Free yourself

Vivre et grandir au coeur de l'Alaska

 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2016

Dog mushing avec Tim

Kenny Lake, Alaska, 23 décembre

IMG_5257 Sur le départ, il y a deux jours. 3 chiens seulement – courte balade. Je monte derrière Tim sur les patins arrière, lui met les pieds sur une planche bricolée qui dépasse un peu à l’arrière. Les patins sont trop espacés pour lui et il est à la bonne hauteur ainsi.

IMG_5261 Balade du jour. Tim fait une pause dans le traîneau à un moment, ses bras étant fatigués (cela demande pas mal de force de s’accrocher à l’arrière longtemps pour un enfant).

IMG_5262 IMG_5264 Le Wedding Bluff dans toute sa splendeur. Epaisse couche de gèle sur les arbres sur tout le tronc et jusqu’au bout des branches.

IMG_5265 IMG_5267 IMG_5268 IMG_5271 15h à peine, le soleil est déjà derrière les montagnes, nuit à 16H.

Nouvelle saison de chiens de traîneau (la 7° pour moi !). Il nous reste 5 chiens, 4 qui peuvent vraiment courir, Chewy récupère encore d’une blessure à la pate (qu’il avait enroulé et coincé dans sa chaîne). Ces chiens sont incroyables ! Ils ont maintenant tous un âge vénérable, bientôt 13 ans pour CJ et Dewy, et bientôt 15 ans pour Loogy, Chewy et Booger !! Et ils courent encore bien vraiment ! Ils ne font pas de sprint, mais ont encore une belle allure et l’envie de se dépenser. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre cette saison et je suis épatée de leur enthousiasme et forme physique, surtout qu’ils restent attaché (malheureusement) tout le temps, sauf quand on sors en traîneau.

On a eu beaucoup de neige en novembre mais il a fait aussi très froid donc c’est seulement maintenant que nous pouvons sortir. J’ai arrangé le petit traîneau pour que Tim puisse monter à l’arrière avec moi confortablement. En janvier, il pourra monter tout seul, on s’entraînera sur la piste voiture sur courte distance avec 2 chiens. Ensuite on pourra aller en forêt ensemble, moi devant avec mon traîneau et 2-3 chiens, lui juste derrière avec 2 chiens. Il me tarde!

Aujourd’hui je voulais vraiment sortir car il fait assez doux et c’est notre dernière fois avant notre départ en vacances (dimanche 25) pour l’Illinois et le Québec. Je voulais retourner au Wedding Bluff, à environ 3km dans la forêt depuis chez nous pour montrer à Timothy comme le paysage est magnifique là-bas (j’y suis allé hier seule). L’humidité apportée par la rivière vêtis les arbres intégralement de gèle, un vrai décor de film. On ne peut pas rester bien longtemps une fois au bluff (qui surplombe la rivière) car les chiens tirent sur le traîneau comme des fous pour rentrer et le frein de ce traîneau est miniature. Très mauvais endroit aussi pour accrocher le croc dans la neige. Juste le temps de faire quelques photos et c’est reparti. Timothy s’est bien amusé je crois. C’est sympa, on peut discuter pendant la balade, il reconnaît les traces dans la neige, on admire ensemble le paysage, on parle des chiens… Un beau moment ensemble en pleine nature. Il me tarde de revenir mi-janvier et d’y aller régulièrement, avec Evan aussi.

Nous sommes dans les préparatifs du départ. Tant de choses à penser entre les animaux, la maison qui va geler (les choses à mettre à l’abri chez des amis), tous les détails pour le journal que l’on continue de publier même en vacances… Les poules vont chez la voisine (plus que 5 sur 16 au départ. L’Hécatombe cet hiver), les chiens chez le voisin. Les dindes ont été tuées il y a quelques jours.

Matt a tué le lapin cette après midi, je me suis occupé du reste. Autant l’année dernière j’avais eu du mal à m’y mettre, autant cette fois-ci j’y suis allée franco, sans état d’âme. Il commençait à faire nuit, Evan me regardait faire et je ne voulais pas qu’il ait froid à rester debout sans bouger pendant longtemps. J’avais bien démarré en perçant des trous entre les tendons des pattes arrières pour faire passer une ficelle et suspendre le lapin mais après ça, j’ai coupé les tendons en voulant enlever la peau et donc mon lapin n’avait plus de quoi rester accroché. Ça n’est vraiment pas une partie de plaisir et heureusement que ça n’est qu’un lapin et une fois par an ! Il me faudra des années pour avoir le coup de main (là il me faut une demi-heure!) Maintenant je peux rêver d’un bon lapin à la moutarde et aux pruneaux.

 

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 24 décembre, 2016
A 7:44
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2016

Annual Christmas Bird Count

Kenny Lake, Alaska – 18 décembre 2016

Pour la première fois depuis mon installation en Alaska, je suis allée faire le Christmas Bird Count sur Kenny Lake, avec mon amie et compagnon d’aventures Linda R. Chaque année à la même date, quelque soit la température, les amateurs d’oiseaux sortent en pleine nature pour aller écouter, voir et compter les oiseaux des alentours. C’est un comptage qui a lieu au niveau national et l’intérêt est de savoir quels oiseaux passent l’hiver dans telle et telle région, de comparer d’une année à l’autre et même d’essayer de trouver quelques raretés.

Heureusement, les températures ont remontés depuis quelques jours, et une ballade en raquettes par -10°C semble parfaite après plus de 10 jours entre -30/-40°C ! J’ai besoin d’exercice et de grand air après être restée enfermée à l’intérieur pendant si longtemps.

Linda aime aller loin, là où personne ne va, trouver ce petit oiseau rare qui ne vit qu’au bord des petits ruisseaux, l’  « American Dipper » (Cincle d’Amérique). Elle va donc au même endroit chaque année et sait où chercher. C’est au confluent de Willow Creek et de la Tonsina River qu’il faut se rendre, à environ 3 miles (4.8km) en raquettes depuis l’école de Kenny Lake. Le chemin est superbe car il longe la rivière Tonsina sur les hauteurs la plupart du trajet et descend progressivement sur Willow Creek. En été il y a des ours qui pêchent là, mais en hiver rien à craindre.   

La neige est fraîche et profonde et c’est un sacré exercice d’ouvrir la piste. Nous nous alternons avec Linda pour passer devant. Les enfants sont restés à la maison avec Matt. Trop loin pour Tim, trop dur pour porter Evan et puis on va être dehors pour un moment.

Le ciel est magnifique, mélange de brume, ciel bleu et nuages de neige. Il nous faut environ 2h pour atteindre notre objectif, et nous notons sur un carnet tous les oiseaux observés en chemin. Pas mal de Black-caped chickadees et des groupes de Crossbeaks -bec-croisés (jusqu’à 25 par groupe !). Nous sommes récompensées à l’arrivée en découvrant 2 American Dippers en train de plonger dans le ruisseau pour se nourrir. Nous nous installons au bord de l’eau pour piquer-niquer (soupe chaude et sandwich bien mérités). L’un des oiseaux reste avec nous les 40 minutes que nous sommes là, nous montrant ses talents de pêcheurs-nageurs et 2 autres American Dippers viennent même nous rendre visite. Un très bel oiseau que je n’avais jamais observé, un vrai cadeau.

On se refroidit vite sans bouger assises dans la neige alors nous prenons le chemin du retour, d’autant que la nuit tombe vite ces temps-ci (nuit noire vers 16H). Le retour est plus facile maintenant que la neige est tassée mais les jambes sont fatiguées!

Nous avons droit à un coucher de soleil magnifique et arrivons à la voiture juste avant la nuit, après près de 10km de marche en raquettes ! Une très belle randonnée, à refaire au début de printemps (avant le réveil des ours) avec les enfants !

 C’est très chouette de pouvoir découvrir la région avec Linda qui habite sur Kenny Lake depuis près de 40 ans. Et puis nous partageons le même amour des grands espaces et de la Nature. Nous avons décidé de commencer une nouvelle aventure mensuelle: une marche par pleine lune, avec les enfants. Il me tarde déjà la prochaine pleine lune, avec les petits emmitouflés dans des couvertures, tirés dans la luge, et un bon chocolat chaud à boire sur un banc face à la lune éclairant la Tonsina River… De bons moments en perspective.   

IMG_5223 Le soleil reste bas sur l’horizon, vers 11h30 du matin.

IMG_5224 En arrivant près de la Tonsina River, où Willow Creek se jette. Nid d’aigle posté sur un arbre juste là où nous débouchons des bois.

IMG_5225 IMG_5228 American Dipper

IMG_5232 IMG_5233 Coucher de soleil, vers 15h.

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 19 décembre, 2016
A 6:29
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2016

Tranche de vie par -40°C

Kenny Lake, Alaska, 13 décembre 2016

Après bientôt une semaine à -35°C/-40°C, voici un petit état des lieux de notre quotidien pas ordinaire!

En dessous de -15°C, chaque degré compte… chaque -1°C est une morsure de froid supplémentaire dans la peau quand il faut sortir. On se sent tellement fragile, tellement inadapté au froid. Très vulnérable.

Les enfants n’ont pas mis le nez dehors depuis 3 jours. On ne démarre pas la voiture pour sauver le moteur à moins d’avoir une vraie bonne raison (comme faire de l’essence, une réunion, chercher de l’eau), il faut d’abord pré-chauffer la voiture avec un chauffage externe pour « réchauffer » l’huile du moteur… Ensuite, on démarre la voiture et on la laisse chauffer 15-20min, le temps qu’il ne gèle plus à l’intérieur.

Ce matin, mon amie Janelle est venue chercher Timothy pour qu’il passe une partie de la journée chez elle (ça lui fait vraiment du bien d’aller ailleurs et de passer du temps avec d’autres gens que nous !). On a quand même dû démarrer la voiture, la montagne de lessive à faire ayant atteint son maximum. Je vais à la station service pour cela : on me dit que les tuyaux ont gelés, donc pas de laverie pour aujourd’hui et peut être même pour plusieurs jours. Je fais toujours le plein essence de la voiture tant qu’à être là. Ah, on n’a plus d’eau dans notre citerne depuis hier et notre évacuation évier cuisine a enfin gelée (on savait que ça allait arriver, comme chaque hiver). Plus d’eau à la maison, ça veut dire faire fondre de la neige (ça on en a tant qu’on veut) dans une casserole sur le poêle à bois. Ça demande un peu d’organisation pour qu’il y ait toujours de la neige qui fonde, et de l’eau refroidie à boire. Pour l’évacuation d’eau du robinet cuisine, ça veut dire le retour du sceau sous l’évier, qui veut dire eau de vaisselle crado dans le sceau qu’il faut absolument penser à vider avant que l’eau ne déborde ! Charmant.

J’oubliai : par -40°C, on ne peut pas démarrer notre truck sur lequel la grande cuve est installée. De toute façon, il fait trop froid pour aller au puits communautaire, car l’eau commence à geler durant le trajet retour et l’eau risque de geler aussi dans le tuyau qui relie la cuve du truck à celle de l’intérieur de la maison. Le back-up plan, c’est le « petit puits » : il y a deux puits à Kenny Lake, le petit et le grand. Le grand c’est celui de la caserne des pompiers qui rempli une cuve de 200gallons en 3 minutes, pratique, contre 30min au petit puits. Le petit puits est bien pour les jours de grands froids car on peut remplir quelques jerricanes de 10L facilement ce qui n’est pas possible avec le grand puits à cause du débit trop important.

Bref, j’apprends aussi ce matin que le petit puits est gelé !! Donc pas d’eau ! Mais pas de panique, on a de la neige, des milliers de mètres cubes autour de la maison. Ok, la neige fondue a un drôle de goût je trouve, surtout fondue dans la grande casserole des pâtes. Le truc pénible c’est la vaisselle : c’est là que l’eau prend toute sa valeur ! Economie à mort ! Je rince les assiettes avec un demi-verre d’eau chaude pour dégraisser. J’attends de faire le reste quand j’aurai un évier plein pour laver et rincer d’un coup, plus rentable en eau. Quant à la douche, ça attendra jusqu’à se qu’on puisse avoir de l’eau à nouveau. On se lave au gant, Evan dans un fond d’eau dans une petite bassine et pas tous les jours.

Dehors… c’est l’hécatombe chez nos poules, 8 sont mortes de froid déjà, j’espère que les autres vont survivre (il en reste 7), ainsi que nos 2 dindes, toujours pas au congélateur. Pour éviter les hermines ou renards par chez nous, il faudra emmener les poules mortes loin dans la forêt. C’est dur de les faire boire aussi car l’eau gèle vraiment en quelques minutes, c’est incroyable. Elles mangent de la neige mais ça n’est pas suffisant pour rester hydraté et la digestion.

Les chiens survivent tant bien que mal. Je ne sais pas pourquoi certains ne rentrent pas dans leur niche mais préfèrent rester dehors. On leur donne de la paille et on les nourrit deux fois par jour, en trempant bien les croquettes avec de l’eau chaude pour que ça leur tienne bien au corps. J’ai pitié pour eux, ils ont tous entre 14-15 ans mais je ne peux pas faire rentrer 5 chiens dans la maison!

Comment on s’occupe dans la maison avec les enfants? Jeux, lecture, travaux manuel, cuisine. On fait plein de bon goûters et de bons repas., c’est vraiment bon pour le moral des troupes. La nourriture est vraiment essentielle quand il fait si froid dehors. Un vrai réconfort !  

Pas encore de « Cabin fever », étonnamment.  Certains moment de la journée sont plus longs ou fatiguants que d’autres mais on trouve toujours quelque chose pour rediriger l’énergie des enfants vers quelque chose de positif et amusant. Le plus dur c’est de ne pas avoir de pause les uns avec les autres. J’ai envie de travailler dehors, même un petit moment mais ça n’est pas possible. Tout est en plan. Gelé. Le froid conditionne nos journées, nos activités, nos projets. Les enfants restent au chaud, mais avec Matt nous devons bien sortir pour tous les détails logistiques : générateur, voiture, animaux à nourrir, neige à faire fondre, couper du bois (Matt à la tronçonneuse) et ramener du bois dans l’entrée. Sans oublier que les toilettes sont dehors, haha ! Enfin la nuit, j’utilise le pot de chambre, pas moyen de mettre le pied dehors en ce moment ! Matt utilise des chaussettes pour faire isolant sur la lunette en bois des toilettes sèches dehors. Moi je me dépêche. On est obligé de se frotter aux éléments mais en même temps ça fait du bien de sortir prendre l’air, quand on sait que ça ne dure pas longtemps et que la maison nous attend pour se réchauffer.

Petite anecdote, il fait -25°C l’autre jour et je voulais aller rendre visite à notre amie voisine, Kim, en prenant le raccourci par les bois, à pied. J’avais Evan dans le dos, Tim marchait derrière. D’un coup je sens de la neige qui tombe d’une branche au dessus de moi… Je tourne la tête et vois le petit visage d’Evan recouvert de neige ! L’effroi sur son visage ! Pendant 2 secondes il ne peut pas parler tellement il est sous le choc et puis il se met à hurler, le pauvre ! Vite, j’enlève mes gants pour défaire le sac de portage et lui essuyer le visage. Je l’ai pris dans mes bras le reste du chemin en faisant attention de faire tomber la neige des branches basses. Le froid ne pardonne pas aux doigts découverts. Ils gèlent en un rien de temps et quand le sang retourne dans les extrémités, c’est très douloureux! Une vraie expédition donc, pour faire 500 mètres à travers les bois, par neige profonde et pas de piste, que celle des lièvres. Kim nous attend avec un chocolat chaud et nous rentrons de nuit à la frontale. Un moment fort de la journée pour tous les trois. -25°C est la limite cependant pour les petites marches dehors.

Ce portrait semble terrifiant et pourtant tout le monde va bien vraiment! Ce qui nous motive tous je crois, c’est notre prochain voyage en Illinois, pour les fêtes. On part le 25 décembre chez les parents de Matt. Une bonne coupure qui va recharger les batteries! En attendant, Evan, 17 mois, apprend à utiliser le pot comme un grand et reste cul nu toute la journée pour s’entraîner librement. Une bonne période pour le faire puisque nous passons beaucoup de temps à la maison ces temps-ci!

IMG_5181 IMG_5192 Les deux frères s’amusent. Tout est bon pour faire son cocon, se cacher…

IMG_5198 Tim sur le trapèze fait main.

IMG_5199 Vue depuis la fenêtre de mon bureau. Grand ciel bleu=grand froid

IMG_5200 -38°C minimum la nuit dernière.

IMG_5203 La neige fond dans des casseroles pour les chiens comme pour nous!

IMG_5204 IMG_5211 Détail du trapèze. Epissures comme pour cordage de drisse… je n’ai pas trop perdu la main même s’il y a des erreurs, ça tient! Bois de sapin, coins rembourrés pour éviter les bosses.

IMG_5208 IMG_5210 Corde à nœud/siège dans la chambre de jeux. Fait main aussi, super chouette pour Tim. Evan est encore trop petit. Comme vous voyez, j’essaye de garder l’espace rangé au maximum, sinon c’est le chaos et je deviens folle. Les enfants aident bien, ils ont compris que ça me tient à cœur et que l’on profite mieux de notre petit espace ainsi.

IMG_5160 Balançoire dehors, par -25°C. On n’y reste pas longtemps! Les enfants ont froid au nez (dur dur de leur faire mettre et garder un cache-nez!). J’ai fait la balançoire de Tim, il pourra y grimper à la belle saison, j’ai prévu des emplacements pour les pieds et le siège s’enlève également.

 

Dans : Non classé
Par judithpuzzuoli
Le 14 décembre, 2016
A 9:44
Commentaires : 0
 
 
 

Les voyages d'Esteban |
Randonnée Roumanie |
runireland |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jrny
| lacharbonnerie
| Le grand voyage