Free yourself

Vivre et grandir au coeur de l'Alaska

 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

Beautiful Garden

Kenny Lake, 28 juillet

Photos du jardin prises ce matin.

img2563copie.jpg img2564copie.jpg img2565.jpg img2566.jpg

Dans le jardin près de la maison: Betteraves, roquettes, mixed greens (mélange de différentes variétés de salades), choux-fleurs, broccolis, choux, carottes, radis, épinards, pois!

Dans la serre: courgettes (les 1eres arrivent), citrouilles, fraises (fin de la saison hélas), herbe: thym, marjolaine, basilique, persil, menthe; haricots verts; quelques tournesols que j’espère voir fleurir, quelques plants de mais pas bien grand et notre moutarde qui a survécut aux insectes. Les feuilles sont si piquantes qu’il faut en mettre très peu dans la salade. J’espère avoir des graines pour faire de la moutarde! Les grandes plantes aux feuilles violettes sont une variété de salade que l’on ajoute aux « mixed greens » pour la couleur.

Hier, nous avons mangé nos premières carottes! Il y a des tonnes, assez pour tout l’hiver!

 img2448.jpg 

Chez le vieux Sam. Le jardin est plus grand mais donne moins bien cette année. Beaucoup de choses se font bouffer par des vers et c’est l’hécatombe chez les choux et brocolis! Les salades donnent très bien (elles poussent plus vite que nous ne les vendons!), les oignions se font manger mais survivront peut être. Le sol est plus sec par là-bas et le jardin est moins abrité donc il faut arroser plus souvent. Peu de temps hélas pour le faire aussi souvent que nécessaire. Il y a aussi des pommes de terre, navets, radis, épinards. Les mauvaises herbes envahissent pas mal aussi! Bref, un jardin pas aussi entrenu qu’à la maison, faute de l’avoir à portée de main, et Matt le mettra en jachère l’année prochaine. Selon lui, tous ces insectes sont le signe que la terre à besoin de se reposer un peu.

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 28 juillet, 2011
A 19:50
Commentaires : 2
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

Salmon Fishing 2

Kenny Lake, 28 juillet

Entre le jardinage, le marché, le journal, les récoltes en tout genre, nous prenons parfois une journée « off » pour aller pêcher. Journée pas si « off » que ça car c’est du sport pour aller à la rivière à pieds depuis la maison. Toujours une randonnée aussi unique.

Les moustiques semblent moins agressifs ce mois-ci, mais il est toujours impossible d’être en t-shirt/short dans la forêt sans se faire dévorer. Ce jour-là il fait chaud, nous devons restés couverts (pantalon/manches longues) et notre sueur attire les moustiques… Pas grave, je commence à être immunisée physiquement et psychologiquement. Si si, c’est possible!

Notre esprit d’aventure nous amène à choisir à chaque fois un chemin différent pour nous rendre à la rivière. Cette fois, nous suivons une ancienne piste, plus empruntée depuis 30 ans, mais dont on peut suivre grossièrement la trace, grâce aux arbres coupés et aux coups de machette dans certains arbres. Ce semblant de chemin nous mène au coeur de la vallée au bord d’un petit étang habité par des castors et des canards sauvages.

img2387.jpg img2389.jpg Joli étang au coeur de la forêt. Grosse hutte de castor au beau milieu.

Matt rédécouvre ensuite une piste naturelle, bien plus facile d’accès que tout ce que nous avons déjà essayé! Une colline sans arbre bordée de fleurs et de bois de peupliers qui nous mène droit à la rivière! En chemin, nous découvrons une tanière géante de coyottes. Une dizaine d’entrées, un point stratégique dominant sur la vallée en son centre… un site superbe pour camper! Cette piste ouverte naturellement est aussi celle qu’emprunte les ours du coin. Nous suivons les trace des crottes d’ours bien fraîches, couleur rose bonbons et chargées de petites graines! C’est qu’il y a des baies partout en ce moment! Malheureusement, difficile de s’agenouiller pour les cueillir à cause des moustiques! Nous trouvons aussi des endroits où l’ours s’est allongé pour la nuit, et la piste suivit dans les herbes hautes. Nous débouchons miraculeusement à l’endroit exacte où nous avons caché notre dipnet (épuisette à saumon). C’est parti pour plusieurs heures de pêche.

img2398.jpg img2404.jpg img2407.jpg Cette fois-ci, nous pêchons 2 saumons. Enfin, pêchés par Matt car j’attends toujours d’attraper mon premier saumon! C’est un jeu de patience qui fatigue les bras et je ne peux le faire plus de 15 minutes en continu. A chaque fois, c’est quelques minutes après que je passe le relais à Matt qu’il attrape quelque chose! Mais je suis bien  trop contente que l’on rapporte du poisson à la maison pour être jalouse de sa pêche! L’un des saumons porte une « seal bite« , une morsure de phoque sur le flan. La chair est dure à cet endroit, mais tout le reste est bon à manger. Nous pourrions pêcher davantage, mais le retour est long et le temps menace alors retour au bercail.

img24121.jpg img24161.jpg img24201.jpg

Au retour, nous empruntons facilement la première partie du chemin jusqu’à l’étang. C’est là que les choses se compliquent: nous perdons la trace de l’ancienne piste et nous retrouvons dans une forêt dense de sapins. On décide que l’on mettra moins de temps à remonter tout droit sur le plateau qu’à chercher la piste… S’ensuivent 40 minutes difficile à se faufiler dans ce No Man’s Land de branchages dense. Nous grimpons une pente raide à bien 60°, marchant à 4 pattes pour rejoindre le sommet. Même les chiennes tirent la langue.

Photos de gauche à droite: les forêts de sapins regorgent de colonies d’écureuils. Deux varités: ceux qui vivent dans les arbres et se nourrissent de jour (brun clair); ceux qui vivent dans le sol et chassent la nuit (brun foncé). Ici, un vrai HLM à écureuils! 3 nids dans le même arbre! / Matt escaladant la pente bien raide pour retourner sur le plateau/ Vue sur la vallée: on peut voir l’étang et sur la gauche, une ligne plus claire, clairière nous conduisant presque jusqu’à la rivière.  

img25531.jpg img25561.jpg 3 saumons rapportés par Augustin lors d’une autre partie de pêche. Aussitôt rentré, Matt s’occupe des poissons. Filets emballés dans un papier spécial congélation. Grâce au congélateur des parents de Matt, nous pouvons conserver du saumon pour cet hiver.

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 19:22
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

L’été qui défile….

L’été qui défile…. 

Kenny Lake, 28 juillet

Les jours et les semaines s’enchaînent et toujours aussi peu de temps pour se poser et écrire. Je comprends maintenant ce que c’est que de vivre réellement au rythme des saisons. Pour nous, l’été n’est pas synonyme de vacances et farniente. Tout comme les abeilles du jardin butinent à tout va pour remplir leurs réserves d’hiver, nous nous activons tout le jour pour faire de même… Au mois de juillet, tout arrive en même temps: légumes, champignons, fleurs, saumons… et nous courrons à droite à gauche pour récolter, pêcher, cueillir se que nous offre la Nature et préserver toutes ces bonnes choses pour l’hiver.

img2561copie.jpg  img2372.jpg img2374.jpg 

L’une des fleurs les plus répandue en Alaska s’appelle « Fireweed ». D’un beau violet fushia, poussant à plus d’un mêtre de haut, des champs entier recouvrent prairies et bords de route. Nous avons découvert une recette de gelée de Fireweed et nous voilà à remplir des sacs de fleurs. C’est le pic de la saison et il ne faut pas le râter. Pour ne pas « voler » la nourriture de nos abeilles, nous allons généralement en forêt. Les fleurs sont bouillies, on les retire ensuite pour garder l’eau et l’extrait des fleurs, puis nous ajoutons sucre, citron et pectine. Le résultat: une gelée Royale digne des Dieux!

img2424.jpg img2440.jpg img24421.jpg

C’est également la saison des champignons. Les morelles de juin n’ayant pas été un succès cette année (peu de pluie), nous nous rattrapons sur les bolets qui poussent un peu partout dans la forêt ces jours-ci. Pareil, il faut pas râter le pic car ça ne dure qu’une à deux semaines. Lors de notre deuxième sortie, belle récolte de 7 pounds (3 kgs) de champignons! C’est comme aller les chercher les oeufs de Pâques étant petits: la même surprise de découvrir un champignon caché sous des feuilles. Chacun surveille un côté du sentier: Matt à gauche, moi à droite. Interdiction de voler les champignons de l’autre même si on les voit le premier!  En Alaska, pas le temps de flâner dans la forêt et l’on marche d’un bon pas pour semer les moustiques, toujours aussi féroces dans les bois. Deux façons de converver nos bolets: les couper en lamelles et les faire sécher au soleil une journée ou deux. Ils réduisent à peau de chagrin mais retrouvent de leur consistance une fois cuit avec une sauce. Autrement, coupés en cubes et mis en pots pour faire des conserves à la cocotte-minute.

img2435.jpg Notre stand le 19 juillet, avec au premier plan les belles courgettes de Doug, voisin jardinier qui vend avec nous à Valdez.

Le marché du Mardi à Valdez: notre 5° de l’année déjà. Cela prend beaucoup de temps et d’énergie à préparer, mais c’est toujours un plaisir de vendre ses légumes et nous vendons casiment tout presque à chaque fois. Le lundi est une grosse journée avec la récolte, le lavage, la mise en sachet et nous terminons tard en soirée, surtout s’il nous faut attendre que le soleil baisse un peu. Impossible de récolter s’il fait trop chaud, les légumes flétrissent et n’ont plus l’air frais le lendemain.

Aller chercher de l’eau au puits communautaire peu parfois prendre beaucoup de temps: il nous faut remplir notre cuve d’eau fraîche pour laver les légumes. C’est une eau de source non-traitée qui sort directement des entrailles de la terre à 70 mètres de profondeur, à 1-2°C. Idéal pour raffraîchir les légumes et leur donner un coup de tonus avant de le mettre en sachet. Seulement, il y a parfois la queue au puits, certaines personnes remplissant leur cuve et bidons pendant plus d’une heure! Il faut donc y retourner (20 minutes aller/retour). La semaine dernière, pour ajouter un peu de piment à une journée déjà bien remplie, je coince l’arrière du truck sur un buteur en bois, sensé éviter aux véhicules du buter dans le puits en reculant… Pas l’habitude de conduire ce gros engin, je ne vois pas le buteur et vais coincer le pare-choc bien comme il faut: impossible d’avancer ou de reculer! Pas de portable, Matt est à la maison… je cours jusqu’à la librairie (à 5 minutes à pied), trouve les clés de secours dans la planque et appelle Matt qui vient me rejoindre en voiture. Matt Mc Giver trouve LA solution pour débloquer le truck et en moins d’une demi-heure me voilà tirée d’affaire!

img2451.jpg Augustin, au lavage des salades

Depuis une semaine, nouveau Wwoofeur à la ferme: Augustin, 19 ans, d’Aix-en-Provence! Nous alternons nos conversations français/anglais, selon que Matt est présent ou pas. Il vient de nous quitter pour une semaine mais revient après avoir fait son excursion dans le Parc de Denali et jusqu’au « Magic Bus » de Chris Chandler, tristement célèbre dans le livre ‘Into the Wild » (lecture conseillée à tous ceux qui ne l’auraient pas encore lu!).

 img24431.jpg Nos bons petits plats continuent de plus belle… Radis et salade du jardin (mixed greens), avec entre autre la meilleure roquette au monde et des fleurs de moutarde pour un léger goût épicé. Accompagné d’un cake à la courgette de Kenny Lake! En arrière plan, notre beurre « maison », fait dans notre petite baratte à partir de crème de lait de vache d’Alaska.

img2425.jpg img2428.jpg Seconde partie de pêche fructueuse (lire le récit dans la prochaine entrée blog)! Matt spécialiste du filet. Nous n’avons pas résisté à manger ce saumon cru, façon suchis! (Sauf qu’il nous manquait les algues pour faire des rouleaux). Avec les concombres de Doug et une sauce Tahini/citron/ail… Miam miam!!

Tout ça fait que l’on a pas le temps de s’ennuyer! Encore une semaine sans avoir une minute pour le bateau… Je vais y consacrer les 2 prochains jours et mettrai des photos en ligne. Je mise sur Août! pour y mettre un grand coup! Avec toutes ces belles journées, c’est maintenant qu’il faudrait peindre la coque!!  

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 18:35
Commentaires : 2
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

Summer Dog Mushing

Kenny Lake, 16 juillet

En rentrant d’Anchorage hier, nous sommes passés voir JT au Princess Lodge, un hotel/restaurant de luxe près de Copper Center (40 minutes de Kenny Lake) avec une vue imprenable sur la vallée et les montagnes. Clientèle assez aisée, qui fait partie pour la plupart de tours organisés. Les clients achètent leur « kit aventure » sur le net… avec entre autres la balade en traîneau (sans avoir à suer ou à sentir le chien)! JT, ancien wwoofer chez Matt s’installe en Alaska et devient un vrai musher, été comme hiver! Il travaille au service de John (qui possède les chiens et l’agence).

 Un tour de 20 minutes avec au maximum 4 personnes plus le musheur. Les tours ont lieu aux heures les moins chaudes (tôt le matin et en soirée), pour que les chiens ne « surchauffent » pas avec leur épais pelage. JT fait environ 3 à 6 tours par jour. Un boulot sympa, même si on lui pose inlassablement les mêmes questions.  Les chiens sont rôdés et n’aboient même plus au départ! Ils savent que c’est une petite course, toujours la même et se la jouent pépère en petite foulée.

img2363.jpg Derniers préparatifs avant d’aller chercher les clients devant l’hôtel, s’il vous-plaît! Les clients n’ont qu’à s’installer sur le cart et à se laisser guider.

 img2365.jpg Le cart sur roues, très stable. 4 sièges confortables et le musher à l’arrière. Même frein que pour un vélo, en plus efficace.

img2366.jpg L’un des beaux chiens au yeux vairons.

img2367.jpg Et c’est parti! Le départ est rapide, surtout avec une personne sur un cart ultra léger!

JT (John) vient d’acheter un petit terrain dans notre subdivision, à 10 minutes à pied! Nouveau voisin sympa:  Matt repeuple l’Alaska grâce au système du Wwoofing!

Ici, on parle toujours de  »lot » (parcelle d’une superficie d’un demi-hectare) et de « subdivision » (grand nombre de parcelles regroupant plusieurs propriétaires). Quand on achète un terrain dans le coin, c’est toujours par parcelle. Toute la région est divisée ainsi en carré de demi-hectare, marquée aux angles dans les années 60. Ce qui fait que c’est à chacun de chercher ses limites de terrain et ces fameux marqueurs aux angles des « lots »… même si bien souvent, c’est la forêt vierge et que ces marqueurs ont disparu depuis longtemps ou sont ensevelis par la végétation… Là où ça se complique, c’est quand les gars qui ont tracé des pistes (pour les accès voitures) entre deux lots étaient bourrés et ne sont pas allés droit, faisant que les pistes empiètent chez le voisin! Pour vous donner une idée des prix, dans notre subdivision, une parcelle d’un demi-hectare vaut 2250$/ 1600€ (ces temps-ci), avec un accès à l’électricité (mais pas l’eau). Là où on habite, c’est plus de deux fois moins cher car il n’y a pas l’accès à l’électricité (c’est-à-dire pas relié au réseau). Il y a ausi une loi tacite qui stipule que si l’on utilise une parcelle non-utilisée contingente à son terrain, on peut légétimement acquérir cette parcelle après une 10° d’années.  De plus, en Alaska, toute terre habitable en dehors d’une ville ne paye pas d’impôt sur la propriété. Ce qui fait qu’à part la déclaration de revenus, on ne reçoit ici aucune facture (à part pour le téléphone!)! Enfin pour ceux qui vivent comme nous « off the grid ». Tout ça pour dire qu’en Alaska, on peut s’installer pour pas cher, même si on démarre avec pas grand chose, comme JT ou Matt il y a 10 ans!

C’est ça aussi la magie de cette région. Il faut être courageux et un peu fou pour décider de vivre ainsi loin de tout avec ce climat extrême, mais si on n’a pas peur de mouiller sa chemise et que l’on est débrouillard, on peux bien vivre sans avoir à gagner des 1000 et des 100 et courir après l’argent! D’ailleurs ici, les purs et durs ne se donnent même pas la peine de déclarer leurs impôts, car ils travaillent au noir et sont donc payés en cash ou par l’intermédiaire du troc. Si c’est pas la liberté!?

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 17 juillet, 2011
A 5:34
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

What’s for dinner?

Kenny Lake, 12 juillet

Malgré toutes nos activités, « bien manger » reste une priorité! On se fait plaisir tous les jours, surtout en été avec toutes les bonnes choses fraîches du jardin. Voici quelques unes de nos délicieuses préparations… histoire de vous donner l’eau à la bouche!

img1973.jpg Tous les midis, c’est salade fraîche du jardin! Epinards, « mixed greens » colorés, plantes sauvages (appelée mauvaises herbes dans le jardin mais délicieuses dans l’assiette), pain maison… Et cette fois-ci, des felafels aux épices à base de pois-chiche avec du fromage Suisse (hélas épuisé depuis!).

img2023.jpg Les Suchis Alaskans: riz complet, épinards et oignions verts du jardin, crevettes roses géantes pêchés près de Valdez (par des amis), riz complet. Le tout enroulé dans une algue séchée. Yummy!

img2316.jpg Saumon rouge sauvage (Red Salmon) fraîchement pêché par nos amis de Valdez, parsemé d’aneth du jardin, accompagné de quinoa au persil (du jardin), et d’une crème aux champignons (achetés ceux-là!) et d’épinards du jardin! Met préparé par Matt, toujours créatif! Pour vous les amis, qui connaissez principalement le saumon « rose » élevé dans des bassins en Norvège (et gavés d’antibiotiques), sachez qu’ici, le saumon « rose » est considéré comme le bas de gamme et qu’on le snob! Le plus prisé est appelé « King Salmon » (Saumon Royal), dont les quotas de pêche sont assez limités en rivière. J’ai dû mal à imaginer quelque chose de meilleur que le « Red »: la chère est tendre, fondante en bouche, les morceaux du filet se séparant naturellement en lamelles de la taille d’une bouchée! Il vous faudra venir jusqu’ici pour goûter le « vrai » saumon!

On se fait plaisir aussi côté desserts!

img2134.jpg Les Pancakes du Chef Matt… aux fraises du jardin! A consommer jusqu’à avoir la peau du ventre bien tendue…

img21501.jpg Mon gâteau d’Anniv: Flan aux Fraises, par Matt. Ha oui, mon anniv c’était le 1er Juillet (28 ans!) Rien d’exceptionnel ce jour-là car temps pour terrible… mais un bon repas et un beau cadeau: un livre de navigation côtière dans le Prince William Sound!

img2151.jpg img2152.jpg Et bien sûr, nous enchaînons les tournées de confitures pour constituer nos réserves d’hiver! Notre spécialité: fraises/rhubarbe (du jardin) avec Vanille de Madagascar et un peu de citron. A tomber! Nous récoltons environ 1 pound tous les 2 jours. Trop peu pour vendre, mais assez pour en conserver.

img2338.jpg img23421.jpg Home-made Ice Cream!!! Matt a inauguré son « Ice Maker » cette semaine en nous concoctant de la glace à la fraise/rhubarbe! La meilleure glace au monde! Incomparable… La recette en bref: faire chauffer ensemble du lait (de chèvre par ici!), sucre roux bio, oeufs entier de nos poules, fraises et rhubarbe, jusqu’à ce que le mélange s’épaississe. Laisser refroidir. Ajouter la crème fraîche (crèmerie d’Alaska, un délice!) et verser dans le récipient prévu. Récipient autour duquel on verse de la glace et du gros sel. Et c’est parti les tours de manivelle pendant 30 minutes! Réaction chimique étrange qui fait le mélange s’épaissit (avec l’effet de la crème battue) et se transforme en glace progressivement! Véritable  »mousse glacée », onctueuse à souhait et  » totalement bio et locale »!… Tout le monde est conviés ici pour une « Ice Cream Party »!  La seconde tournée était au chocolat!!

A quand le livre de recettes?!! 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 13 juillet, 2011
A 4:29
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

4th of July week end

4th of July week end 

Kenny Lake, 11 juillet

Les journées sont longues et bien remplies et l’été passe à toute vitesse. Peu de temps pour écrire dans le blog ces temps-ci malgré tout ce qui se passe! Du coup, je suis en retard sur tout!

Le week-end du 4 Juillet, grand pont aux States pour célébrer « the Indepence Day », l’équivalent de notre 14 Juillet côté fête nationale. L’occasion pour famille et amis de se retrouver. Les routes par ici n’ont jamais été si chargées de monde… habituellement si désertes!

 Break dans nos activités pour rejoindre les amis de Kenny Lake autour d’un match de softball (genre de baseball avec une plus g rosse balle).

img2181.jpg img2180.jpg img2173.jpg Craig au lancer, Matt au service: barrez-vous, ça tape FORT et LOIN! Je suis contente d’être dans la même équipe pour ne pas avoir à aller chercher la balle à l’autre bout du terrain, souvent au delà des barrières… « Home run » (tour complet) presque à tous les coups! Nous remportons le match- serré quand même: 12-10. Les règles sont un peu différentes de ce que j’avais appris au collège et je me fais avoir sur certains coups… mais réussie à taper la balle à chaque fois!

img2178.jpg Doug à la défense, portant fièrement son t-shirt « Da Vinci Cod », une peinture de la Joconde à la mode Alaskane… représentée avec une morue (Cod en anglais) dans les bras! Clin d’oeil au célèbre bouquin Da Vinci Code.

 Autre surprise du jour: le matin, nous libérons l’une de nos poules, enfermée dans l’abri toute seule depuis 1 semaine. Cette poule se faisait harceler par les autres au point qu’elle ne pouvait plus ni boire ni manger. Ayant retrouvée un peu de force, nous la libérons, espérant que les autes l’auraient oublié. 1H plus tard, nous l’a retrouvons presque morte, massacrée par les autres à coup de bec. Matt abrège ses souffrances. Nous ne voulons pas la manger bien sûr car le ventre de la poule à l’air bizare. C’est Gobi qui trouvera la poule morte, laissé à l’arrière du jardin pour les rapaces. Plus que 7 poules sur les 10 du départ, et aucun poulet rôti! Les poules restantes sont de bonnes pondeuses et nous avons largement de quoi faire côté oeufs.

img2308.jpg Gobi, toujours à flairer dan le jardin, a « attendu » que Sherley rentre à l’intérieur pour aller chercher son butin et se faire une ventrée.

Lundi 4 juillet, grande Parade à Glennallen. Peu enclin à se faire un bain de foule, nous décidons d’y aller quand même pour couvrir l’évènement pour le Journal… et puis je n’ai jamais vu de Parade américaine!

img2185.jpg img2255.jpg img2212.jpg 

10H30 pétante, début du défilé. Grande variété: engins militaires, camions pompiers, ambulance, chars confectionnés par quelques business locaux aux couleurs du drapeau, ados à cheval, natifs portant le drapeau US et chantant des musiques traditionnelles… Tout ce monde jetant des bonbons à la foule! « Very entertaining » de voir les gamins se jeter sur la route pour recupérer bonbons et gadgets, remplissant leur sac plus rapidement que pour Halloween!   

 La parade défile sur 1.5km environ, se terminant dans un grand champ de baseball. La foule suit à pieds. Jamais je n’ai vu autant de monde à la fois en Alaska!! A ne voir jamais personne, on à l’impression qu’on vit tout seuls dans le coin!

 img2270.jpg Petit discours patriotique par quelques vétérans, puis montée du drapeau au son des trompettes. La foule se calme un instant, main sur le coeur, pour réciter tous ensemble  » the Pledge of Allegiance ». Moment très patriotique (auquel on n’est pas habitué à voir en France)! Je m’étonne de voir tout le monde réciter tout haut leserment, de façon solennelle, et de le connaître par coeur! Moi qui n’ai jamais appris la Marseillaise… Rien de comparable dans notre culture.

Après tous ces voyages, j’avoue avoir du mal avec la notion de Patriotisme ou de frontières et la simple vision du drapeau dressé dans les cours de jardin (pas trop commun par ici heureusement), m’hérisse un peu. Je ne me sens plus Française ou Italienne, ni attachée corps et âme à une culture, simplement Humaine habitante de la Terre. Ma Nation, c’est la Terre et tout ce qu’elle contient et je ressens profondémment que nous ne formons tous qu’UN. J’essaye de rester ouverte et j’aime à apprendre et comprendre avec des américains cette notion si forte de patriotisme dans ce pays.

img2280.jpg img2288.jpg  img2307.jpg 

Suit un barbecue de saumon géant: » Salmon Bake ». Yahoo! Une ligne interminable se forme pour venir chercher son assiette de saumon, pomme de terre, salade… Servie gratuitement par le Lion’s Club local. 800 assiettes servies sur la journée! Tout le monde vient ensuite s’assoir dans l’herbe pour manger, par petits groupes d’amis.

img2302.jpg L’hélico de secours est en démonstation dans le champ et j’ai même droit à une petite visite à bord!

 Chouette journée!

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 11 juillet, 2011
A 21:05
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

Hawk’s nest

Kenny Lake, 3 juillet,

Lors de notre  dernière chasse aux champignons, pas grand chose dans le panier (un seul bolet!), mais une trouvaille!

En arrivant à l’autre extrême de cette vallée qui débouche sur la Copper River, nous avons découvert un nid de faucon, accroché dans un sapin mort. Vue imprenable!

 img2158.jpg Vue sur la Copper Valley, ce grand espace que nous avons traversé à pied lors de notre partie de pêche il y a quelques jours. On aperçoit le nid dans l’arbre mort, à droite de la photo.

img2153.jpg img2167.jpg  Mère Faucon n’a pas aimé notre intrusion, même de loin. Elle volait haut autour du nid, criant pour nous chasser.

 img2159.jpg Zoom sur les petits. Deux apparemment, encore bien jeunes. (Ils quitteront le nid après 39-43 jours). A peine le temps d’arriver que la mère nous repère aussitôt et décolle.

Ce faucon, « Rough Legged Hawk » en anglais (Buteo Lagopus), mesure 56 cm et jusqu’à 1m40 d’envergure! Il se reproduit une fois par an, pondant 2 à 6 oeufs. Il se nourrit principalement de petits mammifères.

img2171.jpg img2160.jpg La vallée à travers les arbres. Mirade de nuages. Le temps est toujours changeant dans cette région.

Ps: pour les photos, j’ai dû revenir le lendemain à vélo. Initialement avec les chiennes (Gobi et Sherley) comme bodyguards, celles-ci m’ont abandonnées en cours de route, préférant rentrer se mettre au frais à l’heure chaude de la journée! Le nid est à une petite heure à pied. Matt m’a prévenu que dans tous les cas, il faut faire du bruit dans la forêt, au cas où un ours se balladerait au même endroit, histoire de le prévenir de notre présence. Il y a des crottes d’ours plus ou moins fraîches tout le long du bord de la falaise. Autant dire que j’ai tracé à vélo, chantant à tue-tête pour prévenir d’éventuel ours! Sans oublier l’attaque en règle de moustiques pour la scéance photos.

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 3 juillet, 2011
A 23:15
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

Let’s paint it !

Kenny Lake, 3 juillet 

Poncée, nettoyée, séchée au peigne fin… Juma est enfin prête pour sa première couche de peinture intérieure. Après quelques heures déjà, l’intérieur reprend une touche de jeunesse et de fraîcheur. Deux couches de peinture anti-mousissure avant d’attaquer le reste. Les parois seront isolées puis recouvertes de bois (planches), plafond et sol seront peint en jaune (un beau jaune!).

 img2136.jpg Premier coup de pinceau. Moment historique!

img2135.jpg C’est parti pour quelques heures de « yoga paint ». Contorsions difficile pour les petits coins!

La liste des courses est déjà faite pour le prochain voyage à Anchorage (mi-juillet): mousse pour les matelats, peintures pour la coque et le pont… Avant cela, il faut encore réparer toutes les erraflures et coins endommagés du gelcoat.

 Grande victoire également: Matt a réussi à débloquer la quille!! On a dû pour cela passer par un système D… Percer la coque depuis l’intérieur, « petit » trou de quoi passer une barre à mine et… à grands coups de masse, Matt à tapé dessus la quille pendant près d’une heure! Je la  voyais descendre millilmètre par millimètre. Il va maintenant falloir réparer la quille et reboucher le trou dans la coque comme il faut!

 img2025.jpg img2027.jpg Jusqu’au dernier millimètre, Matt aura dû taper sur la quille pour la décoincer. Espérons que ça sera plus facile pour la réparer!

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 22:52
Commentaires :1
 
 
 

Les voyages d'Esteban |
Randonnée Roumanie |
runireland |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jrny
| lacharbonnerie
| Le grand voyage