Free yourself

Vivre et grandir au coeur de l'Alaska

 

Promenons nous dans les bois…

Kenny Lake, 28 avril

… pendant que le loup n’y est pas ! Comme dit la chanson ! Sauf que l’autre jour, en me promenant en forêt, à 10 minutes à peine de la maison, que vois-je ? Des empreintes géantes : un loup !!!

C’est la première fois que l’on remarque le passage d’un loup si près de la maison. C’est aussi la première fois que j’en vois les empreintes. Au début, je croyais à un gros chien, le labrador de la voisine, mais quand j’ai vu Gobi marcher juste à côté, ça semblait impossible. Les empreintes étaient profondes et bien marquées, au moins trois fois plus grandes qu’un chien. Le loup a dû passer en fin de journée, quand la neige est molle, avant que ça ne gèle la nuit. Les empreintes n’ont pas plus de quelques jours, car elles datent d’après la dernière neige. Le manteau de neige est encore bien épais en forêt.

J’y suis retournée hier pour prendre des photos et confirmer que j’avais vu juste. Gobi était avec moi, Timothy dans mes bras et nous avons suivi les traces un bon moment sur le chemin jusqu’à ce qu’elles aillent se perdre dans les bois.

Tandis que je prenais des photos, le vent soufflait fort dans les arbres et le craquement des branches me faisait me retourner, comme si j’allais découvrir un loup derrière mon dos. Peur enfantine de la bête qui rôde dans les bois pour manger les petits enfants. Quelle idée de raconter ce genre d’histoires aux enfants ! Ça vous traumatise à vie.

Mais nous n’avons ni entendu le loup ni vu sa queue, alors pas d’inquiétude. Le loup a plus peur de l’homme que n’importe quel autre grand mammifère du coin et il y a plus de chance (malchance) de se faire attaquer par un élan ou un ours. Les attaques de loup sont rarissimes. Je n’en ai jamais entendu parler par ici. Notre loup devait être en patrouille, ou à la recherche d’un nouveau territoire.

Si le loup y était, il nous mangerait, mais comme il n’y est pas, il nous man-gera pas!

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 28 avril, 2013
A 19:19
Commentaires :1
 
 

Farewell Sherley

Kenny Lake, 26 avril

Notre chère Sherley s’en est allée hier. Sa belle petite âme a quitté ce vieux corps malade.

La décision a été ô combien difficile à prendre. Depuis plus d’une semaine, Sherley ne mangeait plus rien et ne se levait qu’une ou deux fois par jour pour aller boire dans une flaque ou s’allonger au soleil. Une mauvaise tumeur près de son estomac avait poussé comme un champignon et semblait sur le point d’exploser. Sherley attendait de mourir et la mort ne venait pas. J’en venais même à souhaiter chaque matin qu’elle se serait endormie pour toujours dans la nuit, mais non. A force de repousser au lendemain le coup de fil au véto, elle n’avait plus que la peau sur les os et faisait peine à voir.

Hier, je l’ai donc emmené chez le vétérinaire pour la faire piquer. Une fin plus douce et rapide qu’une mort lente et douloureuse ou un coup de revolver dans la tête, comme c’est la pratique par ici. J’ai assisté le véto en tenant Sherley dans mes bras jusqu’à son dernier soupir. Une puissante dose d’anesthésie lui a été injecté et ça n’a pris que quelques secondes. J’ai retenu mes larmes, mais une fois mon amie partie, ça coulait tout seul sur mes joues.  Moi, la mère Chats depuis toujours, je ne pensais pas un jour pleurer autant pour un chien !

Sherley venait d’avoir 14 ans ! Un bel âge pour un chien et ma foi, une belle vie bien remplie, au grand air et en totale liberté ces dernières années.  Nous avons vécues de nombreuses aventures ensemble, en traîneau, à pied dans la forêt, jusqu’à la rivière pour pêcher. Une chienne d’exception, par son intelligence, sa volonté, sa force, sa fidélité. La meute perd son chef, et nous perdons celle sur qui nous pouvions toujours compter.

Je l’avais quelque peu délaissée depuis l’arrivée de Timothy, mais elle a été depuis mon arrivée en Alaska, ma plus fidèle amie. Toujours à me suivre en balade à pied, toujours à écouter mes ordres en traîneau (vraiment la seule qui ne faisait pas de « coup bas »), toujours à courir vers moi pour une caresse. Sa douceur et son affection vont me manquer.

Gobi, sa sœur, est toujours bon pied bon œil et ne semble pas affectée par sa disparition. Elle a maintenant l’oreiller dans l’entrée pour elle toute seule et n’a plus à squatter le coin où l’on range le bois, moins confortable !

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 27 avril, 2013
A 17:13
Commentaires : 0
 
 

En attendant le printemps

Kenny Lake, 24 avril

Tandis que l’hiver et le printemps jouent encore des coudes, nous essayons de garder le moral en rêvant des beaux jours qui finiront bien par arriver, tout en travaillant dehors, autant que possible.

Nos abeilles sont arrivées il y a quelques jours. Heureusement, il faisait « beau » le jour de leur installation, grand ciel bleu malgré une température fraîche et une petite brise. Toujours mieux que la neige ! Notre ami Ralf était là pour voir comment faire, avant d’aller faire de même avec ses abeilles. La reine déposée dans la ruche ne s’est pas échappée cette année, Matt ayant au préalable bouché la petite boîte la contenant avec un peu de miel. Sur le dessus de la ruche, Matt a installé un réservoir d’eau sucré, pour que les abeilles aient de quoi survivre en attendant les premiers bourgeons. Les nuits sont fraîches et nous couvrons la ruche d’une couverture pour maintenir la chaleur. Les abeilles ne sont pas encore sorties, il fait décidemment trop froid ou bien il neige ! L’année prochaine, ça sera à mon tour de faire l’installation. C’est la troisième fois que j’observe.  Gavées de sucre comme elles le sont, elles ne sont pas aggressives et peuvent à peine voler, les ailes collantes. Je porterai quand même des gants, au cas où !

La serre est réparée et désormais chauffée avec du bois vert, qui fume doucement toute la journée. Matt se lève la nuit, une à deux fois, pour rajouter du bois. Il gèle encore toutes les nuits pour l’instant. Il a planté en pots les pousses qui commençaient à être serrées dans les plateaux, et planté tout un tas de bonnes choses. Il y a un tel contraste entre la chaleur tropicale de la serre et le froid extérieur !

Cuisiner ces temps-ci devient difficile car nous arrivons à court de nos provisions d’hiver (nos légumes de la saison passée) et il nous tarde de manger du frais et du vert ! De temps à autre, une bonne idée surgit, comme une pizza maison au brie et à la saucisse d’élan ! Cuisine Italo-franco-Alaskane ! Hum… La saucisse d’élan nous a été donné par nos voisins, en échange d’avoir nourrit leurs poules, lapins, chat, le temps de leur absence. Ce genre de troc est parfait pour nous qui ne chassons pas.

De son côté, Timothy continue de pousser à vue d’œil. Il s’assoit tout seul, avec quelques chavirages de temps à autre, et allongé sur le ventre, pousse sur ses pieds pour lever ses fesses. Pas encore à ramper, mais il s’entraîne dur. Petit rayon de soleil, il est toujours de bonne humeur (sauf pour l’heure de la sieste), son énergie et ses sourires sont contagieux. Il fêtera ses 6 mois le 1er mai! Déjà.

 

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 24 avril, 2013
A 22:34
Commentaires : 0
 
 

Retour de l’hiver

Kenny Lake, 17 avril

Un mois d’avril plein d’inattendus. Après plusieurs semaines avec des nuits par -20°C, nous nous sommes réveillés avant-hier sous la neige. Il a neigé sans discontinué jusqu’à hier midi. Une neige fine, collante, bien compacte. Une vraie bonne neige de début de saison,15 centimètres, peut être plus ! C’est vraiment la grosse surprise pour tout le monde. Il arrive qu’il neigeote un peu, mais pas une telle quantité mi-avril !

C’est dommage, car nous semblions voir se profiler le Printemps… la neige fondait doucement mais sûrement malgré les nuits froides. On commençait à voir réapparaître l’herbe. Cette nouvelle couche vient se poser sur un lit de glace – la cours était une vraie patinoire ces jours derniers- et cette glace est traitre là où le passage des voitures à damé la piste.

Le comble, est que nous avons commandé des abeilles pour la saison et qu’elles arrivent demain, tout droit de Californie ! Ça va leur faire un choc ! Il va falloir les nourrir pour un certain temps d’eau sucrée, jusqu’à ce que le Printemps veuille bien s’installer. Mais toute cette neige ne va pas fondre en un jour ! Le défi va être de les garder au chaud jusqu’à ce qu’elles puissent sortir et aussi de les introduire dans la ruche depuis la boîte dans laquelle elles sont livrées. Matt va leur confectionner une isolation autour de la ruche en attendant que ça se réchauffe un peu. Espérons que la température sera clémente dans l’après midi pour les introduire dans leur nouveau home sweet home.

Cette neige, aussi belle soit elle, met un coup au moral. On commençait à pouvoir travailler dehors à nouveau et voilà la table de bricolage recouverte de neige, tout laissé en plan… Matt a eu le temps de finir la serre avant l’arrivée de la neige. Une bonne chose, car maintenant le poêle à bois peut chauffer l’intérieur, pour les nuits fraîches. La serre est plus petite, pour chauffer plus facilement. L’autre partie va servir d’enclos pour nos futures poules (à manger). Les poules pondeuses iront dans l’enclos de d’habitude. On espère les avoir mi-mai, d’ici là, plus de neige espérons

A part ça, rien de neuf. L’hiver se prolonge et nous sommes « bloqués » dans l’avancement de tout projet. Je mets toute mon énergie dans mon petit Timothy, qui apprend de jour en jour, et nous avec. Nous avons nos petites habitudes et j’essaye de sortir de la maison aussi souvent que possible pour voir du monde, et lui faire découvrir différents lieux. Nous avons la chance d’avoir de nouveaux amis sur Kenny Lake pour la saison, Cammy et Ben qui ont mon âge et un petit garçon de 10 mois, Taj. Ça va faire un copain pour Timothy !

 

 

 

 

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 18 avril, 2013
A 19:28
Commentaires : 0
 
 

That time of the year…

Kenny Lake, 3 avril 2013

La Grande Fonte a commencé depuis 3 jours! C’est synonyme de températures plus chaudes, de Printemps qui arrive enfin mais aussi de purée de neige et bientôt de boue ! D’ici peu, l’accès en voiture jusqu’à chez nous sera impossible, pour une quinzaine de jours.

Avec la fonte, nous redécouvrons des objets égarés à l’automne avant la première neige, mais surtout, les crottes de Sherley et Gobi qui refont surface un peu partout. La cours est un terrain miné de dangereux éclairs au chocolat qui n’attendent que l’on ne marche dedans et les chiens attachés piétinent dans un marécage. Je suis de corvée de ramassage de crottes presque tous les jours, le matin, quand tout est encore gelé pour quelques heures… Les douces joies d’avoir des chiens ! Fini le chien de traîneau. Petite saison cette année. Je serai sortie moins de 10 fois ! Nous ferons mieux l’hiver prochain !

Timothy a fêté ses 5 mois. C’est un grand gaillard qui change à vue d’œil. Déjà 8 kg pour 69 cm ! Ce fut un mois de grand éveil. Il se bat maintenant pour rester éveillé à l’heure du coucher… Nous savourons tous les jours notre chance de pouvoir nous occuper tous les deux de lui, toute la journée. Le rythme de nos journées est bien calé maintenant.

Avant de me lancer dans la construction d’une chaise haute pour Timothy, je m’entraîne sur un tabouret. Il est presque fini. Encore quelques couches d’huile de lin, peut être du vernis. J’aime construire avec le bois, je pourrai faire ça tous les jours. Ce que je préfère c’est aller à la « chasse au bois ». Comme nous vivons entourés de forêt, il ne faut pas aller bien loin pour trouver son bonheur. Mais il faut connaître les bons coins pour tel ou tel essence de bois. Les pieds de mon tabouret son fait dans du sapin très vieux. Je récupère des troncs ayant brûlés sur pied (en partie) dans un feu de forêt qui a eu lieu il y a une 50° d’année. Les branches ont brûlées, le tronc parfaitement droit et le bois est sec depuis longtemps. A vue d’œil, il ne paye pas de mine (tout gris et craquelé), mais une fois poncé, c’est une merveille. C’est vraiment chouette de sortir du chemin et de s’enfoncer dans les bois pour chercher LE tronc qui fera l’affaire. Un peu comme une chasse au trésor. J’oubli le temps et cette immersion me fait toujours un bien fou.

C’est agréable de pouvoir travailler dehors à nouveau. Maintenant j’ai hâte que la neige fonde autour du bateau pour pouvoir m’y atteler. Tant de projets à réaliser en 6 mois ! (avant la prochaine neige…)

 

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 3 avril, 2013
A 20:41
Commentaires : 0
 
 
 

Les voyages d'Esteban |
Randonnée Roumanie |
runireland |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jrny
| lacharbonnerie
| Le grand voyage