout. Impec.

Bill, le proprio de ma chambre, est un chic type : retraité, fan de bateau, m’a retenu parmi des 10° de personnes après que je lui ai raconté mon parcours et mon projet. Il m’a montré en douce la photo d’un bateau qu’il aimerait acheter, en me faisant promettre de ne rien dire à sa femme… Faut dire qu’il a déjà une collection d’embarcations dans son jardin, dont un canoë que je peux utiliser quand je veux ! Il va me brancher avec le milieu des gens de la mer et me présenter son ami charpentier, passionné de bateaux en bois ! Peut-être que je pourrai travailler avec lui !?

Je suis donc bien tombée ! Merci Bonne Etoile !

Mission 2 : trouver un job ! 

Condition : tout est bon à prendre, pourvu que ma tirelire « bateau » se remplisse. Mais pas dans un bureau (quoi que)! Not so easy !

J’arrive hélas trop tard pour travailler pour l’organisation des « JO d’hiver ». C’est trop bête car jusqu’à décembre dernier, ils ont recruté des 100° (si ce n’est pas des milliers) de gens pour tout un tas de différents boulots, très bien payés (minimum 15$/H).

Il y a chaque jour sur la Craig list des 10° d’offres dans tous les domaines. Je me spécialise dans le milieu food (restauration) & general labor (travaux d’entretien en tout genre). Parmi ces annonces, il faut le tri des offres sérieuses, des offres qui payent plus de 8$/H (le minimum salarial)… J’ai envoyé un tas de CV pour peu de réponses.

J’ai quand même trouvé quelque chose au bout de deux jours seulement, après avoir réussi un entretien dimanche dernier: me voilà employée chez « Healthee » : un healthy food fast comme ils disent. Tout un concept ! C’est une sorte de « take-away » de nourriture dite « saine » : pain frais au blé complet, salades variées, soupes, jus de fruits… Pas bio, mais produits locaux, frais. L’idée est de révolutionner l’image du fast food traditionnel, habituellement saturé de sel et de gras… Il y a effectivement un marché à prendre. Même si personnellement, « fast » & « food » reste antinomique !

Le restaurant ouvre demain ! J’arrive donc au bon moment : nouvelle équipe (internationale : 1 péruvienne, 2 indiennes, 1 américaine, 1 philippine…), managers super excités, boutique en chantier, tout à installer, tout à apprendre ! Youhou ! J’ai même droit à un petit habillement « spécial healthee»…

dscn3562.jpg dscn3559.jpg En exclusivité, mon « Healthee hat »: Judith, Hotesse du pain frais. « What can I do for you? »

Ce petit boulot a tout pour être intéressant (et amusant) mais est payé misère. Avec 9$ brut de l’heure, je risque d’avoir beaucoup de rides avant de pouvoir mettre le pied sur mon bateau…

Je continue donc de chercher « mieux »… En attendant, je ne me plains pas, c’est toujours mieux que rien ! Un autre plan sous le coude me tend les bras à partir du mois de mai… Je vous en fait part next time.

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 3 février, 2010
A 7:14
Commentaires :1
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2010

Merci !

Vancouver, 2 février 

J’ai bien peur mes amis que ces prochains mois à Vancouver vous fassent moins « rêver » que les récits en Alaska ! Je continuerai néanmoins à vous donner des nouvelles au minimum une fois par semaine. Cette étape fait partie du long cheminement qui me mènera au bout de mon projet, et c’est justement cela que je souhaite faire partager. Les hauts comme les bas. Si c’était trop facile, ça se saurait !

J’en profite pour remercier chacun d’entre vous de m’avoir suivi et soutenu depuis le début. Tous vos mots et encouragements me vont droit au cœur et me donne beaucoup de force. Je sens toute cette belle énergie qui m’entoure et ça me donne des ailes.  

De tout coeur, « Thanks !!! » 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 2 février, 2010
A 18:51
Commentaires :1
 
 
 

Les voyages d'Esteban |
Randonnée Roumanie |
runireland |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jrny
| lacharbonnerie
| Le grand voyage