Free yourself

Vivre et grandir au coeur de l'Alaska

 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2016

Fireweed jelly

Kenny Lake, 21 juillet

IMG_4458 IMG_4459 Timothy dans un champ d’épilobes.IMG_4460 Jolis pétales d’épilobe.

Voilà plusieurs années que je n’avais pas essayé de faire de la gelée d’épilobe, la fleur emblématique de l’Alaska. Il faut pas mal de temps pour ramasser les pétales et la préparation en elle-même et j’avais raté la dernière fois, mon mélange se terminant en sirop. Il y a un champ derrière chez nous magnifique et j’ai eu envie d’essayer à nouveau avec Timothy.

Les plantes sont plus grandes que lui et parfois plus grande que moi. Les abeilles et les bourdons sont partout. C’est un tel plaisir d’être au milieu des fleurs et des insectes. ça sent bon l’été. Je ne prends jamais les pétales là où je vois un insecte butiner. Il y en a assez pour tout le monde. Le panier se rempli lentement mais sûrement.

Après avoir mesuré mon poids de fleurs, il faut les cuire dans de l’eau puis filtrer. Le jus a une couleur violette magnifique. Ensuite il faut pas mal de pectine et de sucre, plus un peu de citron. La quantité de sucre semble énorme, mais j’ai suivi la recette (pour une fois!). Je n’ai pas pris de photo du résultat, mais ça a marché! Un peu trop solidifiée même, mais je préfère ça à un sirop absolument liquide! Très bon goût également. Six pots qui vont être dégusté au compte goutte! Je crois que si notre miel est si délicieux, c’est grâce aux fleurs d’épilobe qui sont partout autour de chez nous.

Changement de temps depuis hier soir. Première vraie pluie de l’été (1/2 inch seulement) et vent fort. J’espère que cela ne marque pas le tournant de l’été et des températures chaudes! On a encore envie d’en profiter en t-shirt!

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 22 juillet, 2016
A 7:49
Commentaires :1
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2016

Mud monster

Kenny Lake, 21 juillet

IMG_4455 IMG_4456

Comme vous le voyez, Evan adore le jardinage lui aussi, surtout après l’arrosage des plantes! Il a une telle joie à jouer dans la boue ou la terre sèche poussiéreuse! Pour économiser en lessive, il passe la plupart de ses journées cul-nu ou tout nu (selon la météo) et comme ça, je n’ai qu’à le mettre entier dans la cuve (d’arrosage pour les plantes) pour faire « pré-lavage » avant de le laisser rentrer dans la maison. Heureusement, il aime l’eau aussi!

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 7:28
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2016

La pêche miraculeuse

Kenny Lake, 11 juillet

J’ai eu la chance il y a 1 mois d’avoir été invitée à pêcher le flétan à bord d’un bateau de pêche (d’ami d’ami) au large des côtes de Valdez, dans le Prince William Sound. Je m’étais levée à 3h du matin pour arriver à Valdez vers 6h en voiture et partir en bateau de bonne heure puisqu’il faut 2h30 pour aller au coin de pêche (à environ 60 miles du port). Nous étions un petit groupe sympa avec le capitaine, moi la novice complète.

Après avoir pêché 2 « petits » flétans (qui faisaient déjà bien 15-20kg), j’ai enfin pêché un gros! 67 lbs (30kg)! Puis un deuxième, un peu plus petit. Les hommes ont préparé les filets en rentrant au port après la photo de famille, puis nous avons emmené le tout dans une boîte qui congèle et enveloppe le poisson en morceaux. Super pratique, il ne reste plus qu’à ranger au congélateur. Chacun à bord a ramené une part égale de la somme du butin du jour, soit environ 65lbs (29kg) de flétan chacun. Evidemment, nous allons partager avec les amis ou faire du troc, comme on aime faire par ici. Quand on sait qu’en France le flétan s’achète pour près de 40 euros le kilo, cela nous fait une petite fortune de poisson!

Sans rentrer dans les détails, c’est une pêche à la ligne extrêmement épuisante! Le flétan est un poisson de grands fonds, et le plomb au bout de l ligne est lourd! Nous pêchions à plus de 200pieds (60m). Autant dire que quand ça mord, c’est lourd et ça prend une éternité pour ramener le poisson en surface. Il faut le coup de main pour ne pas se casser le dos et de la persévérance pour faire venir le poisson petit à petit, qui cherche à s’échapper le bougre. Parfois ça tirait tellement fort que le fil repartait en sens inverse… Il m’a fallu bien 15 minutes pour rapporter mon gros merlan. J’étais toute essoufflée et le bras en feu (celui qui tournait le moulinet à toute vitesse!) Une fois contre le bateau, ça n’est pas une partie de plaisir… le capitaine à pris le relais et j’étais bien contente car jamais je n’aurai pu faire le reste de la bataille: pour les gros poissons comme le mien, il faut leur tirer une balle de revolver dans la tête. Cela les tue et les fait se vider de leur sang. Ensuite il faut une gaffe pour ramener la bête sur le pont. Là, le poisson gigote encore à coups de queue géants (de quoi vous assommer franchement!). Puis il faut retirer l’hameçon de sa bouche géante. Enfin le flétan est mis en cale… ça fait un de ces bruits quand le poisson se débat encore contre les parois en aluminium… on dirait un Kraken qui cherche à s’échapper.

Une sacré expérience! Je ne ferai pas ça tous les jours c’est sûr, d’autant que je me sens incapable de tuer un animal, mais c’est aussi super chouette d’aller pêcher soi-même son poisson qui va nous nourrir toute l’année. Pas de poissonnerie par chez nous! Cela se mérite et on l’apprécie d’autant plus.

Maintenant, on espère une pêche miraculeuse de saumons!! Pour l’instant, Matt a déjà passé 3 nuits à la rivière, et n’a pas été chanceux. Hier soir, il est rentré à 3h du matin, pour 3 saumons seulement. Il y retournera bientôt. Là aussi une pêche fatiguante quand elle dure toute la nuit et qu’il faut remonter son épuisette géante toutes les minutes comme le courant est fort. Nous visons 20 beaux saumons, pour notre conso de l’année (conserves, fumé, filets congelés). Je laisse Matt y aller encore pour cette année car c’est dangereux près de la Copper River avec 2 jeunes enfants.

IMG_1402 Cela m’a rappelé le livre de Pagnol, « La Gloire de mon Père » où le père de Marcel pose avec ses perdrix géantes. ça fait bizarre de poser avec un poisson franchement. Mais ça donne une idée de la bête… qui s’est bien battue! Mieux vaut la photo côté « ventre » que côté « dos » car c’est un poisson assez laid avec un visage aplati: un œil droit et l’autre de travers, super déformé. Une drôle de créature.

IMG_1406 La pêche du jour. Chacun à bord, soit 7 personnes, a ramené son quota de flétans, 2 poissons autorisés, tous bien énormes! Mais nous n’avons pas explosé le record, qui était de 100lbs à ce moment là. Parfois, les pêcheurs ramènent des monstres de plus de 200 lbs!! Notre capitaine est réputé pour connaître les bons coins et ramener des maous costauds. C’est un prédateur, il aime vraiment ça! En plus, il ne nous aura pas fait payé les frais d’essence! Ce qui fait qu’au final, tout ce poisson ne nous aura pas coûté plus de 100 euros (mise sous vide congélation + essence voiture).

ps: oui, j’ai corrigé merlan pour flétan! (merci maman!) J’en perd mon Français à parler anglais tous les jours… Le  »Halibut », c’est comme ça qu’on l’appelle par ici!

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 12 juillet, 2016
A 8:12
Commentaires :1
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2016

Lorenz’s Kingdom

Kenny Lake, 9 juillet

J’aime monter sur le toit de notre school bus de temps à autre et observer notre clairière. C’est une période si jolie en ce moment, j’aimerai que ça dure toute l’année! Quelle verdure… et on ne se lasse pas d’entendre le vent dans les feuilles de tremble, si apaisant et agréable. Les oiseaux ne chantent presque plus depuis une semaine. C’est triste, cela me manque déjà. La forêt est si calme. Les oiseaux chantaient tout le jour et toute la nuit vraiment! Il faudra attendre le printemps prochain. Nous avons 9 poussins et 2 dindonneaux d’environ 3 semaines. On aime les regarder avec les enfants. Evan aimerait les attraper mais il a vite fait de leur faire mal. Nos poules pondeuses (7) donnent entre 4-6 oeufs par jour, largement de quoi nourrir! C’est la pleine période de l’épilobe: fleur emblématique de l’Alaska et signe de l’été par excellence. Pareil, ça ne dure pas, et dès que les fleurs fanent, c’est déjà un tournant dans l’été. Un seul mot d’ordre: en profiter!

IMG_4453 IMG_4452 IMG_4447 IMG_4451 IMG_4449 IMG_4448 Depuis le toit de l’ancien bus scolaire. Ciel d’orage qui n’aura pas apporté une seule goutte de pluie. Tout est très sec. La piscine qui nous sert à arroser le jardin est vide. Il va falloir faire des aller retour au puits communautaire pour le reste de l’été pour l’arrosage du jardin.

IMG_4446 Tim se lave les cheveux dans la grande cuve (qui sert à laver les légumes et de piscine l’été).

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 10 juillet, 2016
A 8:03
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2016

Home improvment 2

Kenny Lake, 9 juillet

Maintenant que le jardin pousse bien, on trouve un peu plus de temps pour bricoler. Notre entrée est maintenant presque terminée. J’ai construit un coin rangement/porte-manteaux, peint un côté en noir, une peinture pour écrire à la craie la liste des courses ou toutes autre pense-bête. Il reste à installer du carrelage derrière le poêle à bois et poser des bordures bois autour de la porte, fenêtre et en bas du mur. Cela attendra l’automne, car pour l’heure, on essaye de passer un maximum de temps dehors tant que le soleil est là.

Tout semble avancer lentement, mais ça progresse! Quand on fait tout par soi-même, ça prend une éternité, mais c’est une autre satisfaction. Le plaisir de faire soi-même et une meilleure appréciation du travail de la main sous toutes ces formes. Je suis quand même très impatiente d’avoir une salle de bain digne de ce nom et que la pièce des enfants soit finie pour profiter de ce bel espace cet hiver lors des longues journées froides.

IMG_4438

IMG_4440 Nouveau canapé et tapis sur notre nouveau plancher en bambou. Le grand luxe! Pas encore fini de poser les planches bois sur le dernier mur… à la fin de l’été j’espère! Après ça, on pourra dire que notre pièce principale est officiellement « finie ». Hum… après un meilleur éclairage, aussi sur la liste des travaux d’automne.

IMG_4441 La future buanderie, chambre d’Evan temporairement. ça marche bien ainsi car ça lui fait un coin à lui au calme. Cela veut dire que je dois descendre la nuit du loft pour le nourrir, mais j’ai l’habitude et ça n’est plus qu’une ou deux fois la nuit.

IMG_4442 Mon projet du moment: construction d’un grand placard avec double porte pour accrocher les vêtements sur cintre et des étagères pour les vêtements des enfants. A gauche, j’installerai des étagères pour les jeux (prochaine étape). Je vais aussi construire un tipi d’intérieur pour faire un coin lecture sympa, et aussi une banquette lit pour s’installer devant la grande fenêtre côté Est et pouvoir observer le jardin.

IMG_4443 Le coin « travaux manuel » de Timothy. Il était temps de lui redonner un coin à lui pour faire ses petits travaux sans être dérangé par le petit frère… qui attrape ciseaux, crayons, papier… et fait tout tomber. Temporaire mais bien pratique.

IMG_4444 IMG_4445       La salle de bain, encore en travaux, j’espère finie cet automne! Plomberie/électricité, c’est Matt qui s’en occupe. Il y aura un coin lavabo, des WC et une douche en carrelage. J’aimerai faire de la mosaïque pour la douche qui devra être faite sur mesure. En attendant, on utilise la douche solaire dans la cabine de douche (l’eau chaude n’étant pas encore reliée). Et le petit coin pour la toilette de Tim.

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 7:45
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2016

Family camping trip

Kenny Lake, 8 juillet

Nous revenons de 3 jours de camping en famille. Une première aventure « into the wild » pour Evan. Ayant pris une semaine « off » avec le journal (bien méritée), nous en avons profité pour partir quelques jours explorer l’autre côté de la Copper River Valley, au Nord du Wrangell St-Elias National Park, le long de la Nabesna Road. Cette piste mène à d’anciennes mines d’or et se trouve de l’autre côté des montagnes que nous pouvons voir depuis Kenny Lake (Sanford, Drum, Wrangell), à environ 3h de route dont près de la moitié en piste de terre battue. C’était la première fois que je m’y rendais et je regrette de ne pas y être allée plus tôt ! Le changement de décor est complet et le dépaysement total. C’est la même chaine de montagnes, et pourtant complètement différente vue sous cet angle.

J’ai découvert aussi qu’il y a plein de chemins de randonnées, bien plus que par le Sud du Parc où nous habitons, et que c’est aussi bien plus facile d’accès pour monter haut dans les montagnes, en hors piste. La plupart des chemins balisés permettent d’accéder à beaucoup de sommets, en traçant à travers l’épaisse forêt (le plus dur). En France, on peut regarder presque n’importe quel sommet, on sait qu’il y a des sentiers partout. Ici les chemins sont rares et dès que l’on veut faire de la haute montagne, il n’y a plus rien. C’est à chacun de faire sa route. Il y a côté « immaculé » quand on regarde ces sommets, dont un certain nombre n’a connu que quelques montagnards chevronnés. D’un côté ça fait rêver, de l’autre c’est frustrant, car ça donne un côté inatteignable à moins d’être expérimenté.

Nous avons loué un chalet de montagne pour 2 nuits, gratuitement, il suffit de réserver à l’avance. Le chalet nous était donc réservé pour nous tout seul. Le « Viking Cabin » a appartenu à un Norvégien dans les années 60, d’où son surnom. Nous étions bien chargé au départ de la voiture, mais heureusement, le chalet n’était pas très loin de la route, ¼ mile. Matt a fait la mule en portant le matériel de camping dans le dos et tout le couchage/nourriture traîné dans une luge ! Je portais Evan dans le dos et nos vêtements dans un sac à dos porté devant. Le chalet est juste équipé d’une table et chaises, coin cuisine, poêle à bois et un loft pour le couchage. C’est rudimentaire, mais bien fait. A 100 mètres d’un court d’eau. Toilette sèches dehors. C’est un coin à ours, donc on est quand même toujours sur nos gardes et on ne peut pas laisser les enfants jouer dehors sans surveillance. Le calme qui règne autour du chalet est impressionnant. Pas une âme qui vive à moins de 20km (quelques maisons au bord du Parc) et le plus petit village est à 1 heure de route (Slana). On se sent loin de tout, c’est le cas de le dire !

Première soirée de camping, barbecue dehors, avec saucisses grillées et marshmallows (ce que Tim a préféré de toute cette aventure !). Le lendemain, notre première rando nous mène sur les hauteurs, vers les montagnes de Mentasta. Les sommets les plus proches ne sont pas trop hauts ni trop loin, accessibles en quelques heures, mais c’est en hors piste et nous nous arrêtons là où le petit chemin s’arrête, près d’un court d’eau, le même que celui à côté de notre chalet. Ça donne envie de revenir et d’aller plus loin, quand les enfants seront un peu plus grands et avec une bonne carte topographique. Nous prenons ensuite la voiture pour aller au bout de la Nabesna road (40miles en tout) et découvrir des paysages de montagnes complètement nouveaux, splendides.  Pique nique près d’un beau lac. On croise une voiture ici et là mais globalement, il n’y a que très peu de visiteurs sur cette piste. Il est encore tôt quad nous rentrons mais c’est agréable de se poser et de dîner de bonne heure. C’est dîner grand luxe, avec viande de rennes, pommes de terre et dernières carottes du jardin (de l’été dernier !), le tout enveloppé dans de l’alu et posé sur les braises. Servis avec notre salade du jardin ! Eh oui, on a amené tout ce qu’il faut. Bien manger quand on campe, c’est une priorité !

Pour nous occuper dans la soirée, nous faisons des tatouages au henné. Une première. En suivant des modèles j’ai pu dessiné un dragon sur Tim, un scorpion sur Matt et une sorte de soleil sur moi.                                                                                                                                

Le lendemain, grand bol d’avoine au miel et départ dès que nous avons plié bagage et nettoyé le chalet. Nous débutons une belle rando vers 10h. Première vraie rando pour Tim en moyenne montagne avec un terrain aussi varié et complexe. Sa plus longue marche également. Nous n’avons pas atteint le col, le temps commençant à changer sérieusement. On pense avoir fait les ¾ de la route, soit environ 400 mètres de dénivelé, 2miles. Ça commençait dans une forêt de saule, le long d’un torrent, sur environ 2km, puis il fallait ensuite suivre le torrent, en se fiant aux cairns pour le traverser aux endroits les plus faciles tout en continuant de monter vers un col. La moitié du « chemin » n’en était donc pas vraiment un. Chaos de roches où l’ascension est longue car il faut sans cesse faire attention où on met les pieds et choisir où traverser sans se faire tremper. Mais quelle vue ! Evan a été bien sage tout du long et ne s’est dégourdi les jambes qu’une seule fois (il dormait pour la pause sandwichs). Les rives du torrent sont superbes pour les enfants avec toutes ces roches volcaniques et des petites vasques où se tremper les pieds dans l’eau glacée. Il nous faudra revenir pour aller jusqu’au bout ! Nous prévoyons de retourner dans le coin début Août avec la sœur de Matt et sa famille. Timothy nous aura épaté de par son endurance et sa joie de grimper.

Une superbe aventure pour nous 4, et l’envie d’explorer et camper plus souvent ! Ce n’est qu’un début et c’est très excitant pour moi qui aime tant marcher en montagnes!  Evan promet déjà d’aimer la marche lui aussi. Il s’est fait de longues marches à pied (pour son jeune âge), souvent interrompues par notre impatience à vouloir quitter les moustiques au plus vite !

(Les légendes photos ne fonctionnant plus, je vous laisse découvrir en images. )

IMG_4345 Pause goutter près d’un joli cours d’eau.  IMG_4350 Paquetage au départ vers le chalet de montagne. ça en fait des choses avec 2 enfants! On a même pris le lit d’Evan! Une bonne idée comme on a tous dormi dans le loft.

IMG_4354 IMG_4355 En route vers le Viking CabinIMG_4358 IMG_4359 IMG_4362 IMG_4363 IMG_4366 Torrent près du chalet.  IMG_4368 IMG_4369 IMG_4370

IMG_4371 IMG_4373 Première balade en montant du chalet vers les Mentasta Mountains.

IMG_4383 Great Tiger Moth, l’un des plus jolis papillons observé en Alaska. IMG_4378 IMG_4376

IMG_4386 IMG_4385 IMG_4387 Sur la Nabesna road, près de là où nous avons fait la grande balade: Skookum volcano Trail. Géologie extraoridinaire avec formes pointues qui de loin font ressembler à une forteresse. Plein de grottes également sur cette paroi à pic.

IMG_4387 IMG_4392 IMG_4398 IMG_4400 Le bucheron prépare le bois pour le barbecue.

IMG_4401 Evan marche tout seul jusqu’au torrent (à une 100° de mètres). IMG_4406 IMG_4410 IMG_4413 IMG_4416 Deuxième balade: Skookum Volcano Trail. IMG_4429 IMG_4427 Pause déjeuner. On voit le col derrière nous. Voici donc le « chemin » qu’il fallait prendre! Pas facile et laborieux mais très amusant. Beaucoup de débit dans le torrent et très bruyant. Nous avons choisi un coin un peu éloigné de l’eau pour pouvoir s’entendre.

IMG_4423 IMG_4421 IMG_4430 IMG_4431 IMG_4432 IMG_4434 IMG_4435

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 9 juillet, 2016
A 16:32
Commentaires :1
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2016

Heavy ride

Kenny Lake, 4 juillet

Depuis mi-avril, deux fois par jour (7h30 et 13h30) j’enfourche mon vélo pour aller à la station météo de Kenny Lake, à environ 1.3km de la maison. Je prends les relevés pour l’équivalent de l’Office des Forêts qui gère les risques de feu, notre région étant propice aux feux de forêts.

Le matin, j’y vais souvent avec Evan qui est matinal et aime sa bouffée d’air pur du matin. Seulement si Timothy dort toujours, sinon il veut presque toujours venir et c’est dur de lui refuser la balade. L’après midi, je prends souvent les deux, à moins que j’y aille en voiture si j’ai une course à faire au village. Rarement, j’arrive à m’éclipser en douce et y aller seule, ce qui me permet d’aller deux fois plus vite sans me crever! C’est du sport car c’est de la piste cabossée et quand il a plu, la boue s’accroche aux pneus! Les enfants adorent venir et je les comprends car la piste est belle, on entend les oiseaux (le matin surtout) et on voit toujours un lièvre, un écureuil ou/et de jolis papillons.

J’ai le rythme maintenant mais j’ai quand même des courbatures si j’en fais un peu plus que prévu (détours ou si je prends les 2 enfants sur les deux trajets). J’aime bien ce petit boulot d’été et ça me met de bonne humeur de faire du vélo de bon matin avant le p’tit déj. Parfois je reviens et Matt a fait des pancakes ou des gaufres! La récompense après l’effort. Les relevés météo ne me prennent que 5 minutes et je ne suis partie que 15-20 minutes seulement. La station météo est à côté de la salle des fêtes, il y a un grand champ avec une vue magnifique sur la chaîne de montagne des Chugachs. Parfois aussi, des petits garçons vivant avec leur grand-mère dans une yourte au bout du champ viennent nous rejoindre pour jouer un moment. Il y a 4 garçons, tous très drôles. Une petite bande de sauvageons très attachants. Une autre raison pour laquelle Tim tient à venir.

IMG_4282 IMG_4284

Déjeuner dehors. Au menu: sandwich salade verte du jardin, avocat, fromage, flétan cuit en pané (reste de la veille)  sur pain maison… miam!

IMG_4277 IMG_4279 IMG_4285 Evan sait maintenant monter-descendre du camion pompier.

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 5 juillet, 2016
A 8:43
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2016

Happy First Birthday Evan

Kenny Lake, 4 juillet

Et  voilà, bébé Evan a fêté hier son premier anniversaire! Le mien était le 1er juillet (33 ans!). Nous avons fait une petite fête pour tous les deux, invitant nos voisins, les Davis, qui ont 4 enfants de 1 à 9 ans, ainsi que mon amie Linda et deux de ses petits fils vivant à Hawai et en vacances à Kenny Lake. La journée était chaude mais les nuages sont arrivés en milieu d’après midi, pour le début de la fête à 16h. Cela n’a pas empêché les garçons de s’amuser dans l’eau sur le « slip and slide » et de rester en short le reste de la soirée.

Pendant que Matt préparait le barbecue comprenant filets de flétan (pêché de mes mains), morceaux de lapins et  côtes de porc (de chez nous), ainsi que le gâteau au chocolat ET la glace à la vanille maison (un vrai Chef!), j’ai peint les visages des enfants (Lion, Tigre, Grenouille, Papillon, Chat blanc). Ils ont adorés et j’y prend goût alors j’espère pouvoir me faire la main dans les années à venir. Les enfants ont joué dans le trampoline, sur le hamac, le pont de singe,  les vélos… 8 enfants en tout, avec Evan le plus jeune qui cherchait à suivre les grands et courait partout lui aussi.

On a bien mangé, bien joué et bien rit, et Evan a même eu droit à sa glace maison rien que pour lui, dont le cône était rempli de gâteau au chocolat (cuit au four)… Il est tombé plusieurs fois avec mais n’en n’a pas perdu un morceau. Après ça, même sans sieste dans l’après midi, il était euphorique jusqu’au coucher! J’aime recevoir plein d’enfants à la maison.  Même si ça demande une attention constante, la joie de vivre et l’énergie des enfants est contagieuse!

IMG_4308 Evan: 1 an, 1 dent!

IMG_4295

IMG_4294 IMG_4296 IMG_4297 IMG_4302 IMG_4304 IMG_4309 IMG_4312 IMG_4314 IMG_4315 IMG_4316 IMG_4317 IMG_4319 IMG_4320 IMG_4321 IMG_4322 IMG_4323 IMG_4324 IMG_4325 IMG_4327 IMG_4328 IMG_4329 IMG_4332

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le
A 8:09
Commentaires : 0
 
 
 

Les voyages d'Esteban |
Randonnée Roumanie |
runireland |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jrny
| lacharbonnerie
| Le grand voyage