Free yourself

Vivre et grandir au coeur de l'Alaska

 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2010

Gobi’s dinner

Kenny Lake, mercredi 29 décembre   

Ce soir, c’est Gobi qui régale. Gobi est la doyenne de nos chiens et dors depuis les grands froids à l’intérieur de la maison. Elle semble apprécier sa vie paisible au chaud, un vrai luxe. Elle est aussi sage qu’un chat, ou presque! Elle demande à sortir de temps en temps pour aller faire ses besoins et revient en courant en moins de 2 minutes devant la porte, aboyant pour qu’on la laisse rentrer. Il y a 3 jours, Gobi fait son tour habituel… je ne la vois pas revenir et sors pour aller chercher du bois. C’est alors que je la vois à 5 mètres de la maison en train d’égorger un lièvre blanc ! Je cours vers elle pour confirmer que je ne rêve pas : le lièvre tout ensanglanté semble bouger mais est en fait déjà mort. Matt sort de la maison pour voir pourquoi je crie « OH GOBI ! ». Les lièvres sont partout dans le jardin, venant chercher les herbes sous la neige et l’écorce de tremble des branches d’arbres que nous avons fraîchement coupés. Mais c’est rare d’en voir le jour. Gobi a dû trouver un terrier à deux pas d’ici.

L’animal encore chaud, Matt s’en va le préparer tandis que je rentre Gobi. Tous les chiens aboient, pensant que la bête sera leur snack…. Ils rêvent ! Je pensais justement à manger du lapin ces jours-ci ! Vœux exaucé ! Nous congelons l’animal dehors, le temps de se procurer du vin blanc.

Et voilà. Hier soir, j’ai cuisiné le lièvre à la moutarde et au vin blanc avec les carottes et oignons du jardin. Cuisine sur le wood stove (poêle à bois) oblige, car nous sommes à court de propane et avec ce froid, le marchand ne vend pas de gaz pour éviter d’abîmer sa pompe. Il n’empêche que notre lièvre a cuit à merveille !

dscn5397.jpg Lièvre sauvage à la moutarde, aux herbes aromatiques, oignons et carottes du jardin, accompagné de sauce béchamel à la moutarde et de pâte. Hum…. Pas aussi bon que  celui de la grand-mère, mais quand même… Mon premier sauvage!

Je pense garder la fourrure pour faire l’intérieur d’un bonnet en laine…  

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 30 décembre, 2010
A 3:09
Commentaires : 2
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2010

Another Christmas in Alaska

Kenny Lake, 26 décembre

Nous devrions être en France à l’heure qu’il est, mais mes papiers pour l’immagration mettant plus de temps que prévu pour se faire, nous ne viendrons en France que mi-mai. En attendant, on ne s’ennuie pas et nous avons passé un super noel…

Le 24 au matin, j’ai pu « skyper » avec la famille en France. C’était déjà le Réveillon pour vous… Nous avons passé la soirée tous les deux. Saumon au menu, évidemment, et bons légumes du jardin cuisinés! Et puis banana cake, ma spécialité! Nous avons ensuite regardé quelques classiques de noel américains de noel dont « Miracle on 34th Avenue » (de 1957).

 img6081.jpg  img6079.jpg Le 25 au matin, pas de bonne heure…: Santa Claus n’a pas eu à passer par la cheminée… ô surprise! Plein de cadeaux sous le sapin! Vous pouvez voir ici nos visages étonnés… Dehors, il fait encore -33°C. Le froid ne nous quitte plus depuis 1 semaine (5 jours avec -40°).

  img6087.jpg  cadeaumatt.jpg img6097.jpg  Matt commence par le plus gros cadeau. Un énorme paquet avec mon nom dessus… Je débale, je débale, ça n’en finit plus. A se demander s’il y a quelque chose au fond! Mais oui! Une petite boîte… avec une belle chapka dedans! En cuir bleu turquoise et faite avec du renard arctique! C’est doux, c’est chaud…. incroyable! J’ai testé aujourd’hui en sortant avec les chiens: chaleur garantie!

 img6100.jpg Matt au milieu des cadeaux par milliers et du bazard d’emballage… Nous avons été très (trop) gâtés!

img6102.jpg dscn5394.jpg Les cadeaux une fois « rangés ». ça donne, dans le désordre: des beaux livres, des confitures (maison) envoyé par les parents de Matt, un « churn butter » d’antan qui marche (un batteur à main pour faire du beurre!!), un set de draps polaire, 2 taies d’oreiller « noel » (fait main), des vêtements & chaussures, du café, du thé, des fruits (dans mes chaussons!), une guitare (prêtée par un ami musicien)… Cadeaux de mariage mêlés aux cadeaux de noel, on ne s’attendait pas à tout ça! Merci merci! Et on n’attend encore quelques colis…

dscn5392.jpg Mon bureau illuminé. Suspendues, toutes nos cartes de voeux…

L’après midi, j’ai motivé Matt pour sortir avec les chiens. Après une semaine de grand froid, les chiens s’impatientent, moi aussi! Direction la forêt pour une petite balade, chacun avec 6 chiens. La neige est fraîche et épaisse, nous avançons doucement, mon équipe collant aux baskets de Matt. Balade sans incident, si ça n’est que mon équipe à bien failli m’échapper dès le départ, le crochet les retenant ayant lâché sous l’élan des chiens, avant que j’ai eu le temps de monter sur mon sled! Heureusement, je suis à côté et j’ai le temps de sauter sur la ligne principale pour retenir mes 6 chiens déjà au galop. Il fait -35°C, le froid s’incruste partout: visage, mains, pieds, les plus exposés ont du mal à garder leur chaleur. Il est temps que je sorte l’équipement « Grands Froids »: Bunny Boots (chaussures polaires), mouffles, écharpe pour protéger le nez et les joues et autres couches en plus…

Tant qu’à être réchauffés, autant aller couper du bois avant la nuit. Notre provision diminue vite ces temps-ci! Il reste encore pas mal de bois mort derrière le jardin. Deux vieux trembles feront l’affaire pour 2-3 jours. Notre réserve de propane est épuisée. Nous cuisinons sur le wood stove depuis ce matin, le temps que la température remonte. La pompe à propane chez le marchand du coin étant gelée pour le moment…

Nous passons la soirée chez Matt & Kim, les « Hippies », comme on les appelle. Toute la famille alaskane est là ou preque: DD la musheuse, Craig le joueur de poker, JT l’ancien Wwoofeur chez Matt, John, Chris et ses deux énormes chios-loup et toute la famille de Kim. Nous sommes une 12°. Bon buffet convivial, à la bonne franquette. Des vieux films de noel passent toute la soirée à la TV. Bonne ambiance, agrémentée par les jeux et bêtises permanentes des chiens (4 dans la maison!) et du chat.

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 27 décembre, 2010
A 7:29
Commentaires :1
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2010

Lunar Eclipse

Kenny Lake, 27 décembre 

Lundi 20 décembre, vers 21H30, débute l’éclipse de lune par chez nous… Le ciel est absolument dégagé, il fait -39°C. Nous pouvons observer l’éclipse depuis l’intérieur, lumière éteinte, mais ça n’est pas pareil à travers les vitres sales… Nous faisons donc de petites excursions dehors, entre 5-10 minutes, le temps de se remplir les yeux de la magie de l’univers. Puis nous rentrons au chaud pour se réchauffer un moment avant de ressortir quand le sang est revenu dans nos doigts. A chaque fois, je pose mon appareil photo sur un tripode improvisé : une bûche de bois et des petites cales sur le four à bois, pour être stable. Il faut faire vite car mes doigts gèle en quelques mintutes (je dois retirer mes gants pour régler l’appareil) et ce dernier n’aime de toute façon pas rester dehors bien longtemps (les bateries se déchargent). Voilà le résultat.

lunqreclipse.jpg   6 étapes du début à l’éclipse totale.

Lorsque l’ombre de la terre eut recouvert totalement la lune, celle-ci est devenue rouge sombre. Des milliers d’autres étoiles sont alors apparues, invisibles avec la pleine lune. Nuit totale. Les chiens n’ont pas eut l’air troublé, au chaud dans leur niche.

Nous avons observé ensuite depuis la maison -au travers du vasistas- le retour de la lune. Pas jusqu’au bout, se faisant déjà tard! Mais du fin fond de l’Alaska, depuis notre clairière au milieu des bois, il nous semblait que la lune se donnait en spectacle pour nous seuls.    

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 4:57
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2010

Still cold

Kenny Lake, 19 décembre   

Notre 3° journée de grand froid s’achève: jusqu’à -43°C la nuit, -36°C au mieux dans la journée. Le ciel est clair et le soleil bien présent durant quelques heures mais sa chaleur ne nous atteint pas. C’est étrange de passer la journée à l’intérieur : un air de vacances, mêlé à un sentiment d’isolement total. Du temps pour lire, écrire du courrier, faire des puzzles, cuisiner, manger des chocolats, regarder un bon film… Toutes les 2-3 heures, Matt remet du bois dans le wood stove, dès que le froid se fait en sentir. La chaleur à l’intérieur monte parfois jusqu’à 30°C et nous sommes alors en t-shirt. Je vous laisse imaginer la vague de froid qui nous saisit lorsque nous ouvrons la porte !

Ce matin, nous sommes allés coupés un peu de bois, notre provision diminuant à vue d’œil. Pas moins de dix minutes pour enfiler notre équipement polaire. Je ne compte plus les couches mais même équipés, une fois dehors il faut s’activer sans quoi les pieds et les mains gèlent en un rien de temps. Matt coupe les arbres morts en petits rondins que je charge sur le sled. Il ramène ensuite le chargement en le tirant courageusement, tandis que je traîne derrière lui les grandes branches. Notre lieu de coupe n’est heureusement qu’à 200-300 mètres.

img5997.jpg img5998.jpg Au retour de la coupe. Matt, notre nouveau super sled dog! 

img6000.jpg L’abominable Femme des Neiges, le retour… Voilà le résultat après 1H dehors. J’ai dû mettre les lentilles de contact car le givre m’emêchait d’y voir avec ma respiration givrant sur les lunettes. Cils givrés sourire congelé! (Je vous épargne le stalactite au bout du nez…)

 img6014.jpg Et voilà! On eu pitié de Sherley aussi cette après midi. Sherley nous faisait sacrément la tête depuis 2 jours. Les deux soeurs se retrouvent au chaud, Gobi à l’aise désormais, sa soeur encore intimidée pour l’instant. Les autres chiens ne se plaignent pas car ils ne connaissent pas l’intérieur chaud et douillet…

 img6005.jpg img6008.jpg  Lumières de noel à l’intérieur aussi,du côté de mon bureau, tandis que je joue au piano (électrique)/ Notre sapin de noel illuminé.

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 20 décembre, 2010
A 5:17
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2010

Record de froid

Kenny Lake, 17 décembre

Depuis hier soir, le froid nous oblige à rester bien au chaud : -40°C ! Avec une moyenne dans la journée de -36°C/-38°C. Dehors, les chiens recouverts de gel sont pelotonnés dans leur niche et attedent courageusement que le thermomètre remonte. Ils ont reçu double ration aujourd’hui. Il faut leur donner beaucoup d’eau aussi car ce froid sec les déshydrate.

Première journée passée entièrement à l’intérieur. Nous ne sortons que pour aller chercher du bois ou aller aux toilettes, en courant. Ces petits intermèdes où le froid vient nous mordre le bout des doigts nous rappellent comme nous sommes fragiles dans ce pays du Grand Nord, où nous ne pourrions survivre plus de quelques heures avec un simple veston sur le dos… Le contraste entre la beauté du froid et son hostilité me font aimer encore davantage cette contrée reculée où seuls une poignée de fous (de liberté) osent habiter…  

sanstitre1.jpg C’est à -40° que Celsius et Fahrenheit se rejoignent. Voilà les minimas de la nuit dernière: les chiffres du haut indiquent la température intérieure, ceux du bas l’extérieur. Mais il est possible qu’il fasse en fait légèrement plus froid dehors, le capteur étant un peu abrité. Matt se lève au milieu de la nuit pour remplir le wood stove, sans quoi il ferait zéro le matin en se réveillant! Le bord des fenêtres à l’intérieur s’est recouvert de glace.

dscn5377.jpg Gobi, la doyenne, nous faisant pitié, passe les grands froids à l’intérieur avec nous. Elle se fait toute petite sur le canapé (pour se faire oublier). Sherley, sa soeur, boude dans sa niche…

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 18 décembre, 2010
A 5:14
Commentaires :1
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2010

Christmas Tree

 Kenny Lake, 16 décembre

Hier matin, en allant couper du bois dans la forêt derrière le jardin, nous avons trouvé le plus beau des sapins. Il semblait nous attendre là, à côté d’un arbre mort à couper. Comme il est grand pour la cabin et trop beau pour ne durer que quelques jours, nous avons décidé de l’installer dehors, à côté de la porte d’entrée. Matt a ressorti sa vieille boîte de noël du fin fond de l’atelier. Les souris semblaient y avoir élues domicile…Quelques vielles boules à demi-cassées, de petits personnages poussiéreux, trois guirlandes électriques à pile… J’ai donc confectionné quelques jolis nœuds et des guirlandes de pop- corn et de canneberges (petite baie rouge), que les oiseaux pourront venir picorer.

dscn5370.jpg Faire son sapin par -35°C, ça n’est pas banal et je peux vous dire que je n’ai jamais été aussi vite ! Vous pouvez aussi voir que nous avons fini de couvrir la façade principale. Nous attendrons le printemps pour construire une entrée, appelée ici « Artcic Entry Way », qui servira de rangement pour les chaussures et autres bazars encombrants.

 dscn5374.jpg Matt alimente le feu de notre four à bois… Espérons que le pain réussira à cuire par cette température. Matt a installé du papier aluminium au dessus du four pour contenir la chaleur, ça semble marcher! Le jour nous quitte déjà, bientôt 16H.

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 17 décembre, 2010
A 2:40
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2010

Thursday night at Tonsina

Kenny Lake, 14 décembre 

Ce soir là, Match de basket ball Miami-Cleveland. Chris, notre jeune ami irlandais et voisin (10 minutes à pied par la forêt), est venu voir son équipe jouer accompagné de ses adorables peluches : Buck Eye et Lupin, frère et soeur.

Leur histoire mérite d’être comptée… Ces deux petits ont été sauvé d’un voisin, l’un des doyens de Kenny Lake, qui possède apparemment plus de 15 chiens, tous en liberté ! Autant dire qu’ils se reproduisent à vue d’œil. Slim Boner est trop vieux pour en prendre soin et c’est la débandade. Kamy (une jeune fille qui s’occupe de lui et des chiens) a décidé de prendre en main les derniers petits -certains s’étant fait mangés- et de leur trouver un maître, en même temps que de faire opérer quelques femelles. Cette meute de chiens est énorme. On ne sait pas si c’est une légende, mais Slim aurait il y a plusieurs années récupéré deux louveteaux dans une tanière. Louveteaux qu’il aurait ensuite croisés avec des chiens alaskans. Buck Eye et Lupin aurait donc un grand-parent loup. Ils n’ont que 3 mois à peine mais promettent d’être bien plus gros que nos chiens. Ils ont un pelage épais gris-brun magnifique. Les observer jouer vaut bien mieux que de regarder la TV !  

 img5814.jpg img5809.jpg Les photos sont sombres comme l’intérieur du bar… Lupin le chiot-louveteau fait la sieste au milieu du bar/ Chris et Lupin devant le match. Quand à Buck Eye, impossible de le prendre en photo!

Ce soir là aussi, Leena et Sergei, le couple russe qui dirige le Tonsina Lodge, ont décidé de déplacer le vieux piano dans l’ancien Lodge (celui des années 1920). Tous les garçons présents sont mobilisés pour le déménagement du piano. Une épopée : dehors il fait -30°C, la neige est fraîche et profonde, le vent souffle à vous congeler sur place, il fait nuit noire ! L’antique piano, qui doit bien dater des années 20 lui aussi, pèse plusieurs centaines de kilos et la moto-neige est en panne ! Il faut donc trainer l’instrument dehors, le coucher sur un traîneau et le tirer dans la neige jusqu’à l’ancien bâtisse hantée. Nos braves alaskans n’ont peur de rien, la plupart sortent même sans manteau, leur frontale par-dessus le bonnet. Je ne veux pas manquer une occasion de visiter le vieux lodge. Je suis la troupe avec l’appareil photo. Parfois, le traîneau s’enfonce tellement qu’il faut creuser et damer avec nos pieds un semblant de piste dans la neige qui nous arrive mi-genoux. Le pauvre piano est malmené et j’en ai mal au cœur. Nous arrivons enfin aux portes du vieux bâtiment, distant seulement d’une 60° de mètres. Les gars parviennent à hisser le piano à l’intérieur. Ouf ! Tout le monde est congelé, la visite du Lodge sera pour une autre fois…

img5819.jpg img5825.jpg img5829.jpg Le déménagement du piano depuis le nouveau lodge vers l’ancien. J’ai essayé d’en jouer, seule quelques notes sortent encore (tout le mécanisme intérieur à réparer). Les touches sont en ivoire, cassées pour la plupart. En posant les doigts sur ce clavier j’ai fait un bon dans le passé: L’image d’un homme avec un chapeau noir en train de jouer une musique jazzy. Ce piano mériterait d’être restauré! En attendant, il retourne dans ces anciens appartements.

  

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 15 décembre, 2010
A 21:08
Commentaires :1
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2010

Consommation d’énergie

Kenny Lake, 14 décembre 

Pour avoir une idée concrète de nos consommations d’énergie par ici, j’ai noté rigoureusement pendant un mois toutes nos consommations en eau, bois, essence, gaz (propane) du mois de novembre. Je la partage avec vous…. Commentaires bienvenus !

L’eau : Comme vous le savez, nous n’avons pas l’eau courante à la maison. Il faudrait creuser un puits profond (60 mètres), coûteux et pas indispensable. Nous allons au puits communautaire, à 10 minutes en voiture, où nous y remplissons des jerricanes de 5 gallons (19 litres). Notre consommation en eau pour un mois a été de 227 litres (60 gallons). Bien sûr, en été, nous consommerons plus avec l’eau d’arrosage pour le jardin et les Wwoofeurs que nous accueillerons. Je ferai d’autres moyennes…

Pour l’eau des chiens, nous avons rempli au puits un container de 132 litres (35 gallons). Les chiens consomment bien plus sur un mois, mais nous faisons fondre quotidiennement de la neige pour eux dans une grande casserole.

Nous prenons également des douches au Tonsina Lodge, en moyenne tous les 5 jours (Bah ! Les crados !!) Oui, mais ça ne veut pas dire qu’on ne fait pas de toilette de chat entre deux ! Ce qui fait 12 douches à deux pour un mois (combien de litres? je ne sais pas? mais on n’a pas l’habitude de traîner vu qu’il fait souvent froid !). Ça me rappelle la vie sur Le Manguier !

Le bois : L’hiver dernier, nous allions environ une fois tous les 2-3 semaines chercher un chargement de bois en voiture, l’arrière du truck étant plein à craquer. Aucune idée du poids, mais certainement plusieurs centaines de kilos, le bois étant notre unique source de chauffage. En novembre, Matt est allé couper du bois mort dans la forêt autour de la maison. Il estime qu’il a coupé 5-6 arbres, taille moyenne (peuplier/sapin). Une fois le bois coupé, nous embauchons quelques chiens pour le ramener, ou lorsque le bois n’est pas trop loin, nous le traînons nous même dans un traîneau. C’est du sport dans la poudreuse  épaisse des sous-bois mais ça fait du bien ! Bien sûr, notre consommation varie avec la température. Le sapin brûle moins vite que le peuplier. Par ici, la plupart des gens se chauffent au bois. Nous utilisons le tronc pour chauffer la maison et les branches pour faire cuire le pain ou les gâteaux dans le four à bois dehors. Rien ne se perd.

Propane : Le gaz dont on se sert pour cuisiner et s’éclairer. La lampe propane est notre principale source de lumière, bien que nous utilisions une lampe électrique parfois pour travailler à l’ordi ou lire. Nos frontales sont rechargées à l’électricité aussi. Pour le mois de novembre, nous avons consommé 10 gallons de propane.

Essence : Nous utilisons de l’essence pour la voiture bien sûr et pour le générateur nous fournissant de l’électricité.

La consommation essence pour la voiture a été de 34 gallons (128,5 litres). Nos déplacements voiture sont justifiés principalement par le Journal, entre les livraisons (Valdez 95 miles-152km aller) et les courriers à aller récupérer en ville (Glennallen 40 miles- 64km ou Copper Center 25 miles-40km).

Pour le générateur, nous avons utilisés 7 gallons (26,5 litres). Nous utilisons aussi l’électricité essentiellement pour alimenter nos ordinateurs, ou lorsque nous travaillons dehors avec les outils (scie, ponceuse…).

Voilà, vous savez tout !

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 14 décembre, 2010
A 23:02
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2010

Nouvelles activités, nouvelles rencontres

Kenny Lake, 14 décembre 

Avec ces longues soirées d’hiver, je me suis remise au tricot (ça faisait des années)! Tous les lundis soirs, chez « Wengers Country Store », Marlene, qui tient l’épicerie locale, invite ses amies à une session tricot. Ambiance mamie près du poêle à bois, thé chaud, petits potins et musiques de noel. Très amusant. Concentrée sur mon tricot (une écharpe pour Matt, des chaussettes pour moi), je ne parle pas beaucoup, mais écoute et me fait l’oreille. On me donne des conseils, on me montre comment faire et à chaque fois, Marlene nous sort un bon fromage ou des cookies fait maison. Un petit groupe bien sympathique.

C’est ici que j’ai rencontré Linda et Mollie, qui travaillent comment bénévole à librairie de Kenny Lake. Et voilà qu’elles m’ont motivée pour m’occuper de la librairie une après midi par semaine ! Comme j’ai pas mal de temps libre pour l’instant, pourquoi pas. Une autre façon de rencontrer du monde et de lire des bons bouquins. J’ai commencé mardi dernier, entre 16H et 19H30. Pas beaucoup de visites, mais la petite librairie est accueillante et confortable et il y a de quoi s’occuper.

img5948.jpg img5947.jpg Jim Odden à la guitare, à l’arrière plan, le doyen de Kenny Lake. Jim est aussi pilote d’avion. Je rêve déjà de lui demander un jour un petit vol au dessus de la vallée de Copper River… Marie Odden au violon, (l’ancienne éditrice/manager du Copper River Record) et Doug Vollman. Tous trois excellents musiciens et bons amis. Photo prise Samedi 4 décembre, lors d’une fêtre organisée à la librairie de Kenny Lake.

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 22:58
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2010

Dog mushing : c’est reparti !

Kenny Lake, 14 décembre 

Le rythme d’hiver s’est installé. Il fait nuit noire à 16H30 et le jour ne se lève pas avant 9H-9H30, ce qui nous laisse de bonnes grasses matinées et de longues fin d’après midi au chaud.

Le journal Copper River Record est publié tous les 15 jours. Nous y consacrons une semaine de travail avant la parution, dont 3 jours à temps plein par édition. La semaine précédent le journal, je m’accorde une « pause » en sortant avec une équipe de chiens, souvent 6, en début d’après midi. La balade dure souvent 1H, quasi-quotidienne. S’il m’arrive de ne pas le faire, les chiens hurlent tristement tout l’après midi, déçus de rester à la niche.

Mon nez est encore fragile mais je fais attention à ne prendre aucun coup de museau malencontreux. Je tiens aussi à jour un Journal de mes sorties, indiquant la date, le nom des chiens et leur position, les conditions météo, les évènements ou surprises rencontrés. Aucune sortie ne se ressemble, aucun paysage n’est le même et c’est ce qui fait la magie du dog mushing… Chaque sortie me rapproche un peu plus des chiens, me les fait aimer davantage et connaître leur personnalité unique.

img5969.jpg CJ et Fluffy attendent bien sagement tandis que j’essaye difficilement de passer le harnais à Chewy.

img5952.jpg Et c’est parti avec Sherley et Doc, motivés!

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 22:46
Commentaires : 0
 
12
 
 

Les voyages d'Esteban |
Randonnée Roumanie |
runireland |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jrny
| lacharbonnerie
| Le grand voyage