Free yourself

Vivre et grandir au coeur de l'Alaska

 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2015

Les Lorenz au grand complet

Peoria, Illinois, 31 décembre

Nous sommes en Illinois, a 2h30 de Chicago depuis le 23 decembre. Une semaine de grandes retrouvailles avec la famille de Matt. Timothy s’amuse comme un fou avec ses cousines Maggie et Claire, on le voit a peine dans cette grande maison! Avalanches de cadeaux pour Noel et cure de cookies! De vraies vacances ou je peux meme faire la grasse matinee!

IMG_3178

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 31 décembre, 2015
A 17:29
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2015

Article sur ‘L’autre Voie’

Peoria, Illinois, 31 janvier

Publie cet automne dans le magazine en ligne ‘L’autre Voie’, voici l’article que j’ai ecris il y a un an pour la revue mise en ligne par mon ami anthropologue Franck Michel. Je relate comment je suis arrivee en Alaska et pourquoi j’y suis restee! Une synthese de 5 ans de blog!

fichier pdf Lautrevoie-extrait

Vous pouvez retrouver d’autres beaux articles de voyage et vagabondage sur la page Facebook ‘La croisee des routes’. Une belle page pour rever voyages et rencontres.

Bon Nouvel An a tous!

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 17:16
Commentaires : 2
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2015

Les p’tits amis

Kenny Lake, 16 décembre

IMG_2990 IMG_2997

Les 4 garçons réunis: bébé Zéphyr et Evan (4 et 5 mois — enfin 3 semaines d’écart seulement, Evan le plus âgé). Copain Taj et Tim (3 ans), les inséparables. Mon amie Camie étant partis pour 6 semaines au Mexique avec toute sa famille, nous les retrouverons en Février, où tous les petits auront bien changés!

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 16 décembre, 2015
A 22:20
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2015

Visiteur sauvage

Kenny Lake, Alaska 16 décembre

Tout a commencé il y a une dizaine de jours, lorsqu’au petit matin, vers 5h, j’entends nos poules dehors hurler comme si elles étaient en train de se faire égorger. Il fait nuit noire et je suis en train de nourrir Evan. Je me dis que ça y est, un renard à tué nos deux poules et je fais une prière pour elles… J’irai voir le lendemain les dégâts. Sauf qu’au matin, les poules sont toujours là ! Je les déplace dans l’autre enclos, entouré d’un filet. D’autres prédateurs peuvent encore les attaquer mais pas les corbeaux, hiboux, aigles ou renards !

Dans la journée, il se trouve que j’écrase deux tétras sur la route. Ce sont des oiseaux super lents et comme la route était très glissante, je n’ai pas voulu freiner à la dernière seconde. Je ramène les oiseaux à la maison, au cas où on pourrait sauver un peu de viande mais ils sont trop amochés pour récupérer quoi que ce soit. Je les mets dehors devant la porte, avec dans l’idée de sauver quelques plumes pour faire des collages avec Tim. Le lendemain matin, ils ont disparu! Et surtout, en pleine nuit, durant l’un de mes nombreux réveils (Evan boit toute les deux heures en moyenne), j’entends du bruit dans la maison. Je descends avec ma lampe frontale pour faire fuir ce que je crois être un mulot en train de piller le sac d’avoine. Mais le bruit vient de la chambre de Tim… c’est alors que je vois l’intrus : une hermine blanche avec le bout de la queue noire.  Elle s’arrête et me regarde, comme hypnotisée par la lampe. Face à face silencieux durant une bonne minute. Je suis pieds nus et d’un coup j’ai peur qu’elle me morde en voulant se défendre ! Je laisse la lampe par terre et file grimper sur le canapé ! Mais je suis décidée à savoir ce qui attire l’hermine dans la maison et j’y retourne avec une autre lampe. Cette fois je vois ce qu’elle fait : elle essaye de sortir d’un sac poubelle l’une des deux peaux de lapins que j’ai mis là par terre au frais (elles sont salées et sèches, il n’y a plus de viande dessus. J’attends le printemps pour les tanner sérieusement). L’hermine n’a pas vraiment peur de moi, je prends le sac et vais le poser sur la table dans la cuisine et retourne me coucher. Quand même, elle n’aura pas le toupet de venir dans la pièce principale ! Tu parles ! Elle y retourne de plus belle et abîme ma belle fourrure de lapin ! Cette fois-ci, je mets les peaux dehors, dans le poele à bois (côté four). Elle ne peut plus rien faire.

Le lendemain matin, en pleine journée, je suis seule avec Evan et l’hermine vient nous rendre visite à nouveau. Elle cherche les peaux on dirait. Elle fait comme chez elle et va absolument partout : sur nos bureaux,  dans le sapin, les jeux de Tim, dans chaque pièce et dans chaque recoin possible. Elle passe même à côté de moi tandis que je nourris Evan assise par terre. Je ne pensais pas que ces petites bêtes pouvaient être aussi téméraire ! Je la suis partout et elle doit se sentir en sécurité car elle fait comme si je n’existais pas. Elle passe par le trou d’arrivée des fils électriques et entre et sort comme elle veut. Elle est tellement à son aise que je suis sûre que si je lui tendais un bout de viande dans la main elle viendrait se servir !

Depuis, notre petite hermine est chez nous comme chez elle et vient à toute heure du jour et de la nuit, ce qui surprend toujours car elle est si rapide et silencieuse qu’on ne s’y attend jamais. Hier soir, elle ait passé entre les jambes de Matt ce qui nous a fait sauter bien haut tous les deux car on ne savait même pas qu’elle était dans la pièce ! Evidemment je rigole de voir mon grand géant sauter sur ses pieds! Notre hermine fait son grand tour, inspecte tout et le seul endroit qu’elle n’ai pas visité pour l’instant c’est le loft, heureusement car c’est là où on dort. Je crois que je ferai une crise cardiaque si je la surprends sur moi en pleine nuit !

Elle semble habiter juste sous la chambre d’Evan. Alors bien sûr, comme elle vient se balade à toute heure, on a un peu plus de mal à laisser Evan dormir tout seul dans sa petite chambre le soir… des fois qu’elle croit que c’est un morceau de viande ! On le laisse donc s’endormir à côté et avant d’aller se coucher on le monte avec nous, « en sécurité » !

Elle ne semble pas avoir fait de dégâts pour l’instant. Juste quelques crottes dans un coin qui tâchent le sol, mais ça sera un endroit couvert plus tard. Evidemment, comme on part le 23 décembre pour presque 2 mois, on ne peut partir en laissant l’hermine s’installer chez nous définitivement ! Donc il y a deux options : on nous a prêté un piège dans lequel on peut l’attraper vivante et la relâcher ailleurs… l’autre option est le piège à rat. Bien sûr, je n’ai pas envie de la tuer, elle est rigolote cette hermine et je commence à bien l’aimer ! Elle a 4 marques sur le dos, signe que les poules se sont défendues l’autre nuit… mais les poules sont aux aguets en permanence maintenant car je vois des traces d’hermine dans leur poulailler partout. Les poules sont obligées de dormir dehors perchées plutôt que dans leur abris avec le foin, où elles se retrouveraient piégées. Bref, il faut absolument qu’on arrive à l’attraper vivante avec ce piège… ce qui va demander quelques ajustements car il est fait pour un plus gros animal. Petite comme elle est, elle peut sûrement se faufiler entre la porte et la grille… Affaire à suivre!

IMG_3033 IMG_3036 IMG_3038 IMG_3039

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 21:52
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2015

The gingerbread house

Kenny Lake, 16 décembre

Je profite que Tim soit parti pour la matinée pour mettre tout à jour! C’est rare que j’ai quelques heures pour le blog ou quoi que ce soit d’ailleurs! J’ai trouvé une amie pour le garder quelques heures, j’espère que ça sera hebdomadaire.

Nous avons réalisé dimanche notre première maison de pain d’épice! On a cuit la veille et assemblé le matin les différentes parties avec du sucre glace. Il en faut un paquet pour faire tenir les murs et le toit… tellement sucré en fait que ça durcit comme de la colle. Je n’avais essayé avant et le défi n’était pas tant de faire tenir debout la maison que d’empêcher Tim de dévorer sucre et décorations avant l’heure!

Le sucre glace mélangé au blanc d’œuf durcit vite alors il ne faut pas traîner et ça ne coulait plus très bien dans mon stylo pâtissier vers la fin pour les finitions mais j’étais contente que tout tienne en place! Evidemment, le temps de quelques photos et nous avons attaqué la dégustation sans tarder!

Toujours dans l’esprit de Noel, nous avons fait des bougies avec nos cires d’abeilles (qu’il a fallu filtrer d’abord). Super à faire même si ça colle partout! On a aussi fait des petites bougies avec Tim avec des feuilles de cire colorées, facile à utiliser, il adore ça. Il dort depuis avec sa bougie préférée (éteinte!)

IMG_3078 IMG_3083IMG_3076

IMG_3077

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 21:07
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2015

Le sapin de noel

Kenny Lake, 16 décembre

Choisit par Timothy, coupé par son père, notre sapin est installé depuis bientôt 2 semaines. C’est le premier noël où Tim est vraiment à fond alors c’est super de retrouver la magie de Noel et tous ces petits détails qui font de beaux souvenirs. Nous avons encore peu de décorations, alors nous avons fait de la pâte à sel, un début de guirlande en pop-corn (mangé avant d’avoir pu être enfilé sur l’aiguille), accrochés des candy cane (bien haut pour Tim ne les dévore pas d’un coup)… Timothy y a même mis ses chaussettes en laine.

IMG_3016 IMG_3018 IMG_3023 IMG_3027 IMG_3031 IMG_3042 IMG_3043 IMG_3045 IMG_3047

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 20:55
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2015

Abeilles en hiver

Kenny Lake, 16 décembre

IMG_3009

Alors que nos pauvres abeilles sont déjà mortes depuis un moment, j’ai été interviewé des voisines qui essayent de faire survivre leurs abeilles au rude hiver. C’est très intéressant de voir les techniques possibles même si les chances de survie sont maigres. Il faut s’y connaître un peu aussi mais les deux essaims de nos amies semblent bien en vie pour l’heure après les jours de grand froid que nous avons eu (jusqu’à -30°C la semaine passée).

En gros, il faut déjà bien isoler la ruche: celle-ci est n’est pas en bois mais faite dans du polystyrène dur, puis la ruche est entourée d’isolant d’au moins 5cm d’épaisseur, plus sur le sommet de la ruche, une boîte en bois remplie de paille.  L’important c’est que l’air circule et qu’il ne se crée pas de condensation, ce qui tue les abeilles. Il y a deux sorties miniature, une en bas et une en haut. Les abeilles sortent dès qu’elles le peuvent, ce qui arrive au milieu de l’hiver quand nous avons un « Chanook », vent du sud chaud qui fait monter la température à 0°C. Les abeilles sortent alors juste pour faire leurs besoins (qu’elles ne font jamais dans la ruche). La ruche est donc bien protégée du froid et pourrait même être entourée de ballots de paille pour parer au vent.

A côté de ça, Jamie et Kelly ont mis la reine dans sa « cage » en juillet pour qu’elle ne puisse plus pondre. ça permet de limiter le nombre d’abeilles et donc de bouche à nourrir, surtout lorsque les journées sont fraîches et que les abeilles doivent rester à l’intérieur en été. Elles ont libéré la reine en septembre. A ce moment là il commence à faire plus froid et la reine sait qu’il faut « moins produire » d’individus en prévision de l’hiver. Cela fait aussi plus de miel au moment de la récolte. Juste après la récolte (elles laissent un peu de miel aux abeilles quand même), elles nourrissent les abeilles jusqu’à ce qu’il fasse trop froid pour ouvrir la ruche (quelques degrés). Elles ont ainsi permis aux abeilles de remplir leur rayons à nouveau grâce au mélange d’eau sucré… plus de 35lbs (15kg) de sucre en tout, donnés entre mi-août et fin octobre!

Ce qui est chouette, c’est qu’on peut entendre les abeilles en mettant un stéthoscope à l’entrée de la ruche. ça grouille bruyamment à l’intérieur et ça donne l’impression qu’une abeille se balade dans notre oreille. Si l’hiver est doux, c’est à dire des périodes de redoux à 0°C de temps à autre,  les abeilles devraient survivre… ça donne envie d’essayer l’année prochaine!

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 20:47
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2015

Kenny Lake Yaks

Kenny Lake, Alaska 16 décembre

IMG_3000 IMG_3002 IMG_3003 IMG_3006 IMG_3007 IMG_3008

Que fait-t-on par -15°C pour changer d’air? Une petite balade en voiture jusqu’à la ferme des yaks (à 10km de chez nous), où on peut se garer sur le bord de la route et venir observer le troupeau d’une 50° de yaks de tout près. Certains yaks qui ont été élevé à la bouteille (lorsque la mère meure durant le vêlage) sont particulièrement curieux et viennent spontanément vers les promeneurs. On peut même les caresser. Ce sont des animaux très calme et très doux. D’ailleurs dans cette ferme, les animaux un poil trop agressifs passent à la boucherie de suite. Même Timothy assez froussard ose les toucher. A cette période de l’année, on ne voit pas le soleil dépasser de derrière les montagnes pendant environ 1 mois. La lumière est très belle quand même mais je suis contente que par chez nous on ait la chance de voir le soleil environ 2-3h, lorsque le temps est clair.

Après ça, j’aime aller marcher le long de la ligne électrique, dans les sous bois qui longent la route. On peut marcher jusqu’à un grand champ ouvert qui donne une vue imprenable sur les Chugachs. Seulement ce jour-là ça fait un peu loin pour Tim qui marche doucement avec les vêtements d’hiver et sent le froid glacial sur son visage (impossible de lui faire porter une écharpe). Evan lui est bien emmitouflé et tout contre moi alors il s’endort comme un loir quelque soit la température. Finalement, à mi-chemin, nous sommes allés voir si on pouvait aller se réchauffer chez des amis: par chance ils étaient là et Tim a pu se réchauffer avec un bon chocolat chaud/cookie… le meilleur moment de la balade pour lui!  J’aime nos petites excursions même par grand froid car ça fait un bien fou de sortir de la maison et de marcher un peu dans un endroit différent. Tim est toujours partant et le plus dur et d’habiller tout le monde chaudement… il faut bien 15-20min pour que nous soyons tous prêts et c’est souvent une bataille pour faire accepter à Tim de mettre plusieurs épaisseurs de vêtements. Il veut toujours être pied nus dans ses bottes…

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 20:30
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2015

La fin des lapins

Kenny Lake, Alaska – 2 décembre

IMG_2958 IMG_2979

Oh la la… qu’il en faut du courage pour faire la peau à de beaux lapins! Matt les a tué à coup de fusil et c’est moi qui s’est occupée du reste: retirer la peau et vider les bêtes, une sale besogne que je ne suis pas prête de refaire de si tôt! C’était une première pour moi et bien sûr comme je n’ai jamais vu faire, je ne suis pas très douée et il m’a fallu un temps fou. Le pire pour moi était de leur couper la tête et les pattes, franchement répugnant! Et puis je ne sais pas comment font les pros pour ne pas mettre des poils partout sur la peau, mais je n’ai pas réussi à éviter. Je pensais tout ce temps là à ma grand mère Alice qui faisait ça en un tour de main. Je crois que si chacun devait tuer et vider sa propre viande il y aurait nettement plus de végétariens!

J’ai gardé les fourrures qui sont magnifiques, très épaisses, une noir et une marron claire. Je les conserve dans du sel pour l’heure et les tannerai plus tard avec les bons produits. J’aimerai faire des chapkas pour les petits et peut être des moufles en laine doublées de fourrure. Rien ne se perd! Les chiens ont eu droit au reste!

J’ai cuisiné le premier lapin avant-hier et c’était une merveille! Sauce vin blanc/moutarde plus pruneaux… servis avec des pommes de terre du jardin revenues à la poele. Un vrai repas de fête. Je suis aussi en train de faire un bouillon avec les os du dos pour une bonne soupe maison. Je m’étonne qu’il y ait autant de viande, autant sinon plus que sur un poulet, ils étaient géants ces lapins! En tout de quoi faire 4 repas! Quand même, pour le premier , j’avais du mal a avaler et croquer dans la cuisse… Je ne pouvais m’empêcher de penser au petit minois du lapin que je caressais encore la veille. Enfin, je n’aime pas tuer les bêtes (je laisse ça à Matt) mais je suis contente de manger notre viande. Notre cochon va nous nourrir pour une année et pour le veau, c’est du local, élevé à Kenny Lake!

 

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 3 décembre, 2015
A 3:10
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2015

Patinoire géante

Kenny Lake, Alaska, 2 décembre

Drôle de temps chez nous la semaine passée. Après 20 cm de neige qui venait s’ajouter a 20 autres bien tassés, le vent du Sud est venu tout chambouler! Un jour on faisait un bonhomme de neige géant (3 boules! Dommage j’ai raté la photo), le suivant le Chanook soufflait furieusement faisant tout fondre à vue d’œil. Après 4 jours de températures positives et des bourrasques monstrueuses en continue, il ne reste plus qu’une fine couche de glace. Une patinoire partout et les crampons s’imposent!

On a fait une tentative avec Tim pour aller se ballader, impossible pour lui sans crampons (sur ma liste des courses prioritaires). La balade était courte mais il s’est quand même amusé à couper des branches avec sa fausse tronçonneuse, la même que son père version miniature jeu (cadeau de grandpa). Et puis il a enfilé ses patins à glace pour quelques minutes et jouer au hockey avec un bout de glace et un bâton. Par tous les temps il y a quelque chose à faire dehors! Enfin, sauf quand le vent est furieux et que l’on a peur de se prendre un arbre sur le coin de la tête.

 

 

IMG_2960 IMG_2962 IMG_2964 IMG_2966 IMG_2969 IMG_2975

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 2:44
Commentaires : 0
 
12
 
 

Les voyages d'Esteban |
Randonnée Roumanie |
runireland |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jrny
| lacharbonnerie
| Le grand voyage