Free yourself

Vivre et grandir au coeur de l'Alaska

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Record du blog

Kenny Lake, 30 novembre

En regardant à l’instant les statistiques du blog, je m’aperçois qu’il y a eu ce mois-ci 1000 visiteurs! Record d’audience battue depuis la création du blog il y a un an. Merci fidèles amis lecteurs!

img5747.jpg Pas de bougie à souffler, mais je partage avec vous ces 2 petites merveilles offertes pour Thanksgiving, et englouties plus vite qu’un clic de photo. La fausse cuisse de dinde est faite dans du caramel et l’os avec un biscuit apéritif.

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 30 novembre, 2010
A 21:07
Commentaires :1
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Portrait de Sherley

Kenny Lake, 30 novembre 

Privée de dog mushing pour encore quelque temps à cause de ce nez cassé, profitons-en pour avancer la série de portraits des doggies. Il a neigé pendant 24H, d’une neige fine et légère. 20 centimètres de crème chantilly, onctueuse et belle, à s’en rouler dedans.

dscn5328.jpg  Sherley, la leader, le cerveau de la bande. La doyenne avec Gobi (sa sœur). 12 ans de bons et loyaux services et toujours aussi énergique qu’un jeune chiot. Sherley fait penser à un coyote, avec son pelage clair roux-brun, sa ligne svelte et ses oreilles immenses, toujours dressées. Leader incontesté, tout en finesse, jamais elle ne s’en prend violemment à quiconque pour prouver sa suprématie. C’est elle qui lance la première les aboiements et hurlements d’alerte, de joie, de tristesse (à nos départs), de remerciement (après les repas, aux retours de mushing). Elle aboie quand les lumières s’éteignent dans la cabin, et quand le jour se lève. Leur « chant » n’est jamais le même et Sherley semble en être le chef d’orchestre.

En traîneau, c’est aussi LA leader (ce qui n’est pas toujours le cas). D’une intelligence vive, elle comprend automatiquement les ordres qu’elle exécute avec brio (sauf quand elle veut me tester un peu) et entraîne avec elle les autres dans son enthousiasme. Elle sait motiver sa troupe, remettre dans les rangs d’un coup de museau les indisciplinés et semble reconnaître tous les parcours effectués par le passé. C’est vraiment  la  chouchoute, car comment ne pas s’attacher à sa douceur et à son intelligence. Elle a le privilège de nous accompagner en forêt dans nos ballades à pieds et de courir parfois sans harnais devant le traîneau. L’une des tumeurs opérée l’année dernière est revenue (à l’épaule droite) et Sherley va devoir subir une autre opération, qui risque de lui coûter une patte. Croisons les doigts pour que tout se passe bien ! Une autre particularité : Sherley creuse de grands trous incroyablement profonds. Son terrain en est un gruyère, jusque sous sa niche qui est maintenant en équilibre précaire. Avec la neige qui recouvre les trous, il faut se méfier où l’on met les pieds quand on vient la voir.  

dscn53511.jpg Sherley et la bande, sur le départ. Côte à côte avec Magellan. Une équipe de « filles ». Matt s’apprête à partir couper du bois en forêt, la tronçonneuse dans le traîneau. Les chiens attendront sagement le temps de la coupe et reviendront avec leur chargement de bois coupé. ça sert aussi à ça le mushing!

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 20:50
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Unforgettable Thanksgiving

Kenny Lake, 28 novembre 

Jeudi 19, Thanksgiving Day. Comme chaque année, Matt se retrouve avec ses amis de Willow Creek (une autre zone de KL), tous invités chez Craig pour la grande bouffe annuelle. Avant de passer à table a lieu le traditionnel match de football américain… 

Petits et grands se joignent au jeu. 2 équipes, une 20° de joueurs, Tall Matt et Eli sont capitaines. Nous avons même des t-shirts crées pour l’occasion, inscrits « Turkey Ball – Copper Center, AK » avec une grosse dinde au milieu. Je suis dans l’équipe adverse de Matt car cette année je veux pouvoir le tackler (me jeter dessus pour le stopper lorsqu’il court avec le ballon de rugby). Craig a délimité un terrain de neige fraîche avec son moto-neige. 

Mon équipe gagne 4-1. Nous ne sommes plus qu’à un point de la victoire! Tout le monde est trempés de neige et de sueur. Je suis tout proche de la zone de marquage et on me lance le ballon que j’intercepte nickel (évènement rare car ce dernier est glissant).  Je vais pour courir et marquer quand les joueurs de l’équipe adverse me tombent dessus  pour me bloquer. Dans la pagaille, je me prends un grand coup dans le nez (un bras, un coude, une main?). J’entends un grand CRAC et tombe par terre de douleur, touche mon nez: il est cassé! Je peux le sentir tout tordu sur le côté! L’HORREUR! Cela me dégoute tellement que j’en ai la nausée. Je me relève titubante, un peu sonnée. Je ne saigne pas vraiment. Kim s’approche de moi: « Oh my God, it’s broken! » On m’escorte dans la maison de Doug et Marnie, à deux pas du terrain et l’on me donne de la glace pour mon nez. Quelqu’un appelle la clinique de Glennallen pour savoir si c’est ouvert. Oui. Tout le voisinage est rassemblé autour de moi, genre une 30° de personnes, qui m’accompagnent jusqu’à la voiture, avec des encouragements, des « Happy Thanksgiving ». Matt m’accompagne à la clinique. Le trajet me semble durer des heures. 30 miles sur une route d’hiver, on roule comme des escargots. C’est douloureux mais supportable. J’ai surtout peur : peur que mon nez soit celui d’un footballeur à jamais ! 

On arrive à la clinique. Une nurse m’accueille et me pose un tas de question. Elle dit en arrivant : « Je regardais justement dans mon bouquin comment on remet un nez en place ». Elle blague ou quoi ? Non. Après toute une série de questions et de papiers à remplir, elle appelle l’infirmier en chef (Ouf !) Il n’y a pas de médecin par ici. Le type est sympa, il a l’air de savoir ce qu’il fait. Il voit que je gigote pas mal et me dit de me détendre. Je lui dit : « I don’t care about the pain, just put my nose straight back as it was ». Cela le fait rire. Je m’allonge sur le lit, il pose ses mains sur mon nez, une de chaque côté et pouce fort avec ses doigts pour remettre mon nez en place. Craquement sinistre. La douleur est plus vive d’un coup. L’infirmier me dit : « C’est bon ! ». Je lui demande un miroir, pour être sûr. C’est enflé, mais ça à l’air droit. Il me fait un rapide bandage et me prescrit un antidouleur. 

Nous repartons ensuite faire la fête avec les amis. En arrivant, accueil triomphal, on me prend en photo, on me donne des big hugs, on me dit que j’ai marqué le point de la victoire : j’étais dans la zone de marquage au moment du coup ! Sympa. Comme ça je n’ai pas cassé ce nez pour rien. Ça m’a ouvert l’appétit cette histoire : dinde et porc, légumes de toutes sortes cuisinés, une dizaine de gâteau… Je me remplis la panse comme il faut. On joue au poker le reste de la soirée. Comme d’hab, je suis la première à perdre tous mes jetons. 

Pas de dog mushing pour les prochaines semaines. Je reste tranquille au coin du feu. Ça n’est pas pour me déplaire mais à voir cette neige fraîche, j’ai déjà les fourmis dans les pieds. 

 img5744.jpg Le lendemain de la bataille.

turkeybowlvoll21.jpg  turkeybowlvoll1reduite.jpg L’équipe au complète à la mi-temps/ Les « Newlyweds », comme on nous surnomme.

 turkeybowlvoll31.jpg  En pleine action. La tacti que: « Merry Mary », le p’tit bout de la notre équipe reçoit la balle et essaye de passer le mur des adversaires pendant que nous faisons les gardes du corps.

img5721.jpg Les joueurs de Poker. De gauche à droite: Tall Matt, Matt « The Hippy », Craig, Micha (notre barman russe à Tonsina Bar), DD la musheuse, Doug le farceur, un ami de Doug, Bill.  

img5736.jpg  La petite pile de jetons de Tall Matt à côté celle de Hippy Matt (en train de gagner).  

img5723.jpg Hamm’s Beer Clan

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 28 novembre, 2010
A 22:46
Commentaires :1
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Portrait de Booger

Kenny Lake, 25 novembre

img5697.jpg

Booger veut dire « Crotte de nez ». Sympa ! Ce chien est drôle comme son nom et semble toujours sourire. Il a un pelage touffu et épais comme Fluffy, qui invite aux caresses. D’ailleurs, il adore ça et a une façon toute particulière de me sauter dessus avec ses pattes avant pour venir les poser sur mes épaules. Il attend ensuite qu’on lui gratte le dos en étirant son cou bien haut.

J ’emmène souvent Booger que je place tout seul en wheel (à l’arrière). C’est un excité, un fou indomptable, incontrôlable. Quand il sait l’heure de la sortie arrivée et que je commence à installer les femelles à l’avant du traîneau, il hurle et aboie comme un dément. C’est toujours impressionnant et j’ai toujours une appréhension à venir le chercher. A peine détaché, il tire de toutes ses forces pour rejoindre les autres. Si fort que je suis entraînée dans sa course et ai toutes les peines à le retenir. Il est si fort, qu’une fois, j’ai glissé dans la neige il m’a traîné comme un sac sur plusieurs mètres… Lui mettre le harnais autour du cou est une autre histoire : Booger se débât tellement pour sentir toutes les odeurs à la ronde qu’il me faut essayer à plusieurs reprises, lui crier dessus et m’accrocher à son dos pour le retenir. Il aboie ensuite très  fort comme pour dire : « ON Y VA MAINTENANT!!!! ». Ce chien me crève avant de commencer. Une fois partis, il est génial. Il fait ce qu’il a faire : courir et tirer le traîneau. Et il accomplit sa tâche brillamment, avec toute sa puissance et son enthousiasme. Et si Monsieur est pris d’une soudaine envie de crotter en cours de route, il s’arrête tout simplement, faisant arrêter toute la troupe. A part ça je l’aime beaucoup car malgré sa folie et sa force, il est tendre et drôle.

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 25 novembre, 2010
A 6:16
Commentaires : 2
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Travaux de couverture

Kenny Lake, 25 novembre 

Depuis lundi, démarrage d’un nouveau projet : la couverture bois de la cabin. Il n’y avait pour l’instant qu’un papier-bâche protecteur au dessus de grandes plaques de bois. C’est surtout esthétique, mais ça isolera également encore mieux la cabin, déjà bien chaude, même par -30°C.

dscn5325.jpg dscn5342.jpg Matt est aux mesures et au cloutage des planches.

dscn5340.jpg dscn5326.jpg  Tandis que de mon côté, je coupe les planches à la scie circulaire. Le bois provient d’une forêt locale et est acheté dans une scierie à deux pas d’ici. Il a fait très froid ces jours-ci (-20;-25°C en journée) mais travailler au grand air est toujours agréable. Et nous sommes toujours récompensés d’un bon thé chaud, d’une bonne soupe et de pain maison toasté au feu de bois.

dscn5346.jpg dscn5345.jpg  Façade Est/ Façade ouest. Pour la façade Nord, nous allons construire une entrée, appelée ici « Arctic entry way« , afin de ranger les chaussures, les affaires d’hiver, le bois à sécher, la nourriture pour les chiens… On pense commencer cet hiver. Il va falloir creuser le sol congelé… Pour la façade arrière, on projette au printemps prochain d’agrandir la maison en ajoutant une serre où l’on pourra planter les semis au printemps et peut être essayer quelques tomates! Il y aura même un coin salle de bain.

 On ne voit le soleil véritablement que 4H dans la journée (entre 11H-15H). Avant et après ça, il est caché derrière les montagnes. On estime qu’à son zénit, vers 12h-13h, le soleil n’atteind qu’une vingtaine de degré au dessus de l’horizon. Cela fait des journées courtes. On en profite pour être dehors tout le jour, quelque soit la température, entre la couverture de la maison, les sorties avec les chiens quasi-quotidienne, et la répartion du bateau.

Quand la nuit tombe (17H-nuit noire), on reste au coin du feu. Lecture, écriture, tricot (pour moi), ordi pour le Journal, plus un bon film de temps en temps. Avec ces journées courtes débute un autre rythme: Qu’est-ce qu’on dort! De vraies marmottes. Et comme c’est bon de vivre au rythme des saisons.

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 5:37
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Première sortie ensoleillée

Kenny Lake, 15 novembre 

Quatrième journée consécutive que nous sortons avec les chiens. Leur énergie est toujours aussi vive. Aujourd’hui (13 novembre), le ciel bleu est enfin revenu. Nous partons en début d’après midi, quand la température est à son maximum et quand les couleurs dorées de l’automne sont à leur zénith.

dscn53121.jpg Matt donne à chacun un snack avant le départ.

dscn53181.jpg Mon équipe : devant les « filles » attendent sagement, à l’arrière, Loogy et Booger remuent comme des diables.

dscn53191.jpg Matt finit d’attacher son dernier chien. Le départ est imminent.

 dscn5320.jpg En sortant de la forêt, une piste encore fraîche. Nous rejoignons une piste pour voitures pour finir la boucle et rentrer au bercail.

 dscn5323.jpg Dernière ligne droite avant le jardin de Matt et le snack-récompense tant attendu. Sur une piste damée, ça glisse doublement vite!

 

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 16 novembre, 2010
A 1:11
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Portrait de CJ

15 novembre, Kenny Lake

Je commence une série de portraits (en plusieurs épisodes) des 12 chiens qui nous valent tant d’aventures…  En les connaissant un peu mieux chacun, vous pourrez ainsi mieux apprécier les entrées consacrées aux sorties Dog Mushing.

CJ 

La plus petite de la bande, fille de Gobi, 7 ans. Petite mais costaude. Je l’appelle « la  bonne élève ». Car cette bande de chiens, c’est comme une classe avec ses bons et ses mauvais élèves ! CJ, c’est la petite discrète, qu’on n’entend pas mais qui bosse dur. Elle y met toujours du sien et elle est toujours partante. Une petite bombe d’énergie qui fait plaisir à voir. Depuis l’année dernière, elle fait ses preuves en tant que Lead Dog, c’est-à-dire devant le traîneau, en binôme. Ce sont généralement les femelles (plus malines pour comprendre les ordres), mais toutes ne font pas l’affaire. CJ ne rechigne jamais, bien que ce soit une position stressante : c’est aux lead dogs que s’adressent les ordres de direction (et les cris –ou injures- quand ils se trompent !). Elle comprend Jee !(droite) et Haa !(gauche), et on peut lui faire confiance. C’est mieux de la mettre avec un autre Lead Dog qui a plus d’expérience, car elle peut être influençable et suivre les bêtises d’un autre apprenti (comme Loogy) vers une mauvaise piste, juste pour voir ce que je vais dire… Signe particulier : elle n’attend qu’une chose : que l’on s’approche de trop près pour nous lécher sauvagement la figure !

dscn5317.jpg dscn5316.jpg CJ, la Noireaude.

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 0:38
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Alaskan bread

Kenny Lake, 14 novembre

Faire son pain sans électricité demande quelques astuces et un peu de temps…

dscn5309.jpg Deux fois par semaine, je mets la main à la pâte. Celle-ci lève gentiment au dessus du wood stove, pas trop près non plus, sinon elle aurait vite fait de cuire !

dscn5310.jpg Tandis que la pâte lève pour la deuxième fois, il faut préparer le feu. Matt a coupé à la hache un stock de petit bois sec et s’attèle à l’allumage du kitchen stove, dehors. Le conduit de cheminée est enneigé et le four met presque une heure à chauffer, surtout quand il fait froid comme aujourd’hui (-10°C). Patience… Le pain mettra un peu plus de temps à cuire. Aussi il faut vérifier régulièrement qu’il ne brûle pas sur un côté et le changer de face. Pas de fonction « chaleur tournante ». Mais les efforts sont récompensés par deux belles miches de pain, qui n’auront d’ailleurs pas le temps d’être prise en photo…

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 15 novembre, 2010
A 4:29
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Let’s get started !

Kenny Lake, 11 novembre   

Hier enfin, nous avons pris le chemin de notre première “glisse” de la saison! Excitation, excitation ! 

Avec le changement d’heure, il fait désormais nuit à 17H30. Il est déjà tard dans l’après midi, et je bosse toujours activement sur mon sled. Je me speed et fais tout de travers dans mon empressement car je veux absolument sortir aujourd’hui. Il faut encore attacher mon nouveau pare-choc, rajouter des clous sous mon frein (sorte de pneu à l’arrière avec lequel je peux ralentir le traîneau avec le pied), ficeler l’une des nouvelles pièces en bois… 

Dehors, les chiens hurlent déjà. Ils sentent que c’est pour aujourd’hui ! Matt prépare son traîneau, rassemble les lignes principales et les harnais des chiens. Puis il donne un snack à chacun. Au menu : cheval ! Fraîchement tué et découpé la veille. (C’était un vieux cheval malade qu’un voisin préférait tuer que de faire souffrir ad vitam). Les chiens sont fous de joie. 

Cette fois mon sled est prêt. Il est tout beau et ne demande qu’à glisser ! Chacun choisit ses chiens. Avec moi, Doc & Fluffy comme leader, Snot & Picker au milieu, Booger en wheel. Sherley vient aussi mais court librement. (Il va falloir encore l’opérer à cause de cette tumeur cancéreuse à la jambe qui est revenue).  Il fait -6°C. Température idéale. Le brouillard est si bas qu’on pourrait presque le toucher, mais la visibilité au sol est bonne. Nous choisissons le « Small Loop », une courte ballade en forêt d’environ 3-4km, pleines de virages et de surprises. Les premières courses sont toujours courtes car les chiens n’ont pas fait d’exercice depuis… 8 mois bientôt ! 

On dirait un départ de compétition. Tous les chiens aboient furieusement, sautent en tous sens et tirent fort sur leur harnais. La voie grave de Matt retentie : « Everybody ready…. ? ALL RIGHT !!!». C’est le signal. Matt lâche l’attache qui retient son sled et les chiens enfin libres filent au triple galop. Je donne mon signal quelques secondes après, couvert par les aboiements. Une fois partis, grand silence. Les chiens sont tout à coup concentrés et ne pensent plus qu’à courir. Whaouuuu… j’avais oublié la vitesse et l’énergie des premières sorties. Mieux vaut freiner dans le premier virage ! 

Nous prenons la direction de la forêt, mes chiens aux talons de Matt. La neige est fraîche mais les chiens sont à peine ralentis. Sherley ne comprend pas bien pourquoi elle n’est pas leader dans la ligne et s’intercale au milieu des chiens de Matt. Puis vient voir les miens. Elle ralentie un peu la troupe au début puis saisit qu’il faut courir comme d’habitude et qu’elle a le privilège de montrer le chemin. 

Etre derrière Matt ne signifie pas qu’il n’y a aucun obstacle. Le chemin est plein de branches en travers, de tous côtés qui ne demandent qu’à s’agripper et me retenir en arrière.  Vigilance constante donc. Je pense déjà à revenir à pied pour en couper quelques unes. Une fois le rythme  de croisière établi, la même magie opère : silence de la forêt, souffle des chiens, traces d’animaux dans toutes les directions dans la neige fraîche, bruit furtif d’un faisan qui s’envole… Symbiose avec la Nature. Grand bol d’air frais, de joie et d’énergie. Que de belles sensations retrouvées ! 

 La ballade se termine très bien. C’est comme apprendre à faire du vélo, ça ne s’oublie pas ! J’ai quand même chuté sur un tronc d’arbre au milieu d’un sentier étroit mais mon poids dans la neige fraîche à arrêté le traîneau déjà couché. Juste histoire de tester la solidité de ma nouvelle bécane. 

 dscn5306.jpg Préparation des traîneaux.

dscn5279.jpg Au premier plan, Doc, Gobi et Loogy.

portraitschienscopie.jpg Portrait des Doggies fait l’année dernière. Sherley et Gobi sont soeurs. Gobi est la mère de Snot, Booger, Loogy, Chewy, Picker (tous synonymes familiers de « crotte de nez »!), CJ et Dewy!!! Doc et Fluffy sont demi-frère. Magellan est leur cousine à tous. Pour la petite histoire de famille…        

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 12 novembre, 2010
A 1:33
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Meet the Farmer

Kenny Lake, 11 novembre   

Meet the Farmer” est le nouveau programme organisé à l’école de Kenny Lake, à l’heure du snack de 10H pour les 4-8 ans. Une fois par mois, un jardinier local vient faire une petite présentation de son jardin et des produits qu’il vend et amène quelques légumes/fruits cuisinés pour faire goûter aux enfants. Hier, Matt était l’invité du mois… 

A cette époque de l’année, il n’y a bien sûr plus rien au jardin –deux rangées de betteraves congelées cachées sous la neige- et les provisions pour l’hiver stockées à la cave sont congelées elles aussi et pas forcément au meilleur de leur aspect ! Mais nous avons encore une belle citrouille ! Graines envoyées de France au printemps par ma mère… La saison est courte et les citrouilles ont finies de mûrir à l’intérieur, sur le rebord de la fenêtre. 

Nous décidons donc de préparer notre citrouille. Une bonne soupe maison, héritage familiale. A 7H30, épluchage et préparation du cucurbitaceae, à 9H45, arrivée à l’école avec notre soupe bien chaude, réduite en purée pour que les petits ne facent pas la tête en voyant les navets et les oignons !  Une cinquantaine d’enfants écoutent sagement Matt pendant 15 minutes, qui leur raconte ce qu’il plante, comment, où… Les enfants posent ensuite leurs questions, souvent très marrante, allant de « Est-ce que vous plantez des carottes vertes ? » à « Ma maman à une citrouille dans le jardin». 

Puis les enfants viennent à la file indienne à notre table pour avoir leur petite dégustation de soupe. Pas de grimace ! Tous finissent leur bol : victoire ! Un petit natif, téméraire, vient quand même dire à Matt qu’il manquait un peu de sel et de poivre ! Et demande avec un grand sourire s’il peut repartir avec la moitié de citrouille en démonstration sur la table. 

Une façon de leur montrer que l’on peut manger local, sain et bon. La cantine de l’école vient de fermer faute de budget et partout il y a des affiches où les parents sont invités à leur préparer de « bons repas » à midi. En partant, je vois les enfants sortir de leur sac toute une variété de bonbons gélifiés, serpentins gluants… C’est pas gagné ! 

dscn5302.jpg  dscn5300.jpg Tall Matt, à l’aise, face à son auditoire attentif!

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 0:27
Commentaires : 0
 
12
 
 

Les voyages d'Esteban |
Randonnée Roumanie |
runireland |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jrny
| lacharbonnerie
| Le grand voyage