Free yourself

Vivre et grandir au coeur de l'Alaska

 

New Kitchen

Kenny Lake, 2 août 

Il y a quelques jours, Matt a décidé tout d’un coup qu’il était temps d’attaquer les travaux de la  »vraie » cuisine! On y pensait depuis l’hiver dernier, mais je ne pensais pas que ça prendrait forme si vite. Génial ! Nous allons avoir de vrais rangements pour chaque chose, un double évier (en porcelaine, récupéré à la brocante) avec un vrai robinet avec eau alimentée par une citerne géante 5800 litres), pouvant être chauffée grâce à une pompe (fonctionnant au propane). Fini le camping ! J’aime la vie simple, mais un minimum de confort, c’est agréable quand même ! Remplir nos bidons d’eau toutes les semaines, se laver les mains au dessus d’un baquet en éclabouissant partout, laver la vaisselle dans des bassines et chauffée à l’eau de la bouilloire, c’est chouette, mais ça prend du temps et de l’énergie !

img2590.jpg Première photo, en « avant-première » de la cuisine, en plein travaux! Matt a déjà tous les plans, inspiré de l’un de mes gribouillages et mise en forme par ses talents de construction. C’est reparti pour la poussière et le bazar, mais ça plus vite que de faire le plancher!

Dans les projets d’automne, nous prévoyons également d’agrandir la maison, où chacun aura sa buanderie pour ranger ses affaires, plus une vraie véranda pour débuter les légumes plut tôt dans l’année, où un coin sera réservée pour une salle de bain avec vraie douche (pour l’hiver car l’été ça nous va bien dehors). J’aurai peut être même des toilettes sèches, pour quand j’ai la flemme de sortir par -40°C! De vraies fourmis besogneuses!

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 3 août, 2011
A 6:58
Commentaires :1
 
 

Drying Mother Earth’s gifts

Kenny Lake, 2 Août 

Parmi les mille choses à faire en été, l’une de mes préférées est de « stocker » pour l’hiver, tel un écureuil. Bien sûr, j’essaye de ne pas penser à l’hiver prochain (pas déjà !), mais j’aime à songer que nous aurons toutes ces bonnes choses de l’été en abondance, sous une forme ou une autre quand plus rien ne poussera dehors.

J’ébouillante épinards et pois que je congèle chez Karin et Rod (les parents de Matt), fait sécher autant que possible menthe, herbes en tout genre (basilique, aneth, romarin, thym), champignons de la forêt. Les premières baies sauvages arrivent et il va falloir me procurer un livre sur le sujet pour choisir les bonnes (seulement 2 sont toxiques en Alaska). Il y en une 20, dont une poignée vraiment bonnes et faciles à ramasser. Certaines sont près du sol et juste de se baisser pour en ramasser quelques unes, c’est l’enfer côté moustiques. Les ours eux, se régalent. Juste à baisser le nez… Il y a tout le long d’une partie de « notre » sentier des crottes d’ours bien roses, ce qui me fait toujours rire.  J’attends toujours d’en voir un !

On espère aussi faire du pesto (avec notre ail et basilique !), des conserves d’haricots, carottes préparées, faire des chips de courgette, et installer le cellier en conséquence pour que tout notre surplus de l’été se conserve bien cet hiver (besoin d’isoler d’avantage et de fabriquer des étagères grillagées contre les mulots ! Dans l’idéal, le rêve serait de pouvoir être quasi-autonome sur toute l’année côté légumes. Par ici, même avec de la bonne volonté c’est difficile, car l’hiver dur presque 8 mois et même avec une serre chauffée, il n’y a pas assez de lumière pour que les plantes survivent (ou alors avec lumière artificielle, donc électricité !). Notre immense jardin nous permettrait d’en avoir assez, juste avec ce que nous récoltons en ce moment, mais la taille du congélateur est limitée et il faut beaucoup de temps pour faire des conserves… C’est mon premier été ici et j’apprends déjà un paquet de choses côté jardinage, le perfectionnement vers d’avantage d’autonomie prendra encore quelques années ! Il y a tant à faire, tant à essayer ! L’important est que nous avons la chance de vivre ce mode de vie et l’envie de tendre vers un idéal : faire et apprendre par nous-mêmes. La « simplicité volontaire », comme l’appelle Pierre Rabhi.

  img2580.jpg img2581.jpg

Après une bonne cueillette en forêt de 5kg de champignons (à croire que nous sommes les seuls à les ramasser dans le voisinage), nettoyage, sélection et découpage des champignons en fine lamelles. Ce qui n’est pas mangé à cause des vers ira pour Miss Piguy, pour son plus grand bonheur. Séchage de quelques jours dans un endroit sec avant d’être conservé en bocaux.

 img2579.jpg Et puis quand même, une petite fricassée de champignons frais (bolets, « orange delicious« , « Pig’s ears« , « Hawk Wings« ), sur une omelette alaskane. Servis dans des bols bretons! Hé!

    img2587.jpg  img2591.jpg Séchage de la menthe (au premier plan) et du basilique (à l’arrière plan)/ Aneth et herbes de provence séchées, « ready to use ».

 img2584.jpg img2585.jpg img2588.jpg Quelques photos des belles choses qui poussent ces jours-ci: haricots grimpants (pole beans), courgettes en fleur (certaines donnent déjà), rangée d’aneth en fleur. Après un début rachitique pendant un mois et demi, l’aneth s’est mise à poussée à toute vitessse. Du bonheur sur le saumon!  

img2574.jpg img2575.jpg Et pendant ce temps là, les poules attrapent des grenouilles! Batraciens et rongeurs apprennent à leur dépend à ne pas franchir « la ligne ». A chaque fois, c’est le cirque dans la basse-cour: courses-poursuites dans tous les sens, caquettements furieux, chacune cherchant à grapiller son bout de lard. La bête finie généralement en charpie, après être passée de bec en bec. Spectacle gore mais ô combien  »entertaining« !

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 6:14
Commentaires :1
 
12
 
 

Les voyages d'Esteban |
Randonnée Roumanie |
runireland |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jrny
| lacharbonnerie
| Le grand voyage