Free yourself

Vivre et grandir au coeur de l'Alaska

 

Premier semis… at last !

Kenny Lake, 28 avril 

Aujourd’hui, grand beau ! J’ai pu être en t-shirt quelques heures au soleil pour la première fois de l’année ! Je note toutes les « premières » de l’année dans mon calendrier, celle-ci en rouge ! Quel bonheur après 7 mois sous des couches de vêtements ! Une renaissance !

Nous partons dans une semaine (pour ma fête le 5 mai J), juste après la publication du prochain Journal. Direction Chicago et l’Illinois pour une semaine avec les parents de Matt, puis deux semaines en France ! Yahouu ! J’ai hâte de bouger ! Vacances pendant lesquelles nous allons quand même travailler sur la publication d’un numéro du Copper River Record. Mieux vaut éviter la coupure avec nos publicitaires, écrivains et avides lecteurs.

Avant le départ, plein de choses à faire…  Entre autres, la publication du journal, finir la réparation de notre greenhouse, planter tous nos semis, préparer notre absence en ayant tout à disposition pour notre ami Chris, qui fera le gardiennage des animaux et du jardin pendant 3 semaines. Plus donner une première couche de peinture à l’intérieur du bateau et finir de nettoyer ma peau de mouton… Heureusement, les journées sont longues désormais ! 5H-23H, et les nuits raccourcissent encore.

Après-midi préparation des semis (une partie seulement). Le vent se lève et mes graines de salades s’envolent partout ! Brocolis, choux et différentes variétés de salades de planté, c’est déjà un début. Nous commençons tard cette année avec ce froid et cette neige qui ne fondait pas. Notre engrais est fait à partir de saumons compostés (fabriqué en Alaska). Ça ne sent pas et c’est très riche en nutriments.

 img1358.jpg img1360.jpg Judith plante ses graines pendant que Matt répare le toit de la serre. Deux vues du jardin. L’herbe est encore grillée, mais les oignons blancs dans le jardin pointent déjà leur nez! Notre panier de basket est en place également. Placé à une hauteur de géant, j’apprends à viser haut!

La neige a fondu à vue d’œil cette semaine, vraiment incroyable. Il ne reste que des traces dans les sous-bois à l’ombre. Matt vient d’installer l’une des deux piscines qui nous servent de réservoirs à eau. La neige en fondant a formée de grandes mares ici et là dans la cours et nous aurions de quoi remplir bien plus si nous avions plus d’espace de stockage. Une pompe alimentée par un petit générateur remplie une piscine, reliée à une mare par plusieurs rallonges de tuyaux de jardin.

Toute cette eau devrait servir à alimenter notre jardin et abreuver les animaux jusqu’à fin juin, peut être plus. Bien plus pratique que de faire d’innombrables allers/retours au puits communautaire!

img1364.jpg L’un des bassins d’eau où la neige fondue s’accumule provisoirement.

img1363.jpg Super piscine pour enfants parfaite comme réservoir à eau!

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 29 avril, 2011
A 6:38
Commentaires : 0
 
 

Backpack parties

Kenny Lake, 28 Avril   

C’est parti les marches à pied le dos et/ou les bras bien remplis pour rentrer au bercail!

Nous sommes désormais obligés de garer la voiture à 500 mètres de la maison, la piste étant transformée en mares géantes et boue profonde pour encore quelques semaines. Ça pourrait passer avec un gros 4×4 ou truck, mais on souhaite éviter de défigurer la piste complètement.

Bidons d’eau, sacs de nourritures pour chiens, engrais, courses, linge à laver… Chaque aller/retour nous vaut un bel effort. Ça se mérite d’habiter perdus dans la forêt !

Courage, dans une semaine, nous partons pour trois semaines en voyage (Illinois et France). A notre retour, la piste devrait être bien sèche et à nouveau praticable.

img1356.jpg img1357.jpg Matt le dos et les bras bien chargés de retour des courses et de la laverie. 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 5:56
Commentaires : 0
 
 

More life in the yard !

Kenny Lake, 23 avril 

On continue la ménagerie d’été. Cette fois, ce sont des abeilles que Matt a été cherché en ville hier, tout droit arrivées de Californie par avion !

En fait, en Alaska, il n’y a pas de variété d’abeilles qui font du miel. Matt s’essaye à l’apiculture depuis quelques étés. Les colonies font chaque année une belle saison, et pas mal de miel, mais Matt leur laisse pour qu’elles survivent le plus longtemps à la rudesse de l’hiver. Cet hiver encore, la colonie a congelé sur place….

Cette année, Matt a acheté deux colonies, chacune de 10 000 abeilles + 1 reine, et espère collecter un peu de miel.  Aussi, on va essayer de les sauver à l’automne, en accolant la ruche à notre future véranda chauffée. Système encore en réflexion.

Chaque colonie arrive dans une boîte ventillée. Au mileu, Uune boîte de conserve renversée, remplie de miel, avec des trous pour que les abeilles se nourrissent. La reine est placée à l’intérieur, dans  une petite boîte en bois juste pour elle.

 img1338.jpg img1339.jpg Etape 1: Matt asperge chaque colonie d’un mélange d’eau et de miel. Cela a pour effet de les calmer et de les empêcher de voler (alourdies par ce repas).

 img1342.jpg Etape 2: Matt cherche la boîte de la reine, l’ouvre et dépose la reine au coeur de notre ruche.

img1344.jpg img1349.jpg Etape 3: Matt secoue chaque essaim pour le faire tomber dans le fond de la boîte. Il peut ainsi ouvrir celle-ci et renverser les abeilles dans la ruche. 20 000 abeilles entassées les unes sur les autres ça fait une sacrée pile.

img1350.jpg Etape 4: On pose un second étage à la ruche puis un toit. Les abeilles n’ont plus qu’à s’organiser. Il reste un peu de mile de l’année dernière dans les alvéoles et nosu avons mis les boîtes de conserves à miel sur la ruche. Car pour l’instant, pas grand chose à butiner dehors. D’ici peu, les fleurs des saules, et les premières fleurs d’ici la fin du mois.

Déjà les abeilles s’organisent. Certaines ventilent l’entrée pour que celles tombées à côté trouve le chemin de la nouvelle maison grâce à l’odeur, d’autres évacuent les cadavres sur le palier, d’autres sillonnent les alentours.

NB: la deuxième reine n’est pas déposé dans la ruche bien sûr. Il ne peut y avoir qu’une! Elle va mourir de froid dans la nuit…

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 24 avril, 2011
A 2:30
Commentaires : 0
 
 

Buddy has arrived !

Kenny Lake, 23 avril   

Buddy, c’est notre nouveau cochon. C’est une tradition de Matt : tous ses cochons s’appellent ainsi. Ça veut dire pote ou copain. Donc voilà le petit Buddy dans son enclos, à côté des poules. Tout le monde est content, les chiens aussi – ils en salivent même un peu trop…

Ça a été l’aventure pour le ramener jusqu’ici. Je suis allée en voiture le chercher chez Wenger’s Country Store. Le seul endroit pour caser Buddy le temps d’arriver à la maison : une boîte en carton. Notre piste étant désormais impraticable avec cette bouillie de neige/gadoue, je gare la voiture à 500 mètres de chez nous et décide d’amener le cochon dans son carton jusqu’à la maison…Mauvaise idée ! D’abord, parce que le petit gars pèse son poids (dans les 8kgs) mais surtout parce qu’il a pissé dans le carton et que le fond est maintenant tout mou ! Et Buddy qui essaye de sortir par les trous d’aération et défonce encore un peu plus sa boîte. Après avoir marché 40 mètres, je me dis que ça ne va pas le faire… J’imagine déjà le carton qui s’ouvre par le fond et le cochon en fuite dans la forêt ! Je cours jusqu’à la voiture avant que Buddy se fasse la malle, remet le carton tant bien que mal à l’arrière et roule vers la maison. Je m’embourbe quelques centaines de mères plus loin. Plus j’essaye, pire c’est. Finalement, il ne me reste qu’à aller chercher Matt qui sortira la voiture de là ou bien portera Buddy dans ses bras. Matt est un pilote et se sort du piège en quelques secondes. Il arrive même à amener la voiture jusque dans la cours en slalomant dans la gadoue.

img1334.jpg img1337.jpg Et voilà. On vient de se rendre compte que Buddy est une fille et qu’elle s’appelera Miss Piggy finalement! Je continuerai de l’appeler Buddy…

Quant à nos poules, elles se plaisent on dirait. Matt les a ramené de chez Matt & Kim dans un grand carton posé sur l’épaule, en marchant à travers la forêt. Déjà 6 œufs le premier jour ! Pour nous c’est déjà Pâques ! Chaque œuf apporte la même joie que de trouver un lapin en chocolat caché derrière un buisson.  

 img13272.jpg Sherley découvre les poules. Après avoir fait 10 fois le tour de l’enclos et n’avoir trouvée aucune entrée, elle s’est faite à l’idée que les poulets n’étaient pas pour jouer. Avec Gobi, elles ont monté la garde toute l’après midi d’hier assises prêt du poulailler.

img1330.jpg Premier oeuf! On se chamaille pour savoir qui ira chercher les oeufs. Au final, chacun y va en douce!

img1322.jpg Je continue de retirer le gras de ma peau de mouton à l’intérieur (trop froid dehors!). Il en reste encore mais je vais attendre que la peau sèche encore car elle est maintenant fragile et facile à transpercer. En attendant, je l’ai recouverte d’une épaisse couche de sel (et remise dehors au vent pour un bon séchage naturel). Avis à ceus qui ont les mains sèches: le gras de mouton nourrit la peau en profondeur. Non sérieusement, je ne ferai pas ça tout les jours. J’ai quand même hâte de voir le résultat! Côté laine aussi va prendre du temps (lavage/coupe).

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 1:54
Commentaires :1
 
 

Our little animal farm

Kenny Lake, 21 avril 

Le printemps installé, nous pouvons enfin débuter nos projets extérieurs. Nous avons décidé d’avoir quelques animaux pour la saison et jusqu’à l’automne : des poules et un cochon ! Cool, j’ai toujours rêvé d’avoir des animaux de la ferme et d’aller chercher mes oeufs frais chaque matin!

Nos amis les Hyppies Matt et Kim vendant leurs poules, et Matt étant un grand mangeur d’œufs, nous voilà partis pour la construction d’un poulailler. Tout juste finit d’hier, il accueillera 10 poules dès ce soir.  

img1306.jpg img1314.jpg La construction: (à gauche) la structure bois existant déjà (ancienne serre), elle nous sert de base pour le poulailler et l’enclos au cochon (juxtaposé). Mission 1: dégager toute la neige sur le sol à la pelle! Nous en profitons pour remplir de gros bidons pour faire fondre la neige à l’intérieur (l’eau des chiens). A droite: les travaux avancent! Matt l’architecte/constructeur, Judith le petit ouvrier.

Avec nos 12 chiens, nous espérons que les renards se tiendront à l’écart. Les martes et autres petits animaux carnivores peuvent entrer par bien des côtés, mais nous verrons ce que ça donne… Le poulailler est désormais recouvert d’un grand filet qui couvre le  plafond également (à cause des oiseaux de proie). Les murs de l’enclos au cochon sont fait de palettes, renforcées par endroit. Il paraît que les cochons aiment la compagnie, j’espère que la cohabitation avec les poules se passera bien. Matt a déjà eu des cochons durant l’été et il se trouve que l’un de nos chiens, Chewy (le crado de la bande) a déjà passé un été dans l’enclos avec un cochon, aimant sa compagnie! J’ai hâte de voir s’il voudra faire pareil avec celui-ci.

Nous allons chercher le cochon chez Marlene dans quelques jours. Pour la petite histoire drôle… John Wenger (le mari de Marlene) est allé chercher en ville une 20° de porcelets qu’il ramène à KL pour vendre. La ville étant à plusieurs heures de route, il a passé la nuit dans un hôtel avec les cochons dans le truck. Cet hôtel est à côté d’un bar… A 2h du matin, quelqu’un vient réveiller John pour lui annoncer que des gars bourrés ont libérés les cochons (la bonne blague)!! Les 20 porcelets sont en fuite dans le parking de l’hotel et les rues de la ville! Imaginez-vous courir après ces petites bêtes en plein milieu de la nuit. John est reparti le matin après avoir récupéré la plupart de ses bêtes… Quelqu’un la appelé en cours de route pour lui signaler avoir retrouvé un cochon égaré!

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 21 avril, 2011
A 18:01
Commentaires :1
 
 

Tannage de peau

Kenny Lake, 21 avril

Notre amie Marlene, gérante de l’unique « country store » et épicerie locale nous a donné un vieux mouton dont elle ne voulait plus (trop vieux pour avoir des petits et un peu agressif). Dimanche dernier, nous sommes donc allés chercher à la ferme ce beau gros mouton. Début d’un long travail…

Il a d’abord fallu abattre la pauvre bête avant de la ramener dans le truck à la maison. Matt l’a ensuite vidée (viscères, cœur…) et nous l’avons gardé ainsi dehors 2 jours durant, notre week-end bouclage du journal étant déjà bien remplit.

Hier matin, nous avons ensemble retiré la peau du mouton. Ça n’était pas une partie de plaisir non plus et je me surprends à avoir le cœur bien accroché.  La laine est magnifique, longue de 15 cm par endroit, bouclée au bout et épaisse. Ce mouton là était bien armé pour l’hiver ! Je souhaite garder la peau pour faire un beau tapis/sol dans le tipi que nous construirons cet été (parmi les nombreux projets à venir!). La viande est pour les chiens. Nous aurions sûrement pu en garder quelques bons morceaux, mais comme la bête est restée dehors un moment, c’était un peu tard… La prochaine fois.

J’ai donc récupéré une grande planche en bois sur laquelle j’ai clouté la peau, côté cuir vers l’extérieur pour le tanner. J’y ai passé l’après midi et c’est loin d’être terminé ! Il faut retirer au couteau le gras attaché à la peau, délicate et fine. Cela prend du temps donc pour éviter les trous au couteau et ce gras qui ne veut pas partir par endroit !

Je vous montrerai le résultat dans quelques jours, quand la peau sera un peu plus sèche et que je l’aurais lavée et salée. Côté laine, j’hésite encore sur la méthode. J’aimerai garder le plus d’épaisseur car c’est beau et confortable, mais difficile à laver en profondeur. Je vais attendre quelques semaines que Marlene reçoive sa nouvelle tondeuse « spéciale laine ».

img13191.jpg A droite, notre mouton.

img1316.jpg Marlene nourrit au biberon l’un des 3 petits chevreaux (triplets!) nés il y a quelques semaines.

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 17:26
Commentaires : 0
 
 

Spring Break-Up

Kenny Lake, 19 avril 

On l’attendait depuis quelques semaines déjà, le voici, le voilà : le Break-Up ! La période de l’année préférée des Alaskans. Mais qu’est-ce que c’est au juste ? 

Un synonyme approprié serait « Boue » ! Après 6 mois sous la neige (des tonnes cet hiver), un sol gelé en permanence, voilà que tout fond, tout ramolli, à une vitesse folle. Et que devient toute cette neige ? Une partie s’évapore, le reste, ne pouvant être absorbé d’un coup dans le sol (encore gelé en profondeur), se transforme en marre, en flaque, en gadoue. Les bottes sont de sorties et il faut regarder où l’on met les pieds pour éviter de glisser.

Nos pauvres chiens sont confinés sur le toit de leur niche – petit îlot sec entouré d’une marre plus ou moins profonde (à l’endroit de leur tour de ronde !).

 img1312.jpg img1310.jpg img1313.jpg Courage, dans quelques semaine, ça serait sec!

Avec la fonte, nous redécouvrons les objets perdus ou oubliés à l’automne et observons impatiemment le sol du jardin se découvrir d’heure en heure. Quel bonheur de voir de la « terre » enfin et des touffes d’herbe (encore grillées certes).

La partie de plaisir est de sortir en voiture de notre drive-way… piste de terre en été, enneigée en hiver et gadouilleuse au printemps. Nous garons la voiture à quelques centaines de mètres de la maison pour éviter quelques mauvaises marnières. Mais le reste de la piste reste aventureux et il faut jouer de l’accélérateur avec douceur pour éviter l’embourbement. Moi qui « adore » conduire, je deviens un vrai pilote tout-terrain. D’ici quelques jours, nous garerons la voiture à mi-chemin de la route (environ 500 mètres), à un endroit plus « facile ». Ceci afin d’éviter de rester bloqués et laisser à la piste le temps de sécher quelques semaines pour ne pas la défigurer de nos traces de pneux. Cela veut dire trimbaler l’eau sur notre dos avec les provisions jusqu’à la maison. Quelque soit l’époque de l’année, vivre en Alaska, c’est du sport !

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 19 avril, 2011
A 19:58
Commentaires : 0
 
 

Cabin’s beautification

Kenny Lake, 16 avril   

Et nous continuons de rendre notre intérieur plus joli…

Le sol est bel et bien fini depuis quelques semaines déjà et je viens de terminer mon bureau. Conçu et fait de mes 10 doigts (sous les conseils de Matt) ! 100% récup. Il est recouvert d’un épais vernis, à base d’epoxy, ce qui protège le bois et permet de nettoyer plus facilement.   

img1292.jpg Ne reste plus qu’à trouver un beau Diamond Willow en forêt pour faire un joli « pied » original.

img1301.jpg Matt vient également d’installer mon premier diamond willow sculpté. Il sert de rambarde de sécurité et donne une belle touche intérieure! (Le lit est fait: miracle! Enfin juste pour la photo :) )

Prochain projet intérieur : la cuisine ! Mais ça attendra un peu. Pour l’heure, on préfère être dehors tout le jour pour profiter du soleil.

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 17 avril, 2011
A 6:58
Commentaires : 0
 
 

Greenhouse project

Kenny Lake, 16 avril   

Notre serre ayant subie les dégâts des fortes chutes de neige de l’hiver, nous attendions le beau temps pour refaire le toit. Quelques jours de travail en perspective. Travaux toujours en cours…

Pour commencer, il a fallu dégager l’ancienne bâche recouverte sous des tonnes de neige, étaler partout cette neige pour qu’elle fonde plus vite, retirer les poutres du toit cassées… Mais aussi, couper 10 arbres pour remplacer les anciennes poutres. Matt bucheronne et me donne les troncs un par un pour que je les pèle comme des pommes (ils sont ainsi mieux protégés contre la moisissure). On utilise un « draw knife » pour retirer l’écorce. Fraîche, celle-ci se pèle toute seule (ou presque).

Ne reste plus qu’à les mettre en place et poser une nouvelle bâche ! Photos de notre nouvelle serre au prochain épisode. Nous espérons d’ici le week end prochain commencer nos semis, enfin ! La neige restante sur le sol devrait fondre en un rien de temps une fois la nouvelle bâche en place.

img1289.jpg img1291.jpg Pelage de l’écorse des saules à l’aide du draw knife.

img1297.jpg img1298.jpg Notre serre il y a quelques jours…

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 6:53
Commentaires : 0
 
 

More Fresh Snow

Kenny Lake, 16 avril   

On croyait le printemps bien arrivé lorsque la semaine dernière (le 8 avril), il est encore tombé 2 inches de neige! (environ 5 cm). De bons gros flocons sous un ciel tout gris… La neige a vite fondue heureusement car je ronchonnais de devoir rester à l’intérieur quand nous avons tant à faire dehors…

Quand même, une belle neige fraîche offre toujours la même magie dans le pysage. Quelques photos prise le matin.

 img1267.jpg img12681.jpg img1273.jpg

La maison et notre sapin de noel, toujours là! On attend qu’il perde ses épines, mais il semble rester frais éternellement. On y jette des graines pour que les oiseaux viennent dessous la fenêtre.

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 6:48
Commentaires : 0
 
12
 
 

Les voyages d'Esteban |
Randonnée Roumanie |
runireland |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jrny
| lacharbonnerie
| Le grand voyage